Les zones humides, des milieux à protéger

Le 5 août 2017 par Clémentine Desfemmes

Les zones humides sont des milieux riches en biodiversité et qui jouent un rôle écologique essentiel. Pourtant, elles sont en forte régression en France et ailleurs dans le monde. Pourquoi faut-il les protéger ?

Qu'est-ce qu'une zone humide ?

On appelle "zone humide" une zone d'eaux naturelles ou artificielles, stagnantes ou courantes, permanentes ou temporaires. La terre y est inondée ou gorgée d'eau salée, d'eau saumâtre ou d'eau douce. Ainsi, les marais, marécages, tourbières, mares, étangs, lacs, carrières inondées, lagunes, fleuves, ruisseaux, landes humides, bois méracageux sont autant de zones humides continentales. Du côté des zones humides littorales et océaniques, citons les îles, baies, dunes, plages, estuaires, falaises, marais salants, récifs coralliens, mangroves...

Les zones humides les plus vastes sont la Sibérie occidentale (pergélisol -permafrost en anglais, sol gorgé d'eau et gelé en quasi-permanence-, marécages), l'Amazone, la baie d'Hudson, le Pantanal (en Amérique du Sud, composé de prairies et savanes inondables : comme un marais géant), ou encore le Nil.

Les étangs des Dombes (Ain)
Les étangs des Dombes (Ain)Agrandir l'image

En France, 80 sites sont classés en zone humide, dont la baie du Mont Saint Michel, la Camargue, la baie de Somme, la forêt alluviale rhénane, et différents sites en Val de Loire.

La Convention de Ramsar

La Convention sur les zones humides (ou convention de Ramsar) est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale en matière de conservation et d’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources. Adoptée en 1971 à Ramsar, en Iran, elle est entrée en vigueur en 1975. C’est le seul traité mondial de l’environnement qui porte sur un écosystème particulier.

Zones humides : un rôle écologique essentiel

Le premier intérêt des zones humides, c'est qu'elles abritent une riche biodiversité : elles ne représentent que 3% de la surface mondiale, mais 50% des espèces d'oiseaux et la totalité des espèces de poissons et d'amphibiens y vivent. En France métropolitaine, les zones humides accueillent 25% de la biodiversité végétale et animale, dont bon nombre d'espèces menacées ou en voie de disparition.

Echasse blanche - Camargue
Echasse blanche - CamargueAgrandir l'image

Les zones humides sont, pour les oiseaux et les espèces animales aquatiques, des étapes migratoires, des lieux de reproduction ou d'hivernage. Pour les espèces végétales (dites hygrophiles) très inféodées au milieu humide, les spécificités des sites (humidité, nature du sol, microclimat...) rendent ces habitats uniques et irremplaçables. Détruisez les zones humides, et vous détruisez à coup sûr les espèces vivantes qui y vivent, incapables de s'adapter ailleurs.

Intérêts hydrologiques et économiques des zones humides

Les zones humides ont d'autres avantages pour l'environnement et, plus directement, pour l'homme, à commencer par leur rôle hydrologique. Elles jouent en effet un rôle essentiel dans le cycle de l'eau. En effet, les marais, marécages, lacs, landes humides et autres bois marécageux agissent comme des éponges : lors de fortes pluies, ils stockent l'eau et la restituent progressivement. Ces zones humides contribuent ainsi à la régulation du débit des cours d'eau (réduction des crues et inondations, compensation des périodes de sécheresse).

Inondations dans les Yvelines
Inondations dans les YvelinesAgrandir l'image

En outre, les zones humides assurent une épuration naturelle de l'eau (grâce aux plantes aquatiques et aux micro-organismes qui y vivent : lire : Des plantes pour remplacer les stations d'épuration : les jardins filtrants), et le système racinaire des végétaux aquatiques et semi-aquatiques protège les sols de l'érosion.

Les zones humides ont aussi un rôle économique : elles permettent la production de bois, de nourriture, d'énergie, et représentent une réserve d'eau douce. Leur disparition représenterait des pertes importantes pour le pays. Ainsi, selon un rapport du CGDD (Commissariat général au développement durable) de 2010, si 20.000 ha de zones humides disparaissaient en France, les pertes de fonctions et de bénéfices seraient de 18,1 à 62,6 millions d'euros par an, soit de 405 à 1400 millions d'euros de perte sur 50 ans. A titre de comparaison, le coût d'acquisition de ces surfaces par les collectivités publiques et leur entretien ne coûterait "que" 200 à 300 millions d'euros sur 50 ans.

Des milieux naturels menacés

Les zones humides sont en forte régression, en France et partout ailleurs dans le monde. On estime qu'en France, leurs surfaces ont diminué de 67% au cours du XXe siècle, avec un rythme qui s'accélère depuis quelques décennies : -50% entre les années 60 et les années 90. Et la destruction de ces habitats continue...

Drainage d'une zone humide en Belgique
Drainage d'une zone humide en BelgiqueAgrandir l'image

Plusieurs causes à ce recul :

  • Le détournement des fleuves pour l'irrigation, la construction de barrages ;
  • Le drainage et l'assèchement des marais, marécages, etc ;
  • L'urbanisation ;
  • La pollution de l'eau...

Enfin, pour les plantes et les animaux vivant dans ces milieux humides, le danger vient parfois de l'intérieur : les espèces exotiques invasives, animales aussi bien que végétales, y prolifèrent et accélèrent la disparition d'espèces autochtones déjà fragiles.

>> Lire : Jardiner en zone humide

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les zones humides, des milieux à protéger

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question