Les arbres savent s'adapter au changement climatique

Le 19 décembre 2009

Face au changement climatique et à l'augmentation des teneurs en CO2 de l'air, les arbres s'adaptent. Une étude américaine a montré que le nombre de stomates des feuilles se modifie au fil des décennies. D'autres résultats publiés par l'INRA confirment l'impact du réchauffement du climat sur les forêts.

Le changement climatique, pour les arbres, c'est d'abord plus de CO2

ChêneOn le sait, l'atmosphère de la planète s'enrichit en dioxyde de carbone. Cette élévation de la teneur en CO2 est responsable du réchauffement climatique, dont les effets néfastes sont désormais bien connus. Le sommet de Copenhague qui approche sera d'ailleurs l'occasion de faire le point sur la situation au niveau mondial. Mais quel est l'impact de cet enrichissement en CO2 sur les arbres ? Comment réagissent-ils face à cette évolution du milieu dans lequel ils vivent ?

Moins de stomates sur les feuilles pour limiter l'absorption du CO2

Une étude a été publiée à ce sujet dans l'American Journal of Botany par Abraham Miller-Rushing. L'auteur s'appuie sur l'observation d'échantillons de 27 arbres (chênes, érables, charmes) prélevés entre 1893 et 2006 au Arnold Arboretum de l'Université d'Harvard, à Boston. Il a ainsi pu mettre en évidence que les arbres réagissent à l'augmentation de la concentration en CO2 en diminuant le nombre de stomates présents sur la face inférieure de leurs feuilles, et en réduisant l'ouverture de ces minuscules orifices. On savait que cette adaptation était courante chez les végétaux à long terme, à l'échelle des temps géologiques, mais on ne s'est soucié que récemment de savoir ce qui se passait à l'échelle de la vie d'un arbre.

Les forêts, en leur état actuel, ne pourront pas absorber le surplus de CO2

Les stomates permettent la respiration des végétaux (absorption de CO2, rejet d'O2) et l'évapo-transpiration (perte d'eau). Plus l'air contient du CO2, plus celui-ci est facilement capté par les feuilles au niveau des stomates, et donc, moins l'arbre a besoin d'un nombre élevé de stomates pour couvrir ses besoins en CO2. Au fil des décennies, le nombre de stomates par feuille diminue donc, proportionnellement à l'augmentation de la concentration en dioxyde de carbone.

Ce qui revient à dire qu'il ne faut pas compter sur les forêts pour absorber le surplus de CO2 dans les prochaines décennies, à moins de reboiser ! Ce paramètre est essentiel à prendre en compte dans la modélisation du rôle tampon des forêts face au changement climatique.

D'autres observations de l'INRA complètent ces données

L'INRA confirme ces observations et ajoute que l'enrichissement de l'atmosphère en CO2 a aussi d'autres conséquences sur les arbres :

  • Augmentation de leur vitesse de croissance, ce qui peut induire un déséquilibre nutritionnel pour l'arbre (l'arbre "épuise" le sol plus vite que celui-ci reconstitue ses stocks en nutriments), ainsi qu'une possible dégradation des propriétés mécaniques du bois et de sa composition chimique ;
  • Une diminution de nombre de stomates aboutit aussi, chez certaines espèces (comme le chêne, les conifères n'étant par exemple pas concernés), à une diminution de la perte d'eau par les feuilles, d'où une moindre sensibilité à la sécheresse.

Nous avons encore beaucoup de choses à découvrir en ce qui concerne les facultés d'adaptation du vivant, et ces observations montrent à quel point la modification d'un paramètre naturel peut avoir des conséquences importantes sur les écosystèmes...

Clémentine

En savoir plus sur les conséquences du réchauffement climatique sur les forêts sur le site de l'INRA

Lire l'article de Futura Sciences

Crédit photo : flickr.com / OliBac

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les arbres savent s'adapter au changement climatique

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question