Destruction de la biodiversité : Ikea® condamné par la justice

Le 3 août 2010 par Clémentine Desfemmes

La société Ikea® vient d'être condamnée en justice pour destruction d'espèces protégées. Une plateforme logistique aurait été construite, près de Marseille, sur une zone abritant notamment des orchidées sauvages. Une étude d'impact avait pourtant été réalisée par un cabinet d'expertise...

Autorisation de construction : une étude d'impact réalisée à la va-vite

Rollier d'Europe, espèce menacéeEn 2007, la société Ikea® demande l'autorisation de construire une plateforme logistique près de Marseille, au lieu-dit de la Feuillane, sur un terrain en friche. Comme l'exige la loi, Ikea® fait réaliser une étude d'impact sur les espèces animales et végétales potentiellement dérangées par la construction de cette vaste plateforme : c'est à Eco-Med, cabinet d'expertise-conseil en environnement, que le travail est confié. Ikea® met son prestataire sous pression, afin que l'étude soit réalisée rapidement... trop rapidement. Le cabinet ne fournit donc qu'un prédiagnostic, à défaut d'une étude complète. Ce prédiagnostic semble satisfaire les services de l'Etat et le CNPN (Conseil National de Protection de la Nature), car Ikea® reçoit le feu vert pour les travaux.

Feu vert pour la destruction d'espèces

Problème : la zone abrite des orchidées sauvages, qui fleurissent au printemps. L'étude d'impact ne les aurait pas détectées, celle-ci ayant été réalisée en automne et en hiver. Et les orchidées ne sont pas les seules espèces vivantes à être dérangées par Ikea®. L'association Nature Citoyenneté Crau Camargue (Nacicca) dévoile son propre inventaire : 8 espèces végétales (orchidées sauvages, mais aussi Gratiola Officinalis, Spiranthes aestivalis...), 21 espèces d'oiseaux protégées (notamment le faucon crécerellette, vulnérable, et le rollier d'Europe, menacé) ainsi que des reptiles et des amphibiens (triton palmé) sont installés sur la zone... Fort de ces nouvelles informations, le CNPN demande alors à Ikea de modifier le chantier pour limiter l'impact sur la faune et la flore, mais la plateforme est tout de même construite. La destruction d'espèces protégées est donc sciemment autorisée. 

Ikea® est finalement condamné

Cependant, Ikea® a oublié de demander la dérogation préfectorale pour destruction d'espèces : cet oubli n'a pas échappé à l'association Nacicca. Ikea® s'est ainsi vu condamné, début juin, à 10.000 euros d'amende, pour "destruction d'espèces végétales protégées", "destruction du milieu d'une espèce végétale protégée", et "destruction du milieu particulier d'une espèce animale non domestique". Ikea® a fait appel de cette décision.

En France, en matière de protection de la biodiversité et de l'environnement, les autorités font parfois (souvent ?) preuve d'un certain laxisme... Quant aux cabinets d'expertise chargés de réaliser les études d'impact, l'histoire montre qu'ils ne sont pas infaillibles.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 5

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Destruction de la biodiversité : Ikea® condamné par la justice

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Anso
28/04/2014, à Guénange

Répondre

Je trouve que l'amande ne devrait pas revenir que à Ikea. Ils ont reçu le feu vert, ils ne sont pas tout à fait en tord. Le cabinet d'expertise à donné une réponse, bien que incomplète... elle pouvait tout simplement dire NON, on a pas le temps, soit vous attendez soit on annule l'expertise. Ensuite, le CNPN qui à donné le feu vert. Ils ne peuvent pas dire, une fois les travaux commencé : on change les plan. Ce n'est tout simplement pas sérieux!

Romainp2301
16/08/2010, à Paris

Répondre

10.000 euros? c'est un blague! a quand des amendes bcp plus concéquentes (voir de la prison)pour enfin faire prendre concience de l'importante de cette biodiversité si importante à notre equilibre,a la nature.

Lisette
15/08/2010, à Dour belgique

Répondre

C\'est honteux de faire des choses comme ça mais ma parole ils se croient tout permis je déteste qu\'on fasse des choses comme cela dans la nature

Fanfan
15/08/2010, à Macon

Répondre

Il n\'y a qu\'une chose à faire ne plus rien acheter chez IKEA !!!!!

François21
14/08/2010, à Dijon

Répondre

10000 € d\'amende... dérisoire pour IKEA qui fait en + appel... et n\'empèchera pas la plateforme d\'exister. On détruit, on paye et tout va bien dans le meilleur des mondes. Tout simplement lamentable.