Les abeilles plus que jamais menacées

Le 16 septembre 2009 par Clémentine Desfemmes

Avec la 41e édition du congrès international Apimondia qui a lieu à Montpellier, du 16 au 19 septembre 2009, scientifiques et acteurs du monde apicole vont confronter leurs points de vue et leurs expériences autour du thème « L'abeille, sentinelle de l'environnement ».

Des abeilles indispensables à la pollinisation des espèces végétales

AbeilleLa disparition des insectes pollinisateurs, et notamment des abeilles domestiques (Apis mellifera en Europe) inquiète de plus en plus les autorités publiques : ce serait un véritable désastre écologique, économique, et sociétal. Or les abeilles disparaissent à un rythme effréné : avec une diminution de 35 % par an des colonies d'abeilles en France, soit 300 000 colonies qui meurent tous les ans depuis 1995, c'est un cataclysme écologique qui pourrait s'annoncer. Ce phénomène a une ampleur mondiale (Amérique du Nord, Europe, Asie), ce qui le rend particulièrement inquiétant. Car sans les abeilles et leurs congénères pollinisateurs, 90 % des espèces végétales ne pourraient plus être pollinisées, et donc, ne plus se reproduire.
Or, 35 % de nos apports caloriques reposent sur ces plantes. Que se passera-t-il si nous n'avons plus ni céréales, ni fruits, ni légumes ? Sans parler de la viande : sans céréales ni fourrage, impossible de nourrir les animaux d'élevage. Et, outre les dommages pour l'homme, on imagine les conséquences pour l'environnement...
Le syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles, un phénomène récent

Cette disparition des colonies d'abeilles a été baptisée « syndrome d'effondrement », ou CCD pour « Colony Collapse Disorder » en anglais. Le phénomène, décrit depuis les années 70, est spectaculaire : du jour au lendemain, la ruche se vide de ses ouvrières, dont on ne retrouve même pas de cadavres, ou très peu. Ne subsistent dans la ruche que la reine, le couvain (c'est-à-dire les œufs et les larves), et quelques jeunes abeilles et rares individus adultes largement infestés de parasites ou de champignons. Les réserves de pollen et de miel (qui constituent la nourriture des abeilles) sont intactes, ce qui écarte l'hypothèse d'une famine dans la colonie.

Une conjonction de facteurs semblerait être en cause

Les causes possibles sont nombreuses, et les scientifiques penchent de plus en plus pour une conjonction de facteurs, agissant sans doute en synergie.

Les pesticides sont les premiers suspects

Gaucho, Régent, Cruiser, autant de noms tristement célèbres et décriés par les apiculteurs, mais bien d'autres insecticides (et ils sont nombreux) menacent les abeilles. Ce sont surtout les insecticides systémiques qui sont dangereux, car ils sont propagés par la sève depuis les racines dans toute la plante, et donc dans le nectar des fleurs butinées. Ils peuvent causer la mort de l'abeille de façon directe (dose létale), ou indirecte, par exemple en perturbant ses capacités cognitives et son comportement, ce qui aboutit généralement à la mort de l'insecte.

Jusqu'à 70 insecticides et leurs métabolites, en plus des fongicides, ont pu être mis en évidence à l'intérieur des ruches. Toutes ces substances ont certainement des effets synergiques : seul, un produit donné peut n'avoir qu'un faible impact, en revanche, le cocktail de plusieurs insecticides peut décupler les nuisances. De plus, l'abeille est particulièrement sensible à ces produits toxiques, car elle a très peu de gènes codants pour des enzymes de détoxification, ce qui la rend d'autant plus vulnérable.

Les OGM au banc des accusés

Les organismes génétiquement modifiés, et notamment ceux qui synthétisent leur propre pesticide, comme le maïs Bt, sont aussi montrés du doigt. Ils pourraient affaiblir les abeilles, ainsi que de nombreuses autres espèces d'insectes, et leur rémanence (c'est-à-dire leur persistance dans la plante et dans les sols) inquiète de nombreux écologistes.

