Le pince-oreille, un auxiliaire utile au jardin

Le 9 août 2015 par Clémentine Desfemmes

Le pince-oreille fait partie de ces insectes très courants au jardin. Sa présence nous est familière, mais savez-vous qu'il sait se rendre utile ? Pucerons, psylles : autant de ravageurs qui figurent au menu du forficule... d'où l'intérêt d'attirer cet insecte bien inoffensif.

Un insecte aussi paisible qu'inoffensif

Forficule mâle

Forficule mâle

Le pince-oreille, ou encore perce-oreille ou forficule, est un insecte de l'ordre des Dermaptères. Une vingtaine d'espèces sont répertoriées en France, et la plus répandue d'entre elles est Forficula auricularia. Il est très courant dans nos jardins (on le croise plus rarement dans les maisons) : qui, en soulevant une pierre ou un pot de fleur, n'a jamais vu ce petit insecte discret prendre la fuite ?
En dépit de son nom peu engageant, le pince-oreille est totalement inoffensif pour l'homme. Et ce ne sont pas ses "pinces" qui vous feront le moindre mal : les deux cerques qu'il porte à l'extrémité de son abdomen (nettement arquées chez les mâles, plus petites et rectilignes chez les femelles) ne lui servent qu'à se défendre contre les prédateurs, et encore... Ajoutez de longues antennes, ainsi qu'un corps brun rougeâtre à brun foncé, luisant, et long de 1 à 2 cm, et vous saurez reconnaître à coup sûr ce petit insecte qui semble dépourvu d'ailes. En réalité, si la plupart des espèces de forficules sont effectivement aptères, notre Forficula auricularia est muni d'ailes soigneusement repliées et cachées sous ses minces élytres, mais il s'en sert très peu.

Au menu : pucerons et autres nuisibles

Forficule femelle

Forficule femelle

On le sait peu, mais encourager la présence de perce-oreilles au jardin est un bon moyen de réguler naturellement les populations d'insectes nuisibles. Quoique moins connu que la coccinelle, le forficule est un insecte auxiliaire très utile au jardinier : comme elle, il se délecte de pucerons, mais aussi de psylles, voire de petites chenilles. Si les proies se font trop rares, il s'accomode aussi très bien de tissus végétaux.

Mode de vie du forficule

Le pince-oreille redoute deux choses : la sécheresse et la lumière. Le jour, il se cache donc sous les pierres, les débris végétaux, dans les anfractuosités de l'écorce des arbres, entre les pétales des grosses fleurs (ou à l'intérieur du noyau d'une pêche !) : partout où il est susceptible de trouver une légère humidité et une relative pénombre. A la tombée de la nuit, il commence à s'activer et part à la chasse.
En matière de reproduction, la femelle forficule fait preuve d'un instinct maternel très développé. Elle pond une trentaine d'oeufs (blancs et ovoïdes) à l'automne, dans un abri le plus humide possible, car les oeufs ont besoin d'une certaine hygrométrie durant leur incubation : dans la terre, sous des feuilles ou des branchages... Durant tout l'hiver, elle va les protéger et les nettoyer, en les débarrassant notamment, grâce à ses pièces buccales, des moisissures qui essaient de se développer à leur surface. Au printemps, les oeufs éclosent : de jeunes larves en émergent. D'abord blanchâtres, elles se pigmentent peu à peu et subissent 4 mues successives avant de devenir adultes. Ce n'est qu'au terme du dernier stade larvaire (vers le mois de juillet) que la femelle cesse de s'occuper de ses petits.

Tirer parti du pince-oreille au jardin

Forficules : oeufs et jeunes larves

Forficules : oeufs et jeunes larves

Pour attirer les pince-oreilles et protéger naturellement vos plantes, arbres et arbustes des pucerons ou des psylles, installez des "nichoirs" à forficules à partir de mai ou juin : un pot de fleur retourné et rempli de paille, de foin ou de feuilles sèches fera très bien l'affaire. Prenez la précaution de faire passer une ficelle par le trou de drainage : elle vous servira ensuite à accrocher, si besoin, le pot aux branches d'un arbre ou d'un arbuste.
Posez le pot au sol et patientez quelques jours, le temps que des pince-oreilles viennent s'y installer. Il ne vous reste ensuite plus qu'à placer le pot au pied de plantes attaquées par les pucerons, ou dans un arbre. Si les populations de forficules sont importantes et si les insectes prédatés deviennent trop rares, pensez à déplacer les "nichoirs" vers d'autres plantes infestées, sans quoi vos hôtes pourraient bien s'intéresser de trop près aux jeunes pousses de vos végétaux, à vos fruits ou à vos légumes !

A lire aussi :

Insecticides : non merci
Un jardin exempt de produits de traitement insecticides compte bien plus de forficules qu'un jardin traité. D'ailleurs, comme de nombreux autres insectes, le forficule a vu ses populations décliner durant les dernières décennies, en raison de l'utilisation massive d'insecticides chimiques (dans les champs... et les jardins !). Il demeure cependant très courant et ne semble heureusement pas menacé.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 5

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Le pince-oreille, un auxiliaire utile au jardin

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Chinette
07/06/2016, à Messas

Répondre

J ai un nid de pince oreilles dans mes volets en bois et tombent lorsque j ouvre tous les jours que dois je faire ???

Madyla
24/08/2015, à

Répondre

BONSOIR, Je reçois déjà votre lettre, merci. Perce-oreille ou pince-oreille ? J'ai toujours entendu la première version et cela me faisait peur.........de peur qu'il ne me perce une oreille, bien entendu. Cordialement

René
21/08/2015, à Saint georges de mons

Répondre

J'ai planté un pécher dans mon jardin. Des voisins bien intentionnés m'ont indiqué un "truc" pour le protéger des maladies. Ils suspendent de petits sacs dans lesquels il mettent des coquilles d'œufs. Intrigué j'ai constaté la présence de ces sacs dans bien des jardins environnants et, sceptique, je les ai imités. Je viens de comprendre à quoi cela servait en changeant des coquilles défraichies. Elles étaient envahies de forficules. Il s'agit donc de petits hotels à forficules. Et ça marche!.

Mémère
17/08/2015, à 42130 marcilly le chatel

Répondre

Le marc de café est très utile pour faire partir les fourmis

Dominique
30/07/2015, à Toulouse

Répondre

Je viensde lire l'article sur la coccinelle, passionnant là aussi, je regrette de ne pas être entomologiste. Quel métier d'avenir! Je ne traite pas et je fais attention à mes petits auxiliaires qui me fascinent. Cette année je suis encore plusenvahie par les fourmis, jene les élimine pas mais je crois qu'elles vont m'éliminer. Elles s'insinuent même dans les fruits et dans une boite de pastilles homéopathiques contre la toux, j'ai sorti ma main pleine de fourmis!!!!! Beurk! Dois-je passer à la guerre contre elles d'autant qu'elles tueraient les larves des coccinnelles que j'aime beaucoup? Comment me débarrasser des fourmis en les poussant chez mes voisins...uniquement?