Brumiser les plantes d'intérieur

Le 20 janvier 2017 par Clémentine Desfemmes

On dit souvent que les plantes d'intérieur ont besoin d'être brumisées. Est-ce le cas de toutes les plantes ? Pourquoi la brumisation est-elle bénéfique ? Faut-il brumiser en été ou en hiver ? Quelle eau vaporiser ? Quelles sont les autres possibilités pour augmenter l'humidité de l'air ? Voici quelques réponses pour brumiser à bon escient.

  • Brumisation d'une Misère
  • Brumisation de plantes vertes
  • Calathea
  • Taches de calcaire sur feuilles d'orchidée
  • Vaporisateur
  • Terrarium humide
0 1 2 3 4 5

Pourquoi brumiser les plantes ?

De nombreuses plantes cultivées en intérieur ont des origines tropicales, et apprécient donc les ambiances humides (hygrométrie située en 70% et 90%). Or, l'atmosphère des pièces d'habitation est souvent trop sèche. Tout comme le bassinage (on "trempe" carrément les parties aériennes de la plante dans un seau ou une bassine), vaporiser de l'eau sur le feuillage permet d'augmenter transitoirement l'humidité autour de la plante : c'est la raison pour laquelle, outre les arrosages, il est souvent conseillé de brumiser régulièrement la plante.
Autres bienfaits de la brumisation : elle limite le risque d'apparition d'acariens (araignées rouges) et peut même déloger ceux qui sont déjà installés sur la plante ; et elle permet un léger dépoussiérage des feuilles, toujours bienvenu !

En quelle saison la brumisation est-elle nécessaire ?

C'est surtout en hiver, lorsque le chauffage fonctionne, que l'atmosphère des appartements est trop sèche. L'hygrométrie peut alors tomber à 55%, voire 50%, ce qui est très insuffisant pour la plupart des plantes, dont les feuilles peuvent commencer à se dessécher aux extrémités, puis jaunir et tomber. En pareil cas, on est souvent tenté d'arroser davantage, pensant que la plante a soif... Erreur ! Ce faisant, on favorise le pourrissement des racines, et le problème de l'air trop sec n'est pas résolu : la plante se noie par le pied, tandis que ses parties aériennes sèchent. Le bon réflexe : en hiver, pas trop d'arrosage et une brumisation du feuillage plusieurs fois par semaine ; voilà une recette qui donne de bons résultats avec la plupart des plantes.
En été aussi, les plantes peuvent avoir besoin d'être vaporisées, car les températures élevées favorisent l'évapo-transpiration (les plantes perdent davantage d'eau par leurs feuilles). Donc, par temps chaud et sec, il faut également penser à brumiser ! C'est vrai en extérieur, lorsque vos petites protégées ont pris leurs quartiers d'été sur le balcon, sur la terrasse ou au jardin, mais c'est également vrai en intérieur, où, certes, les plantes sont moins exposées à la chaleur, mais où elles ne bénéficient pas de la fraîcheur nocturne, ni de la rosée matinale...
Enfin, certaines plantes épiphytes (parmi lesquelles les orchidées, certaines fougères et broméliacées, mousses...) captent l'humidité de l'air ambiant, et ont donc besoin d'une brumisation régulière, en toute saison.

Quelles plantes brumiser ?

La plupart des plantes apprécient la brumisation, à l'exception de celles au feuillage velu ou duveteux (saintpaulia par exemple) et de certaines plantes carnivores aux feuilles cireuses. Les bégonias et les cyclamens n'aiment pas beaucoup avoir les feuilles humides ; chez les anthuriums et les orchidées, veillez à ne pas mouiller les fleurs.
Pensez à brumiser régulièrement :

La brumisation : en pratique

Quelle eau utiliser ?

Il est impératif de ne pas utiliser d'eau calcaire : en séchant, celle-ci laisse des taches blanchâtres sur le feuillage et, à terme, le calcaire obstrue les stomates des feuilles et gêne la respiration. Si, dans votre région, l'eau du robinet est "dure" (c'est-à-dire calcaire), le plus simple et le plus économique est de récupérer de l'eau de pluie (ou de la neige fondue) si vous en avez la possibilité.
A défaut, achetez de l'eau déminéralisée (la même que celle que vous mettez peut-être dans votre fer à repasser à vapeur), ou encore une eau de source très peu minéralisée (petite astuce pour les identifier dans les rayons : ce sont celles qui sont utilisables pour la préparation des biberons, ce qui est précisé sur l'étiquette).
Si vous avez beaucoup de plantes, le recours aux eaux du commerce peut rapidement s'avérer onéreux (et peu écologique) : investir dans une carafe filtrante peut être une bonne solution (d'autant que cette eau filtrée pourra aussi vous servir pour l'arrosage... et comme eau de boisson !).

