La déforestation, une menace pour l'homme et la planète

Le 11 octobre 2010 par Xavier Gerbeaud

Avec les incendies, les pluies acides et les aléas climatiques, la déforestation fait partie des agressions que l'homme inflige à la forêt. Dans certains pays, elle atteint des proportions très inquiétantes, et représente une menace sérieuse à l'échelle planétaire.

Sous toutes les latitudes, la forêt est menacée

Déforestation - SuèdeLa déforestation est souvent associée à la forêt amazonienne. Et il est vrai que celle-ci a payé un lourd tribu aux activités humaines : on estime que si rien n'est fait pour enrayer le phénomène, d'ici 2030, elle aura disparu. Mais le déboisement concerne également les autres forêts primaires (c'est-à-dire celles qui n'ont jamais été transformées par l'homme), en Russie, au Canada, en Asie du Sud-Est et en Afrique. Celles d'Asie et d'Afrique sont actuellement les plus menacées. Ainsi, la forêt tropicale du bassin du fleuve Congo, qui est la 2e plus grande forêt primaire après celle d'Amazonie, est victime d'une intense exploitation illégale du bois : en 2050, elle pourrait bien être rayée des cartes.

Causes de la déforestation

Avant toute chose, il convient de rappeler qu'en Europe aussi, on a pratiqué une très forte déforestation jusqu'à la fin du XIXe siècle. A l'origine, la forêt devait composer l'essentiel des paysages ; et la quasi-totalité des surfaces cultivées en Europe a été conquise sur la forêt au prix d'un défrichement.

Aujourd'hui, la déforestation (et notamment celle de la forêt tropicale humide) concerne surtout les pays à forte croissance démographique, où elle est dictée par des nécessités de développement économique ou de survie des populations locales. Dans ces zones tropicales humides, la forêt est détruite essentiellement pour :

  • Disposer de nouvelles terres agricoles, destinées à une agriculture itinérante ou permanente ;
  • Exploiter le bois (bois-énergie et bois-matériau) ;
  • Accroître les surfaces disponibles pour l'élevage.

Bien souvent, dans les pays où la pression démographique est forte, la déforestation est (en dépit d'une idée communément répandue) le fait des populations locales qui, pour se nourrir, n'ont pas d'autre choix que de défricher. Elles disposent ainsi de bois de chauffage, de bois de construction et de surfaces agricoles à cultiver. Cependant, si ce déboisement fait tant de ravages, c'est parce que l'agriculture est souvent itinérante : les hommes déboisent une zone, la cultivent pour leur subsistance, puis l'abandonnent et vont défricher ailleurs, les sols tropicaux étant si fragiles qu'une réutilisation agricole des terres mises à nu est souvent impossible.

Cependant, dans certaines zones, la forêt disparaît au profit de cultures agricoles vouées à l'exportation (production d'huile de palme, de soja, de biocarburants), de l'élevage bovin (également pour l'exportation) ou d'une exploitation forestière (bois exotique) trop souvent illégale, et en tout cas menée sans aucun respect des écosystèmes.

Conséquences pour l'homme et la planète

Déforestation par brûlisLa déforestation est lourde de conséquences, c'est pourquoi la protection du manteau forestier est une nécessité pour nous et pour les générations futures :

  • Les premiers à subir les effets de cette déforestation sont les habitants des forêts tropicales eux-mêmes, qui se trouvent ainsi privés de leur cadre de vie. Ces peuples autochtones représentent 50 millions d'individus, qui pourraient ainsi voir leurs droits bafoués, leur culture menacée, et être contraints à la fuite.
  • On estime que les forêts primaires abritent 75 à 90% de la biodiversité mondiale : avec la déforestation, ce sont des milliers d'espèces animales et végétales qui sont menacées. Cette destruction du patrimoine génétique n'inquiète pas seulement les écologistes : la conservation de la biodiversité est aussi de l'intérêt de l'humanité (par exemple, la médecine puise dans les espèces végétales tropicales les substances actives utilisées dans un quart des médicaments vendus dans nos pharmacies).
  • La déforestation accélère les émissions de CO2 et limite la quantité d'oxygène produite. Ainsi, d'après le WWF, la déforestation représente 25% des émissions annuelles de gaz à effet de serre, soit presque autant que l'activité des Etats-Unis. 
  • La désertification des zones fragiles, l'érosion hydrique et éolienne sont autant de conséquences directes de la déforestation.

