Prenez garde à la berce du Caucase !

Le 22 juin 2013 par Clémentine Desfemmes

La berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum, est une espèce invasive qui s'est naturalisée dans de nombreux pays d'Europe. Elle est présente en France : méfiez-vous de cette plante spectaculaire susceptible de provoquer de graves brûlures, et qui met en péril l'équilibre des écosystèmes.

Majestueuse et spectaculaire

Berce du Caucase, Heracleum mantegazzianumHeracleum mantegazzianum est une plante herbacée de la famille des Apiacées (anciennement Ombellifères). Elle apprécie les sols frais et humides et on la rencontre dans les milieux bouleversés, comme les terrains vagues, les prés, les bords de chemins, de routes et de voies ferrées, et les berges des cours d'eau. Elle peut atteindre près de 4 mètres de hauteur et sa gigantesque inflorescence blanche, en ombelles, apparaît entre juin et septembre, et dépasse parfois 50 cm de diamètre. Les feuilles sont à la mesure de la plante : jusqu'à 3 mètres de longueur... Pas de doute, la berce du Caucase est spectaculaire et intrigante !

Une redoutable invasive

Découverte en 1880 dans une vallée du Caucase, elle a d'abord été acclimatée en Suisse avant d'être disséminée dans toute l'Europe, puis sur le continent américain. Son impressionnante floraison et ses dimensions hors du commun sont pour beaucoup dans sa rapide dissémination : la berce du Caucase a été utilisée comme plante d'ornement dans les jardins, donnant lieu à des échanges de graines entre botanistes et jardiniers... Comme souvent, c'est donc l'homme qui est responsable de l'introduction de cette plante dans des milieux où elle n'avait rien à faire. Car Heracleum mantegazzianum est bien une espèce invasive : venue d'ailleurs, elle colonise rapidement les milieux dès lors que les conditions lui conviennent, empêchant les espèces indigènes de se développer, et déséquilibrant ainsi le fragile équilibre des écosystèmes. Certes, cette plante vivace est éphémère : elle fleurit au bout de 3 à 5 ans, entre mi-juin et mi-juillet, puis disparaît... non sans avoir produit quelques graines : une seule inflorescence donne jusqu'à 100.000 graines qui, propagées par le vent et les cours d'eau, partiront à la conquête d'autres sites.

Outre la menace qu'elle fait peser sur la biodiversité, la berce du Caucase pose également un problème de santé publique, car sa sève contient une substance phototoxique. En cas de contact de la sève avec la peau, l'épiderme devient extrêmement sensible aux rayons UV, et une exposition de la peau au soleil provoque des lésions (appelées phytophotodermatites) pouvant aller de l'érythème à la brûlure grave : peau rouge, cloquée, douloureuse. La photosensibilité persiste durant 48h et les séquelles peuvent se prolonger jusqu'à plusieurs mois, voire plusieurs années (taches brunes et douleurs persistantes, fragilité accrue face aux UV).

Détruire la berce... avec des gants !

Il faut donc éviter de récolter des graines, de semer, de planter, d'échanger, de déplacer la plante, en un mot, s'abstenir de tout geste pouvant favoriser sa dispersion dans l'environnement. En raison de son caractère invasif, il est même conseillé de la détruire avant sa floraison, ou en tout cas avant la formation des graines (comme pour l'ambroisie ou la balsamine de l'Himalaya). Le fauchage ne la détruit pas : si les racines restent vivantes, elle repousse ! Il faut donc impérativement sectionner les racines de la plante à une profondeur d’environ 20 cm, à l'aide d'une pelle ou d’un couteau.
Mais attention : si vous êtes amené à manipuler la plante, protégez-vous soigneusement pour éviter tout contact avec la sève toxique :

  • couvrez toutes les parties du corps par des vêtements protecteurs non absorbants : manches longues, pantalon épais, chaussettes, gants, lunettes, visière ;
  • retirez les vêtements et les gants en les retournant à l'envers ;
  • nettoyez les outils en contact avec la sève de la plante (sécateur, débroussailleuse...).

Pour se débarrasser des plants coupés, il faut les sécher en les plaçant dans des sacs en plastiques résistants et fermés, exposés au soleil pendant un minimum d’une semaine.

>> A lire aussi : Plantes exotiques envahissantes : un risque pour la biodiversité

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 3

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Prenez garde à la berce du Caucase !

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Vespa
13/06/2014, à Bourg st andeol

Répondre

Quelles sont les différences avec la Grande Berce (heracleum sphondylium) ? . merci.

Mikado
27/06/2013, à Villers cotterets

Répondre

C'est une plante magnifique qui séchée fait des bouquets spectaculaires. J'en ai cultivé pendant plusieurs années avant de comprendre que les redoutables brulures dont je souffrais provenaient de cette plante et qui ne se révèlent qu'a l'exposition au soleil quelquefois plusieurs jours après le contact. Allez voir les brulures par exemple sur le site http://www.picardie.fr/IMG/pdf/berce_du_caucase.pdf Depuis j'ai un peu étudié cette plante et en diffuse la connaissance autour de moi. UNE PLANTE A FUIR ABSOLUMENT ET A DETRUIRE AVEC TOUTES LES PRECAUTIONS NECESSAIRES. Même sans désherbant et un peu de patience couper les tiges au fur et a mesure de leur croissance suffit souvent à faire disparaitre la plante.

Dariv
27/06/2013, à Les ponts de cé

Répondre

Cette suberpe plante a aussi beaucoup inspiré Emile Gallé dans ses créations Art Nouveau et les oiseaux du jardin semblent bien apprécier ses graines quand la nourriture se fait plus rare. Quel dommage s\'il faut la détruire !