Pour vaporiser, il faut... un vaporisateur

Il existe de nombreux modèles de vaporisateurs (ou pulvérisateurs, brumisateurs, atomiseurs... autant de mots qui désignent, peu ou prou, la même chose) : un petit tour dans les rayons de la jardinerie du coin vous en convaincra. Choisissez le modèle le plus simple et le plus maniable, à savoir un petit vaporisateur à gâchette, d'une contenance de 0,5 à 1L. Certains modèles sont plus souples et ergonomiques que d'autres : si vous avez les articulations sensibles (et/ou de nombreuses plantes à vaporiser), ce critère est important.
Et pour les inconditionnels de la récup', il est également possible de récupérer un vaporisateur vide ayant contenu une solution lave-vitre (à rincer très soigneusement !).

>> Lire aussi : Pulvérisateur : comment choisir ?

A quelle fréquence ?

Tout dépend des exigences des plantes, de l'atmosphère, de la saison... et du temps dont vous disposez ! Les plus assidus vaporiseront une fois par jour, voire plusieurs fois (!), d'autres offriront à leurs plantes une seule séance hebdomadaire. Ce qui compte finalement, c'est la régularité dans l'effort...

Point trop n'en faut !

Atmosphère humide ne signifie pas substrat détrempé, ni atmosphère confinée : l'aération doit être suffisante, sous peine de voir se développer des maladies cryptogamiques (oïdium, botrytis...). Favorisez donc la circulation de l'air : ne serrez pas trop les plantes les unes contre les autres, et aérez la pièce (attention cependant aux courants d'air !).

Alternatives à la brumisation

Certains ne jurent que par la brumisation, d'autres la trouvent trop contraignante (difficile de vaporiser uniquement les plantes : en pratique, à moins d'installer des protections adéquates, on mouille souvent le sol, les murs, voire les meubles...) ou peu durable dans le temps (l'humidification de l'air n'est que transitoire).
Outre la brumisation, d'autres solutions sont à envisager pour offrir à vos plantes une hygrométrie satisfaisante :

  • Installer un humidificateur d'air dans la pièce où se trouvent les plantes ;
  • Disposer les pots sur un plateau ou un bac peu profond garni de billes d'argile constamment baignées d'eau (on peut aussi utiliser de la pouzzolane, plus difficile à trouver mais assurant une meilleure stabilité aux pots... car les billes, ça roule !) ;
  • Si vous avez peu de plantes, ou pour les plantes de petite taille, opter pour la culture en terrarium humide ;
  • En désespoir de cause, installez vos plantes dans les pièces les plus humides de la maison : cuisine, salle de bain bien éclairée.

>> Lire aussi : Entretien des plantes épiphytes

Crédit photos : C.D. / (1) ; C.D. / (2) ; AV Dezign / flickr.com (3) ; PKMousie / flickr.com (4) ; Arria Belli / flickr.com (5) ; n.gottier / flickr.com (6)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Brumiser les plantes d'intérieur

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur l'entretien des plantes vertes.

355 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Hector
20/11/2015, à Chelles

Répondre

Pour choisir une eau en bouteille "légère", je regarde (dans sa composition inscrite sur l'étiquette) la valeur de l'"extrait sec a 180°" : plus ce chiffre est bas, moins elle contient de "calcaire" à mon sens. Ainsi j'utilise une eau bon marché à 158 mg/l, (0,15 g/l soit 1,5 gramme pour 10 litres) très en dessous de certaines eaux de marques réputées "légères" par leurs commerciaux; En effet une eau des Alpes réputée légère est à 1084 mg/l (soit 10,8 grammes pour 10 litres) ce qui ferait beaucoup de "cailloux" sur nos plantes !

Venus54
29/11/2013, à 01960

Répondre

Le système Grander est excellent pour l'arrosage des plantes , comme d'ailleurs pour les cellules de nous "Humains". Vous pouvez me contacter pour de plus amples renseignements.(0681857799). A bientôt, bien à vous.