Créer un herbier

Le 22 septembre 2017 par Clémentine Desfemmes

Amoureux des plantes, botaniste chevronné, étudiant, collectionneur, esthète, créatif : on a tous une bonne raison de créer un herbier. Et comme la confection d'un herbier peut aussi se concevoir selon une approche pédagogique et ludique, on peut en faire un véritable loisir créatif, accessible à tous, y compris aux enfants !

Pourquoi créer un herbier ?

A l'origine, un herbier a une vocation scientifique, naturaliste : il a pour but de rassembler une collection de plantes, aussi systématique que possible, classées selon des critères bien précis, et identifiées de manière rigoureuse... C'est souvent le travail d'une vie, et l'herbier peut se conserver, dans de bonnes conditions, plusieurs dizaines, voire centaines d'années, il se transmet de génération en génération...

Mais pas besoin d'arriver jusque là pour se faire plaisir : on peut aussi créer un herbier esthétique et ludique, en choisissant simplement ses plantes préférées ou en privilégiant une thématique (les plantes de mon jardin, la flore de ma région, ma collection de graminées, les arbres...), et en les mettant joliment en valeur dans un cahier. Chacun "vit" son herbier selon sa sensibilité !

Page d'herbier
Page d'herbierAgrandir l'image

Matériel nécessaire à la création d'un herbier

Pour commencer la création de votre herbier, il vous faudra :

  • Des plantes fraîchement récoltées !
  • Pour le prélèvement : un petit sécateur, une paire de ciseaux, une petite pelle, un carnet, un crayon ;
  • Pour le séchage : du papier journal ou du papier buvard, une presse (que l'on peut remplacer par de gros livres) ;
  • Pour le collage : du papier gommé, à défaut, de la colle blanche ou du papier autocollant (éviter le scotch), un petite pince pour faciliter les manipulations ;
  • Support de l'herbier : de grandes feuilles de papier assez épais (160g/m2 ; le format A3 est idéal, soit 29,7x42cm) à classer et à ranger dans des chemises, ou encore un grand cahier à spirales (au moins 24x32cm), mais alors le classement ne pourra être que chronologique ;
  • Une boîte hermétique pour ranger votre herbier à l'abri de l'humidité, de la lumière... et des insectes trop gourmands !
Feuilles pour un herbier
Feuilles pour un herbierAgrandir l'image

Prélèvement des plantes

En pratique, quelle partie de la plante prélever et présenter dans un herbier ? Les puristes récolteront, chaque fois que c'est possible, la plante entière, c'est-à-dire avec le système racinaire (d'où l'utilité d'une petite pelle pour pouvoir arracher la plante sans trop briser les racines), les fleurs et/ou les fruits (ou cônes, sporanges, etc.).

Si la vocation de l'herbier est simplement décorative ou ludique, vous pouvez choisir de privilégier une partie de la plante, celle qui vous paraît la plus esthétique ou la plus représentative : feuille avec son pétiole, fleur, tige feuillée...

Il est important de récolter la plante par temps sec, et de préférence l'après-midi, lorsque toute trace de rosée a disparu : moins il y a d'humidité au moment du prélèvement, meilleures sont les chances de bien réussir le séchage !

Enfin, au moment de la récolte, notez dans un petit carnet toutes les informations dont vous aurez besoin lors de la rédaction de l'étiquette (voir plus bas), en pensant à bien numéroter vos échantillons, et à les placer provisoirement dans des sacs en plastique individuels.

Prise de notes sur le lieu de collecte
Prise de notes sur le lieu de collecteAgrandir l'image

Respectons la flore

Bien évidemment, on ne collectera pas d'espèces protégées, pour lesquelles le prélèvement est interdit (dans ces cas-là, rien ne vous empêche cependant de prendre une photo de la plante, qui, une fois imprimée, remplacera l'échantillon). On évitera aussi de récolter inutilement plusieurs spécimens d'une même plante, ou de prélever un spécimen isolé, au risque de faire disparaître la plante d'un site où elle est rare : les naturalistes parlent de "destruction de station".

