Murets au jardin

Le 24 mai 2017 par Xavier Gerbeaud

En pierre naturelle, en brique ou en béton, les murets jouent un rôle important dans l'aménagement du jardin. Cloisonnement et relief, création d'une rocaille ou maintien de la biodiversité : notions et conseils de base pour bien engager votre projet de construction.

Végétal... et minéral

Muret en pierres sèchesQuand on pense jardin, on pense plantes. Evidemment, les fleurs, arbres et arbustes constituent le coeur du jardin. Mais pour renforcer les lignes directrices, pour mettre en valeur les massifs, contraster avec le vert et les matières végétales, l'intégration de structures « en dur » s'impose bien vite. Des bordures au sol souligneront les limites d'une pelouse, un treillis en bois couvert de grimpantes arrêtera le regard... Et quoi de mieux que la pierre (et ses alter ego modernes, brique et béton), pour affirmer les reliefs, séparer les espaces : le minéral rappelle la main de l'homme et prend sa place parmi les autres composantes du jardin.

Dimension fonctionnelle, mais également esthétique : les murets se voient. Il est donc essentiel qu'ils s'accordent avec l'ambiance du jardin, et plus généralement avec le style de la maison et son environnement immédiat. Vous habitez une construction ancienne ? Evitez le béton, qui apporte quoi que l'on fasse une touche moderne. Inversement, si vous logez dans un pavillon récent, le contraste induit par la pierre sèche n'est pas forcément du meilleur effet...

Matériaux

Muret en briques

Trois types principaux de matériaux se détachent, avec des qualités et des cachets différents.

Pierre sèche

Le plus classique ; le plus naturel aussi. Idéalement, employez la pierre du pays (voire même utilisez les pierres extraites de votre terrain!) : cela renforcera la typicité de votre jardin, qui s'inscrira plus naturellement dans le paysage environnant.

La construction n'est pas forcément évidente, et la solidité moyenne si la réalisation n'est pas faite dans les règles de l'art. Mais le résultat a toujours du charme, et c'est le mur le plus vivant, en raison des nombreux interstices qui accueilleront rapidement faune et flore.

>> Lire : Monter un mur en pierre sèche

Brique

Muret de soutènement en gabions

Un matériau un peu passé de mode, mais qui présente bien des atouts. Facile à mettre en oeuvre, peu onéreuse, solide même en faible épaisseur : la brique est l'amie des jardins. Peut-être son coloris orange rebute-t-il ? Il passe pourtant bien vite avec le temps, l'écoulement de l'eau et l'installation de mousses (mousses qui peuvent s'avérer décoratives !). Il s'adoucit lorsqu'on installe des plantes, permet également de jouer les contrastes, et le cas échéant il existe des coloris plus doux (mouchetés, tigrés).

Béton

Pas forcément ce qu'on a envie d'intégrer à son jardin. Et pourtant ! Ce matériau se prête à de nombreuses utilisations. Facilement assemblés, des modules tout prêts constituent aisément des bordures, retenues de terre ou talus floraux. Coulé, il adopte les formes les plus variées.

Reste son aspect un peu austère et bien peu « jardin » : on peut réaliser un enduit béton, utiliser un enduit décoratif vendu dans le commerce, le recouvrir d'un parement (pierre reconstituée par exemple) ou... le faire disparaître sous la végétation !

D'autres options

On trouve aujourd'hui dans les matériaux de construction des modules en pierre reconstituée. Il suffit alors d'assembler ces éléments préfabriqués, calibrés : le montage est largement facilité. Les gabions, ces structures métalliques à remplir de pierres, roches ou autre matériau sont également à la mode. D'installation facile, ils apportent au jardin une touche décorative très contemporaine.

Végétaliser

Muret fleuri

Sauf à assumer le côté « posé là », on cherchera généralement à intégrer le plus possible le muret au jardin qui l'accueille.

  • S'il sert de soutènement, des plantes retombantes en partie haute et des buissons en partie basse permettront d'atténuer l'effet de marche en liant visuellement les 2 niveaux

  • S'il limite une partie du jardin (par exemple, le potager), installez dans les creux des vivaces résistantes, quelques plantes retombantes... Disposez aussi, pourquoi pas, quelques pots colorés de-ci, de-là, qui casseront la linéarité et constituent autant de taches de couleur

  • A moins que ce ne soit l'effet recherché, le principal écueil des murets réside dans la formation de lignes horizontales, à la fois peu naturelles et monotones. Il faut briser cette linéarité en plantant juste devant des arbustes, dont le sommet dépassera le bord du mur, arrêtant ainsi le regard. Pas trop non plus : la vocation d'un muret n'est pas de disparaître derrière une haie végétale...

Si la dénivellation est faible, le muret en pierre sèches peut se passer de joint. Les nombreux creux accueilleront alors plantes alpines, vivaces tapissantes et retombantes qui assurent un spectacle permanent. Si vous montez votre muret en briques, pensez à ménager quelques anfractuosités pour obtenir un effet similaire. Et laissez s'installer mousses et lichens !

>> Lire : Plantes de mur, plantes saxicoles

Atout biodiversité

Lichens et mousses colonisent rapidement toute surface au jardin. Les sedums, les plus petites fougères s'installent ensuite, vivant parfois d'on ne sait trop quoi ? Au soleil comme à l'ombre, votre muret servira de refuge à quantité d'espèces, qui y trouveront selon les cas un peu d'ombre ou au contraire, comme le bien nommé lézard des murailles, une place de choix pour profiter du soleil !

Respectez cette vie qui s'installe spontanément : laissez la flore spontanée cohabiter avec vos propres semis, et observez comment les habitants du jardin s'approprient ce nouvel habitat.

Conseils de mise en oeuvre

Muret en blocs de pierre reconstituée

Empiler des pierres les unes sur les autres ne suffit pas pour construire un muret ! Pour assurer la stabilité, il est nécessaire d'assoir les pierres sur une base solide : fondation en béton, ou bien tranchée garnie de morceaux de pierres, de tuiles ou de briquette.

Pour conférer au muret une longévité convenable, réalisez une semelle en béton plus large que la première rangée. Elle gagnera à être ferraillée dans le cas d'un mur de soutènement de plus de 50 cm de haut.

La base d'un muret de pierre doit être plus large que le sommet. Pour la solidité comme pour le coup d'oeil, utilisez les plus grosses pierres pour le premier rang.

Si le muret sert de soutènement, pour délimiter tout en retenant la terre du niveau supérieur, pensez à ménager des barbacanes par lesquelles s'écoulera l'eau du niveau supérieur.

Le montage des briques s'opère au mortier. La pose des briques demande du temps et de l'application : ne préparez pas de grandes quantités de mortier, car vous en gâcheriez !  Posez les briques dans le sens de la longueur (en « panneresse »). Décalez chaque couche d'une demi-brique : vous éviterez ainsi que les joints soient alignés, ce qui manque à la fois d'esthétique et de solidité !

La pose des blocs de béton (parpaings) s'effectue toujours dans le sens de la longueur. Même assemblage au mortier.  

Crédit photos : chanelle (Fotolia.com) / Tomylees /John Weese Moll / edgeplot / bluekdesign

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Murets au jardin

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur l'aménagement du jardin.

118 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

C
09/03/2015, à Aurillac

Répondre

Où pourrais je me procurer les pierres reconstituées en béton, que vous présentez en dernière photo à la fin de cet article ? merci

Alex heinrich
10/07/2014, à 64210 bidart

Répondre

Où pourrais je me procurer les pierres reconstituées en béton, que vous présentez en dernière photo à la fin de cet article ? Merci pour votre réponse. Alex HEINRICH