Les solutions : quelques pistes

Face au défrichement opéré par les populations elles-mêmes à des fins vivrières, l'interdiction est sans doute une solution peu efficace. Il est bien plus intéressant de miser sur la sensibilisation au danger que présente la disparition des forêts, et surtout de faire participer les peuples autochtones aux projets de préservation des écosystèmes (maintien de la fertilité des sols pour pérenniser l'agriculture dans les zones déboisées pour éviter l'extension du phénomène, plantation d'essences à croissance rapide dans les zones où les arbres sont coupés pour obtenir du bois de feu ou de construction...).

Ailleurs, là où la forêt fait l'objet d'une exploitation intensive (coupes illégales de bois destiné à l'exportation vers les pays riches), la sauvegarde du patrimoine forestier passe par la généralisation des modes de gestion durable des forêts et des labels tels que FSC ou PEFC.

Quelques chiffres éloquents (source : FAO)

  • Depuis 15 ans, ce sont 80.000 km2 de forêt qui disparaissent chaque année (solde net, tenant compte de la reforestation). Cela correspond à la surface d'un pays comme l'Autriche.
  • La déforestation brute (superficie déboisée) atteint 130.000 km2 par an, soit la superficie de l'Angleterre, ou 86% de la surface boisée en France. Cela correspond aussi à la surface d'un terrain de football par seconde.
  • 0,5% des forêts de la planète disparaissent chaque année. Cela signifie qu'à ce rythme, d'ici 200 ans, il n'y aurait plus de forêts sur Terre.
  • 80% des forêts primaires (comme la forêt amazonienne) ont déjà disparu.
  • Seulement 6% des forêts sont protégées dans le monde.

Clémentine Desfemmes

Crédit photos : Mikaël Damkier ; flickr.com / crustmania

Commentez cet article 6

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
La déforestation, une menace pour l'homme et la planète

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Eimp
26/02/2014, à Montréal

Répondre

Auriez-vous une idée de ce que les enfant pourraient faire pour aider à arrêter le plus possible la déforestation.

Odim 974
05/04/2011, à La rivière

Répondre

Le côté hautement préocupant c'est que beaucoup d'entre nous ne sont toujours pas persuadés du rapport direct de cause à effets entre l'extermination des forêts de la planète et notre explosion démographique. l'ironie du sort c'est que "homo-sapiens" veut dire "homme sage" !...

Odim 974
04/04/2011, à La rivière

Répondre

De 1 à 7 miliards d'humains sur terre le temps d'une vie humaine dans ce dernier siècle, il est bien là le problème!...sauf à freiner des quatres fers démographiquement, aucune chance de sauver ce qui reste des forêts de la planète!...

Manso
16/10/2010, à Toulon

Répondre

Excellent article sur le fond: le lien est maintenant clairement établi entre d'une part la déforestation et d'autre part la croissance démographique humaine. je m'étonne donc un peu que dans les pistes évoquées ne figure pas la référence à la planification familiale. en effet ce n'est que par ce biais que l'on pourra freiner la démographie mondiale de façon humaniste et consensuelle et ce d'autant plus que d'ores et déjà 35% des femmes des pays les plus pauvres sont en demande insatisfaite de contraception. d'ailleurs rendre cette dernière gratuite comme le demande la pétition lancée par l'association démographie responsable serait de bon augure.

Didier b
15/10/2010, à Lyon

Répondre

Evidemment, vous mettez le doigt sur le vrai problème, celui de la croissance démographique. il n\\\'y aura aucun salut pour l\\\'environnement, si nous ne mettons pas en tête de nos préoccupations la lutte pour une démographie plus modeste. aucun réglement ne pourra protéger les forêts contre l\\\'extension irrépressible de l\\\'homme. l\\\'évolution du nombre des hommes et celle du nombre des arbres sont globalement pour la planète des fonctions inverses.

Voir tous les commentaires (6)

Ceci peut aussi vous intéresser