Salage des routes et migration des plantes maritimes

Le 13 février 2010 par Clémentine Desfemmes

Le sel déversé sur les axes routiers en hiver a des conséquences imprévues sur la biodiversité. Des plantes maritimes, ne poussant normalement que sur des sols saturés en sel, trouvent le long des routes un milieu dont la salinité est propice à leur développement. Elles gagnent peu à peu l'intérieur du continent.

Un phénomène observé partout en Europe

Autoroute enneigéLe sel déversé chaque hiver sur les routes pour lutter contre le verglas et aider au déneigement fait des heureuses : les plantes maritimes, qui peuvent ainsi migrer depuis les bords de mer jusqu'à l'intérieur des continents. Le phénomène est observé en Europe depuis les années 70. Belgique, Allemagne, Angleterre, Pays-Bas, Pologne, République Tchèque, et récemment, la Suisse, voient désormais des espèces halophiles (qui aiment le sel) s'installer sur les bas-côtés des axes routiers, notamment des autoroutes.

Une graminée des prés salés en plein coeur de la Champagne

La France ne fait pas exception : les premières observations d'espèces maritimes ayant migré le long des routes ont été faites en 1987. Plusieurs espèces sont impliquées, en particulier Cochlearia danica L. (ou cranson du Danemark), une petite plante de la famille des Brassicacées, vivant habituellement en bords de mer sur les rochers, les falaises et les dunes et que l'on rencontre maintenant en Haute Normandie, en Ile de France et dans le Centre. Puccinellia distans L., une graminée des prés salés, a également migré à travers les régions du Nord et de la Champagne.

Enrichissement de la biodiversité ou futures espèces invasives ?

Ces plantes maritimes trouvent le long des routes un milieu propice à leur développement, et elles colonisent ces nouvelles terres d'accueil dont la salinité est accrue par le sel de salage. Leurs graines sont portées par le vent, les véhicules, les animaux, favorisant ainsi la dispersion de ces espèces migrantes. Ces plantes viennent enrichir la biodiversité sans pour autant risquer de devenir invasives: sans sel, elles ne peuvent pas proliférer. Elles ne quitteront donc pas le bord des routes.

>> A lire aussi :

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Salage des routes et migration des plantes maritimes

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question