L'urine, un engrais gratuit pour le jardin

Le 10 mars 2017 par Isabelle C.

Utiliser l'urine comme engrais au jardin, voilà une idée basée sur une très ancienne pratique, qui fait aujourd'hui, et de façon très sérieuse, son chemin dans le milieu de la recherche et parmi les jardiniers concernés par l'écologie, la fertilisation des cultures et les systèmes d'assainissement durable.

L'urine : quel type d'engrais ?

L’urine contient les principaux nutriments nécessaires au développement des plantes ; on estime (mais cela peut varier en fonction de l'alimentation de chacun) qu'un litre d'urine contient environ 6 g d'azote, 1 g de phosphore (directement assimilable(1)) et 2 g de potassium (lire : N, P, K, qu'est-ce que c'est ?). Il peut être considéré comme un engrais équilibré à action rapide, riche en azote.

Salade cultivée avec urine diluée (gauche)
Salade cultivée avec urine diluée (gauche)Agrandir l'image

Un engrais gratuit, en abondance et à portée de main, voilà qui devrait faire dresser l'oreille de tous les jardiniers, surtout lorsque son utilisation est associée à un acte écologique et économique : l'utilisation d'une chasse d'eau équivaut à la perte de 5 à 10L d'eau potable à retraiter en aval.

Comment utiliser l'urine au jardin ?

Si des centres de recherches s’intéressent depuis un certain temps à la valorisation de l'urine en production agricole et proposent déjà des conseils pratiques à destination des agriculteurs, on a peu de références concernant son application pour le potager (même si certains l'utilisent de façon empirique). Peu, mais tout de même une en la personne de Renaud de Looze*, ingénieur et pépiniériste, qui s'est intéressé au sujet, d'un point de vue agronomique.

La bonne dose

Renaud de Looze la situe entre 1 et 3 L /m2 durant la saison. 1L d'urine /m2 correspond aux besoins des plantes les moins gourmandes (salades) ; les plantes plus gourmandes (tomates sous serres) pouvant accepter des apports situés entre 4 à 5 L d'urine (cf. le tableau des dosages d'urine pour les principaux légumes consommés, présenté dans son ouvrage). Le SEI* propose la règle générale suivante :1,5 litres d’urine/m2 durant la saison agricole.

Basilic fertilisé avec urine (gauche) vs sans (droite)
Basilic fertilisé avec urine (gauche) vs sans (droite)Agrandir l'image

Une utilisation combinée avec du compost

Les amendements organiques (compost, lombricompost, fumier ou autre amendement organique) ont pour but d'améliorer la vie microbienne du sol et par là même, favoriser la minéralisation de l'urine puis l'assimilation par les plantes des nutriments qui la composent. Ils permettent également de compléter les apports en nutriments moins ou non présents dans l'urine, mais nécessaires pour le développement des plantes : le potassium (cendres), le magnésium, le calcium, le fer et les oligoéléments. Renaud de Looze préconise d'effectuer un apport de 1L de compost (environ 500g) par litre d'urine.

Deux techniques d'application

Un préalable nécessaire : bien amender le sol avec un compost mûr (ou autre amendement organique). Ensuite, l'urine peut être apportée pure ou diluée avec de l'eau.

Apport de l'urine pure avant les cultures

  • Versez la totalité de l'urine sur un sol humide. Pour la plus grande majorité des légumes, l'apport se situe donc entre 1,5 et 2 L/m2.
  • Patientez 1 à 2 semaines avant de planter, ce qui correspond au temps nécessaire à la minéralisation de l'urine.

Cette solution convient aux personnes qui ont la possibilité de stoker de l'urine en grande quantité : pour un jardin de 100M2, prévoir 10 bidons de 20 L.

Haie fertilisée avec de l'urine
Haie fertilisée avec de l'urineAgrandir l'image

Apport de l'urine diluée pendant les cultures

Les taux de dilutions, selon le SEI, peuvent varier de 1 à 15 fois, en fonction des besoins d'azote et d'eau des plantes, de la nature du sol, du climat... Renaud de Looze préconise une dilution plus importante (20 fois) pour des raisons de sécurité(2).

  • Diluez 50 cl d'urine dans un arrosoir de 10 L rempli d'eau et appliquez la dilution au goulot, au pied des plantes, sur 1m2 de culture. Répétez l'opération sur l'ensemble du potager ;
  • Patientez 2 à 3 semaines entre deux applications.

