Botrytis

Le 10 avril 2015 par Clémentine Desfemmes

Le botrytis, ou pourriture grise, est une moisissure qui peut causer des dégâts sur de nombreuses plantes cultivées. La prévention a toute son importance, et des traitements fongicides peuvent être utilisés pour lutter contre ce champignon.

Pourriture grise ou pourriture noble ?

Botrytis sur raisin

Le botrytis est une maladie cryptogamique, c'est-à-dire causée par un champignon, Botrytis cinerea. Le botrytis est également appelé pourriture grise. Parfois, on l'appelle aussi pourriture noble : c'est le cas lorsque le développement du botrytis est souhaité (mais étroitement surveillé), notamment sur la vigne, pour obtenir des raisins plus riches en sucre et donc capables de donner des vins liquoreux. Cependant, dans la majorité des cas, le botrytis est un ennemi redouté des jardiniers, des horticulteurs, des maraîchers et des vignerons.

Quels végétaux sont concernés ?

Botrytis cinerea se développe aussi bien sur des tissus végétaux morts que sur des organes vivants, et il concerne un très grand nombre de plantes cultivées. Il est particulièrement fréquent chez la tomate, la fraise (et tous les petits fruits), le pois, le haricot, et certains arbustes et plantes d'ornement (fleurs très pleines comme celle des rosiers (lire :  Des rosiers jamais malades), les pivoines, les dahlias, les chrysanthèmes, mais aussi les oeillets, les lis...).

Symptômes et dégâts

Ce champignon se développe souvent sur les fruits (feutrage gris ou brunâtre caractéristique), mais il peut aussi atteindre les fleurs (flétrissement), les feuilles (taches foliaires brunes puis destruction de la feuille), les racines (pourrissement), les tiges (dessèchement et mort du rameau) ou les semis.

Les dégâts sont variables : on peut constater le flétrissement de seulement quelques feuilles ou fleurs, mais lorsque les conditions sont particulièrement favorables, l'attaque peut compromettre la récolte ou être très préjudiciable à l'esthétique de la plante.

Conditions de développement

Le botrytis apprécie la chaleur modérée (le développement est optimal entre 18 et 20°C) et surtout l'humidité (périodes pluvieuses, ambiance humide sous serre ou sous châssis). Une mauvaise aération est également un facteur favorisant (culture en milieu confiné, végétation dense).

Prévention et traitement

La prévention est particulièrement importante : bien entendu, nul n'est maître des conditions météorologiques, mais il est possible de réduire les risques d'attaque en assurant une bonne aération autour de la plante et des organes sensibles :

  • Tailler afin d'éviter l'enchevêtrement des branches et favoriser la circulation de l'air au coeur de la ramure pour les arbustes et les arbres fruitiers ;
  • Aérer suffisamment les serres et les cultures sous châssis ;
  • Espacer les rangs au potager...

Du côté des traitements, les fongicides peuvent être utilisés, bien que les souches de botrytis tendent à devenir résistantes aux substances chimiques habituellement utilisées. En culture biologique, la bouillie bordelaise s'avère efficace.

>> Lire aussi : Bouillie bordelaise : toxicité du cuivre pour les écosystèmes

Bon à savoir

Les parasites (comme la tordeuse) ou certaines maladies (oïdium) peuvent favoriser l'apparition de botrytis, en créant des points d'entrée pour ce champignon (feuilles ou fruits endommagés, par exemple).

 

 

Crédit photos : flickr.com / sugarcoma

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Botrytis

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les maladies.

560 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Dede62
30/07/2014, à

Répondre

Essayez un traitement à base de souffre micronisé.cela est surtout recommandé à titre préventif, en curatif le résultat n'est pas garanti.

Blaireau
15/03/2014, à Vendhuile

Répondre

Bonjour Messieurs, pourriez-vous mettre un nom au traitement fongicide contre le botrytis de l'échalote autre que la bouillie bordelaise. merci et à bientôt