Gaz de schiste : une victoire pour les écologistes

Le 6 novembre 2011 par Clémentine Desfemmes

Avec l'interdiction de la fracturation hydraulique, seule technique permettant aujourd'hui l'exploitation du gaz de schiste, le gouvernement a marqué son renoncement à une méthode d'extraction très coûteuse d'un point de vue environnemental, notamment en matière de pollution des eaux.

Gaz de schiste : une exploitation interdite... a priori

Mobilisation anti gaz de schisteLa loi adoptée le 13 juillet 2011 vise en effet "à interdire l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique et à abroger les permis exclusifs de recherches comportant des projets ayant recours à cette technique". Les industriels disposaient de 2 mois pour déclarer la technique qu'ils comptaient utiliser.

Suite logique, le 3 octobre, le gouvernement a annoncé sa décision d'abroger les trois permis exclusifs de recherche de gaz de schiste dans le sud de la France, qui avaient été accordés au printemps 2010. Les trois sites concernés se trouvent à Nant, dans l'Aveyron, à Villeneuve-de-Berg, en Ardèche, et à Montélimar, dans la Drôme. Les deux premiers permis avaient été attribués à la compagnie américaine Schuepbach, et le troisième à Total.

Une victoire partielle

Cette annonce sonne comme une victoire pour les opposants au gaz de schiste, mais une victoire partielle : il reste 61 permis encore en vigueur ailleurs en France. Certes, Nathalie Kosciusko-Morizet affirme dans un communiqué que pour ces autres permis en cours de validité, les détenteurs "n'ont pas prévu de rechercher des gaz et huiles de schiste ou y ont renoncé pour se limiter à des gisements conventionnels". Cependant, les Verts, les socialistes et des associations écologistes comme Générations Futures estiment que la situation est loin d'être réglée, et que la loi du 13 juillet est insuffisante et trop imprécise. Une nouvelle proposition de loi visant à interdire l'exploration et l'exploitation d'hydrocarbures non conventionnels, huiles et gaz de schiste, avait ainsi été déposée pour "verrouiller" plus efficacement le dossier (c'est-à-dire en excluant toute forme d'extraction du gaz de schiste, et pas seulement par facturation hydraulique), mais celle-ci a été rejetée par l'Assemblée Nationale le 11 octobre.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Gaz de schiste : une victoire pour les écologistes

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Francoise83
07/12/2011, à Rocbaron

Répondre

Ce n est pas une victoire pour les écologistes ! C est une victoire pour toute la population présente et à venir !!! Bonne journée