4 à 6 applications au cours de la saison permettent ainsi d'appliquer la dose nécessaire aux cultures (les conditions climatiques peuvent toutefois faire évoluer les besoins).

Sachant qu'une personne produit environ 1 à 2 L d'urine au quotidien, 1 personne peut fertiliser 2 à 4 m2 de potager par jour. Un potager de 100 m2 peut donc être fertilisé par 1 à 2 personnes au bout de 25 jours. Au terme des 25 jours, les applications se font de nouveau sur la première planche fertilisée.

Attention

Quelle que soit la technique employée, stoppez la fertilisation 1 mois avant la récolte.

Bette cultivée avec (g) et sans (d) urine
Bette cultivée avec (g) et sans (d) urineAgrandir l'image

L'utilisation de l'urine au jardin peut-elle être dangereuse ?

L'urine est un bon engrais azoté, c'est démontré. Mais quid de sa toxicité ? Levons ici quelques malentendus...

L'urine et les médicaments

L'urine fraîche (et séparée des fèces(3)) est naturellement stérile. Une personne en bonne santé produit de l'urine saine. Les résidus de produits médicamenteux ou d'hormones qu'elle pourrait éventuellement contenir peuvent être détruits grâce à une période de stockage à température ambiante de 4 semaines tout au plus. Pour cette même raison, la dernière application d'urine se fait un mois avant la récolte(4).

Urine après 4 semaines de stockage
Urine après 4 semaines de stockageAgrandir l'image

L'urine et les excès de sels

Comme pour les humains, le sel en excès est néfaste pour le sol et les plantes. Si vous souhaitez utiliser votre urine dans le jardin, votre consommation de sel (qui se retrouve dans vos urines) doit être modérée.

Les excès d'urine au même endroit

Si vous êtes propriétaire d'un chien, vous l'aurez remarqué : un apport d'urine régulier, toujours au même endroit a pour effet de brûler la végétation. C'est une situation d'excès qui conduit à cette situation. Dans tous les domaines, les excès ne sont jamais bons. Avec un apport correctement dosé, vous ne courrez aucun risque de brûlure des cultures.

Les odeurs

L'odeur très désagréable de l'urine est due à sa dégradation (phénomène accentué lors de sa dilution). Elle disparaît très rapidement dans un sol bien aéré et riche en matière organique.

(1) le phosphore est une ressource limité et sa présence n'est pas toujours sous une forme assimilable par les plantes.
(2) une dilution à 1 pour 20 permet d'éviter les écueils d'une forte concentration d'urine au même endroit : salinité excessive et perte d'azote nitrique.
(3) les fèces peuvent être source de maladies.
(4) le sol biologiquement actif est un milieu mieux adapté à la dégradation naturelle des produits pharmaceutiques que l’eau (systèmes d'assainissement), notamment dans un système (le potager) où les apports d'urine restent limités et peu concentrés.

* Sources :

  • L'urine de l'or liquide au jardin ; guide pratique pour produire ses fruits et légumes en utilisant les urines et compost locaux, Renaud de Looze, éditions Terran.
  • Conseils pratiques pour une utilisation de l'urine en production agricole, publication du Stockholm Environnement Institute, mars 2011.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 15

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
L'urine, un engrais gratuit pour le jardin

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Isabelle c
12/01/2018, à

Répondre

Bonjour Francis, ce que vous citez ne va pas en contradiction avec ce qui est écrit et les préconisations de Monsieur de Looze, du moins en partie. Comme tous les engrais, apportée en excès (urines stockées) l'urine devient toxique ; d'où les préconisations de dosages spécifiques concernant les apports. L'urine accélère la dégradation de l'humus (qui se dégrade naturellement), c'est pour cela que lorsque on fait un apport d'urine, Renaud de Looze insiste sur la nécessité d'effectuer dans le même temps un apport de compost mûr, dans les mêmes proportions afin de reconstituer le stock d'humus jeune : "Le compost est biodégradé par l’urine, mais en retour il permet à l’urine de se biodégrader sous forme de minéraux (azote et phosphore) assimilables par les plantes". Quand au problème d'infiltration et de pollution des nappes phréatiques, il est réel si vous utilisez de fortes doses d'urines sur un sol qui ne contient pas suffisamment de matières organiques (sans apport de compost) et nu. Quand aux fèces, le même raisonnement ne peut s'appliquer : leur composition est différente. L'urine est rapidement minéralisable et assimilée par les plantes, tandis que les fèces carbonées et protéinées sont avalées par les lombrics.