Parasites et prédateurs naturels des abeilles : quand la Nature s'en mêle

Parmi les parasites qui peuvent infester les abeilles, les plus fréquents et les plus dangereux sont la loque américaine (une bactérie), le varroa (un acarien introduit en Europe, au début des années 1980, avec le commerce des reines), ou certains champignons comme Nosema cerenae, récemment apparu en Europe et aux Etats-Unis.

Les insectes prédateurs venus d'Asie ou d'Afrique déciment également les ruches, et notamment, le petit coléoptère Aethina tumida, qui multiplie les attaques depuis quelques années, ou encore le frelon asiatique, Vespa velutina nigrithorax, récemment arrivé sur le sol français, et qui s'acclimate surtout dans le Sud-Ouest.

Pollution électromagnétique et modifications environnementales

La pollution électromagnétique (en particulier les ondes induites par les antennes-relais de téléphonie mobile) serait également susceptible de désorienter les abeilles, qui seraient ainsi incapables de retrouver le chemin de la ruche.

Enfin, les changements environnementaux (disparition des haies, des bosquets et des talus, monoculture intensive) priveraient les abeilles de fleurs sauvages, et donc de nourriture. Le réchauffement climatique leur serait également défavorable, car avec des hivers plus doux, les abeilles commencent à sortir de la ruche plus tôt au printemps, lorsque les fleurs sont encore trop rares.

En somme, la multitude des hypothèses avancées pour expliquer cette disparition des abeilles ne facilite pas la tâche des acteurs de la filière et des scientifiques, tous soucieux de sauvegarder l'abeille et, par là même, l'équilibre des écosystèmes. L'enjeu est immense, et le temps presse : espérons que le congrès Apimondia permette de trouver quelques réponses.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 11

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les abeilles plus que jamais menacées

Questions / réponses

Les dernières questions posées par les jardiniers sur Gerbeaud.com :

Voir tout Poser une question

Réactions

Yeratel
18/10/2009, à Vieillevigne

Répondre

Enfin déculpabilisés! Dans le même état d'esprit, vous constaterez que nous ne sommes pas responsables du réchauffement de la planète. Il s'agit de cycles plus ou moins longs allant jusqu'à deux siècles. Des chiffres parlent, dans un livre très bien rédigé de Laurent Cabrol: "Et si la Terre s'en sortait seule?"

Ms 51
19/09/2009, à Gourgançon

Répondre

J'ai 73 ans, J'ai vécu la guere 39/45,c'était la crise et on avait besoin de manger. Il y avait dans mon village beaucoup d'apiculteures et je me souvien que souvent, soit l'hiver était trop rude,les abeilles mouraient, soit le printemps était trop froid , ou humide, et si l'été était pluvieux, les abeilles ne sortaient pas, donc pas de production. Aujourd'hui dans mon village il y a beaucoup plus d'abeilles qu'autrefois, beaucoup d'itinérantes, et pourtant il y est pratiqué ce que l'on appel la grande culture et les plantes qui y sont cultivées sont soignées avec des produits phitosanitaires (c'est la même chose pour les gens). Je ne comprend pas l'echarnement de certains soit disant apiculteure contre l'agriculture, et qui affirme des choses sans preuves, mais en agitant la peur pour convaincre le citoyen lambda. je trouve qu'au jour d'aujourd'hui on a tout pour être heureux, mais qu'il est bien dommage que cela soit gaché par quelques idiots

Peugeot
19/09/2009, à Saint apollinaire

Répondre

Comme il est dit plus haut c'est fort possible que ce soit une abeille sauvage que je ne connais pas,mais pourquoi ne pas avoir photographié une vrai abeille.

Osmia
18/09/2009, à Avignon 84

Répondre

L'article parle d'abeille domestique, et l'individu photographié semble bien être une abeille sauvage, probablement du genre Halictus, il ne s'agit pas d'une guêpe, attention au risque de confusion, certaines abeilles imitent les guêpes encore mieux que les Halictes.

Pafaesseymag
18/09/2009, à Essey les nancy

Répondre

Pourquoi une guêpe sur une fleur de Bouton d'or ????

Voir tous les commentaires (11)