Un jardin parfumé en été 1/2

Le 13 octobre 2017 par Xavier Gerbeaud

Le parfum, c'est comme une nouvelle dimension qu'on ajouterait au jardin. Quel enchantement ! Apprenez à donner aux plantes odorantes la place qu'elles méritent, et profitez de leurs senteurs pendant les mois d'été !

Parfums d'été

Parfum de la rose... - D.RLes deux grandes moments des parfums au jardin sont le printemps et l'été. En été, les rayons du soleil réchauffent feuilles et pétales, qui libèrent alors leur parfum.

Les huiles essentielles, responsables de ce phénomène, sont synthétisées en quantité variable selon les espèces et le moment de la journée. A considérer pour l'aménagement ! Ainsi, jasmin et rose diffusent plutôt le matin (les rosiers sentent nettement moins l'après-midi), quand le chèvrefeuille ou la belle de nuit bien nommée parfument les soirées d'été.

Ce sont les temps orageux, à la fois chaud et humides, qui sont les plus favorables aux senteurs (songez aux plantes tropicales, ou à la force des odeurs dans les vérandas).

L'achat

Notre vocabulaire s'avère désespérément pauvre pour décrire toutes les sensations générées par un parfum. Impossible de se fier à des commentaires du style "tonalité florale verte", "notes fruitées", etc. pour imaginer l'effet que produira sur vous les effluves d'une fleur.

Il faut donc poser votre nez dessus pour "assurer le coup". 2 options s'offrent alors à vous :

  • vous visitez des jardins bien documentés (avec pancarte variétale au pied des plantes et arbustes), ou bien le jardin d'un ami capable de vous renseigner; vous prenez des notes et faites vos achats et plantation à l'automne prochain;
  • vous visitez une pépinière au début de la floraison (mai, juin), vous achetez en container et plantez dans la foulée, en surveillant de très près vos arrosages durant l'été. Tout à fait réalisable en pratique aujourd'hui grâce aux plantes conduites en conteneurs.

Un peu de latin

Les noms botaniques, outre qu'ils permettent de désigner sans ambiguité chaque plante, renseignent généralement sur les caractéristiques des plantes. Surveillez donc les étiquettes, et notez la présence des mots suivants :

  • fragrans : parfumé
  • fragrantissimus : très parfumé
  • moschatus : musqué
  • odoratissimus : le plus odorant
  • odoratus, odorus, odoriferus : odorant
  • suavis : suave
  • suavolens : qui sent bon, suave
  • temulentus, temulus : enivrant
  • ...

Les emplacements

Buis D.R.Ne placez pas côte à côte deux plantes fortement parfumées : autant l'accord des couleurs répond à des règles assez "intuitives", autant il s'avère difficile de marier des parfums un peu forts.

Les fleurs au parfum subtil, que vous appréciez particulièrement, gagneront à être placées sur les zones de passage (chemin, près de la porte d'entrée...). Certaines plantes aux senteurs musquées ou épicées, entêtantes (jasmin, datura...) seront réservées aux emplacement dégagés.

Autant les rosiers gagnent à être intégrés à de beaux massifs de vivaces, autant il vous faudra éviter les espèces parfumées, pour goûter parfaitement les senteurs subtiles de la rose. Evitez bien sûr la proximité des aromatiques, mais également du buis qui, s'il forme de jolies bordures, possède une odeur... puissante!

>> Lire aussi : Fleurs et plantes qui sentent mauvais

Suivant (2/2)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Un jardin parfumé en été 1/2

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le jardin des senteurs.

20 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Floralie
20/05/2008, à Montpellier

Répondre

Je n\'étais pas très intéressée par les plantes grasses; je les trouvais neutres, car sans fleurs. Ces 3 dernières années j\'ai changé d\'avis; elles fleurissent elles-aussi si je leur laisse du temps, et puis, elles sont très façiles à cultiver et à reproduire : 1 pétale déposé sur la terre et c\'est une future nouvelle plante. Maintenant, j\'aime ces plantes robustes, qui ont une capacité de survie étonnante. Elles donnent beaucoup même si elles reçoivent peu. J\'écris ce témoignage pour ceux et celles qui comme moi boudaient ces plantes. Je me dois de préciser que j\'habite le sud de la France