Francis busigny
07/01/2018, à Namur belgique

Répondre

Désolé de casser l'ambiance mais voici la position de Joseph Orszàgh ici http://eautarcie.org/05a.html et tout particulièrement ceci : La troisième idée fausse est de croire que l'urine stockée peut être utilisée dans le jardin – sans nuisances L'urine est recueillie dans un réservoir où, grâce à l'action d'un enzyme toujours présent dans l'urine [5], l'azote organique se transforme assez rapidement en ions d'ammonium. C'est ce qui explique l'odeur d'ammoniac (NH3) de l'urine qui séjourne quelques heures dans un pot de chambre ou dans un seau hygiénique. Environ 80% de l'azote organique de nos déjections se trouve dans l'urine. On comprend donc l'importance du devenir de l'urine pour le milieu récepteur. [5] Il s'agit de l'uréase. Cet enzyme est capable d'hydrolyser (décomposer en utilisant une molécule d'eau H2O) l'urée [carbamide : (NH2)2CO] en ammoniac NH3 et en dioxyde de carbone CO2. Ce processus est parfois assez rapide, ce qui explique, entre autres, l'odeur d'ammoniac de l'urine stocké même dans un vase de nuit. En fait, sous forme ammoniacale, l'azote ne peut suivre dans la nature que le chemin de l'oxydation. Il se forme ainsi des ions nitrite (NO2-) particulièrement toxiques qui s'oxydent en nitrates (NO3-). L'urine stockée dans le réservoir de la toilette devient un concentré d'ammonium contenant des ions de nitrites et de nitrates. Le nitrate d'ammonium formé est un engrais chimique courant, ce qui explique « le pouvoir fertilisant » de l'urine épandue. Ce qu'on oublie est que les composés ioniques comme le nitrate d'ammonium accélèrent la vitesse naturelle de la décomposition de l'humus. L'épandage d'urine détruit donc l'humus du sol. Les constructeurs des toilettes sèches recommandent d'utiliser l'urine stockée en la diluant 8 fois pour l'irrigation des plantes. Après avoir ajouté de l'eau pour diluer 8 fois l'urine (12 litres par jour par personne), l'économie d'eau annoncée devient plus modeste. Au niveau du sol, le véritable problème réside dans le processus de percolation et d'oxydation de l'ammoniac contenu dans le liquide. Sous forme ammoniacale (NH4+), l'azote s'infiltre encore plus facilement et rapidement [6] dans la nappe phréatique que sous forme nitrique et constitue une pollution particulièrement pernicieuse. Affirmer donc que les urines stockées et diluées peuvent être utilisés sans nuisances dans le jardin (voir l'article « Divine urine = source fertile ») est une position qui ne peut être justifiée que par l'ignorance des processus qui ont lieu dans l'urine stockée et ceux qui régissent la vie du sol. [6] En raison de la petite taille des ions d'ammonium NH4+. En résumé, l'épandage de l'urine dans le jardin s'apparente à celui du lisier d'élevage dans les champs agricoles. Le même raisonnement s'applique aux fèces desséchées aui aboutissent au jardin. Normalement, ce type d'épandage est également soumis aux mêmes règlements que celui du lisier d'élevage. La quantité d'azote (N) épandu sous forme de lisier ne peut pas dépasser 200 kg par an par hectare (en Europe). Pour épandre donc avec l'urine et les fèces les 5 kg d'azote que « produit » annuellement une personne, il faut un jardin d'au moins 250 m² par personne. En dessous de cette valeur, il y a dépassement des normes européennes d'épandage agricole de l'azote.

Isabelle c
27/10/2017, à

Répondre

Je vous rassure Edmond, quelques applications réparties dans l'année, diluées bien sur, et apportées sur un sol préalablement humidifié (éviter bien sur les périodes trop chaudes), ne causent guère de désagréments, pour soi ou pour les voisins.

Edmond59
24/10/2017, à Lille

Répondre

En commentaire de la photo "Haie fertilisée avec de l'urine" : le sol au pied d'une haie étant souvent assez sec, pas très sympa pour les voisins qui devront supporter les odeurs un certain temps ...

Potamitch
16/09/2017, à 44840

Répondre

Bonjour , j'utilise cette méthode en faisant un " purin" d'herbe....reste de tontes et autres déchets associés à l'urine ...puis épandage à l'arrosoir ....bons résultats dans l'ensemble ...

Voir tous les commentaires (15)