Séchage des plantes de l'herbier

Le séchage est le moment le plus délicat et le plus important. D'abord, il faut mettre les plantes à sécher aussitôt après la récolte, avant qu'elles ne flétrissent. Ensuite, il est indispensable de bien aplatir le matériel végétal, de manière à ce qu'il puisse être facilement conservé dans l'herbier, sans trop faire gondoler les pages à cause d'une épaisseur trop importante. Il faut donc soigneusement étaler l'échantillon à sécher entre des feuilles de papier journal (ou de papier buvard), de manière à bien mettre en valeur les éléments intéressants, et sans faire de faux-plis, puis placer ces feuilles sous une presse ou sous de gros livres.

Le séchage est optimal après environ 3 semaines, et pendant cette période, il faudra changer régulièrement les feuilles de papier journal, sous peine de voir moisir les échantillons : quotidiennement les premiers jours, puis tous les 2-3 jours, et enfin une fois lors de la dernière semaine de séchage. Cette fréquence est indicative, elle dépendra de la nature de la plante, de son degré d'humidité lors de la récolte, de l'épaisseur de l'échantillon... D'une manière générale, changez les feuilles de papier journal lorsque celles-ci sont humides, ce qui implique une certaine surveillance de votre part, surtout les premiers jours (d'où l'intérêt de ne pas faire sécher 25 échantillons en même temps...). Profitez de ces changements de papier absorbant pour corriger un mauvais pli.

Conseil

Préférez la qualité à la quantité : récoltez peu de plantes à la fois, afin de pouvoir soigner l'étape du séchage, puis celle de l'étiquetage. Avec trop d'échantillons à "traiter" en rentrant à la maison, vous serez vite dépassé... ou lassé !

Collage et étiquetage des plantes de l'herbier

Une fois la plante bien sèche, vous pouvez la coller sur une feuille. Pour cela, le mieux est d'utiliser, comme les vrais botanistes, des morceaux de papier gommé (papier qui colle lorsqu'on l'humidifie, par exemple à l'aide d'une éponge) : il permet de maintenir en place l'échantillon et de pouvoir être décollé et recollé plusieurs fois sans endommager le support ni l'échantillon. A défaut, vous pouvez utiliser de petites bandelettes de papier autocollant découpées à la dimension voulue, ou tout simplement des points de colle blanche (attention, certaines colles "tachent" le matériel végétal et se voient par transparence).

Herbier : collage des échantillons
Herbier : collage des échantillonsAgrandir l'image

Réservez un espace de la page pour l'étiquette : si vous envisagez un herbier scientifique, le mieux est de pré-imprimer des modèles d'étiquettes vierges, sous forme de fiches, que vous remplirez pour chaque plante, cela vous fera gagner du temps et donnera une homogénéité à votre herbier. Parmi les informations à faire figurer (l'usage du petit carnet de note sur le site de collecte est incontournable !) :

  • nom scientifique de la plante, famille botanique, et éventuellement noms vernaculaires
  • nom du collecteur
  • numéro de récolte
  • date de récolte
  • localisation du lieu de récolte (les puristes pourront indiquer les coordonnées GPS)
  • informations complémentaires sur le lieu de collecte : altitude, type de sol, type de végétation...
  • informations sur les caractéristiques de la plante impossibles à fixer : couleur, odeur, texture, dimensions de la plante entière lorsqu'on ne prélève qu'une partie de celle-ci...

Bien entendu, si, pour vous, c'est le résultat affectif ou esthétique qui compte, vous pouvez indiquer seulement le nom de la plante, son histoire, ce qu'elle symbolise, son utilisation, et ajouter, si vous avez un joli coup de crayon, un ou deux croquis... Libre à vous de donner à votre herbier la dimension que vous désirez !

>> Lire aussi : Faire un herbier avec les enfants

Création d'un herbier dessiné avec des enfants
Création d'un herbier dessiné avec des enfantsAgrandir l'image

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Créer un herbier

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les idées déco.

4 questions

Voir tout Poser une question