Après les OGM, des plantes génétiquement modifiées... par irradiation

Le 1er avril 2010 par Clémentine Desfemmes

On parle beaucoup des OGM, mais les plantes dont les gènes ont été artificiellement modifiés, par mutation induite, sont moins médiatisées. Or, ces traitements mutagènes pourraient avoir des conséquences néfastes sur la santé des consommateurs. La question de la propriété du vivant se pose également.

Induire des mutations pour obtenir des semences dites "améliorées"

Bananes mutantes ?Plusieurs agents mutagènes sont utilisés par les scientifiques pour modifier le patrimoine génétique des semences : bombardements au cobalt, rayons gamma ou encore substances chimiques. Ces traitements infligés aux graines ont pour objectif d'accélérer le processus naturel de mutation des gènes, de façon à obtenir de nouvelles plantes ayant des caractéristiques potentiellement intéressantes en agriculture (rendement, résistance, morphologie...).

Ce procédé est assez ancien -il est utilisé depuis une cinquantaine d'années- et, s'il est aléatoire (on ne sait pas à l'avance quelle mutation on va obtenir), il est moins coûteux qu'un programme de recherche pour la création d'OGM. Autre avantage, il n'est pas soumis à la réglementation sur les OGM, et il est indétectable. Et comme les plantes obtenues sont brevetables, ces techniques mutagènes peuvent être très lucratives pour les entreprises qui s'y intéressent. Ce sont aujourd’hui près de 3000 variétés de 170 espèces différentes (riz, blé, orge, manioc, bananes...) qui sont concernées par cette technique de sélection.

Pas tout à fait des OGM, mais presque

Dans le cas de ces plantes mutées, il n'y a pas de transfert de gène d'un organisme à un autre, mais l'ADN n'en est pas moins modifié par l'intervention de l'homme. Et ces gènes mutés, s'ils peuvent conférer à la nouvelle variété obtenue des caractéristiques intéressantes en termes de culture, peuvent aussi induire la synthèse par la plante de protéines dont on ne connaît pas les impacts. Par ailleurs, l'imprévisibilité des recombinaisons génétiques ne permet pas d'exclure de possibles effets délétères chez le consommateur. Enfin, ces semences "améliorées" et brevetées sont une fois de plus une forme d'appropriation du vivant, dans un but lucratif.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Après les OGM, des plantes génétiquement modifiées... par irradiation

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question