Verger : les traitements préventifs de printemps

Le 19 septembre 2016 par Isabelle C.

La fin de l'hiver amorce le réveil de la nature ; les journées s'allongent et se réchauffent avec pour conséquence un autre réveil : celui des nuisibles et des maladies. Le printemps est la saison de tous les dangers pour le verger : tavelure, moniliose, oïdium, mouches, chenilles... Les traitements préventifs d'hiver ont été effectués ; que reste-t-il à faire ?

Rappel

Les traitements préventifs ne sont pas systématiques ; ils s'appliquent sur des sujets ayant subi des attaques les années précédentes.
Les périodes d'application des traitements dépendent de l'état d'avancement de la végétation des arbres et donc du climat. Un bon soigneur est un bon observateur !

Maladies de printemps

Arbres à pépins

Moniliose des Prunus - Sporulation de Monilia laxa sur cerises momifiées.

Moniliose sur cerises momifiées

Pour les pommiers et les poiriers sensibles à la tavelure (lire : « Tavelure : pommier, poirier »), le traitement préventif à base de bouillie bordelaise démarre dès que les écailles des bourgeons s'écartent (généralement au mois de mars). Au cours du mois d'avril, avant que les fleurs s'épanouissent, un deuxième traitement fongique à base de soufre mouillable (6g/l) est à pulvériser sur les feuilles afin d'empêcher la germination des spores. Ce traitement peut être renforcé par la pulvérisation d'une décoction de prêle diluée à 10 %.

Arbres à noyaux

La moniliose des fleurs est un fléau pour l'ensemble des arbres à noyaux et particulièrement pour les cerisiers. Un premier traitement à base de cuivre (bouillie bordelaise à 12g/l ou oxychlorure de cuivre à 5 g/l) se fait à la fin de l'hiver ou au début du printemps, lorsque les bourgeons grossissent. Un deuxième, voire un troisième interviennent avant et après la floraison, si le climat est pluvieux (de fin mars à fin avril ; les dates variant en fonction des espèces et de la précocité de la saison). Des pulvérisations de décoction de prêle sont un plus.

Sans distinction

Oïdium

Entomosporiose sur feuille de poirier

Entomosporiose sur feuilles de poirier

L'oïdium s'attaque à toutes les espèces d'arbres, qu’elles soient à pépins ou à noyaux. Le traitement à base de soufre démarre dès l'apparition des boutons floraux, du mois de mars au mois de mai, lorsque les conditions climatiques ont été propices au développement de la maladie, à savoir après une période de températures douces (15 à 20 °C) et de forte humidité. Confortez-le par des pulvérisations de décoction de prêle.

Entomosporiose

Il s'agit d'une maladie fréquente, les années humides. Elle s'attaque particulièrement aux cognassiers, mais également aux poiriers (lire « entomosporiose »). Un premier traitement de cuivre (oxychlorure de cuivre à 7g/l ou bouillie bordelaise à 20g/l) s'applique avant la floraison, puis un deuxième après la floraison si nécessaire. La décoction de prêle diluée à 10% en avril peut être également pulvérisée au cours du mois d'avril.

>> Lire aussi : Bouillie bordelaise : toxicité du cuivre pour les écosystèmes

Le réveil des petites bêtes

Les fourmis et leur cortège de pucerons et de psylles

Piège à mouche de la cerise

Piège à mouche de la cerise

À la fin du mois d'avril, lorsque les fleurs commencent à tomber, installez des colliers englués anti-fourmis, sur le tronc des pommiers et des poiriers.
Rappel : le traitement aux huiles blanches sur les sujets sensibles a été réalisé à la fin de l'hiver, lorsque les bourgeons ont commencé à gonfler.

Mouche de la cerise

Le danger pour les cerises vient de la larve de la mouche, le fameux asticot blanc que l'on trouve près du noyau. Les pièges à mouches, plaques engluées de couleur jaune, s'installent au mois de mai, début de la période de ponte, et s'enlèvent quand commence la récolte (fruits bien rouges).

Carpocapse

Parasite des pommiers, des poiriers et des pruniers (lire « Le carpocapse, ennemi des pommiers et poiriers »), le carpocapse mâle s'attrape fin mai, à l'aide de pièges à phéromones tandis que la larve de carpocapse se capture à partir du mois de juin, en installant des bandes de carton engluées autour des troncs, sous lesquelles les larves iront faire leur cocon. Les pièges sont détruits par le feu en septembre/octobre.

Hoplocampe (ver blanc)

Hoplocampa testudinea - La pomme a été coupée en 2 pour montrer la fausse-chenille en train de s'alimenter au centre du fruit.

Larve d'hoplocampe

Pommier, poirier, prunier, à chacun son hoplocampe. Adulte, l'insecte volant ressemble à une toute petite mouche. Il est possible de le piéger à l'aide de plaques blanches engluées suspendues aux branches, durant toute la floraison de l'arbre.
La pulvérisation d'infusions de plantes à forte odeur comme l'absinthe peut également être effectuée à cette même période.

.

Byturus tomentosus : le ver de la framboise

Byturus urbanus - Framboise attaquée par une larve qui ronge la base des drupes - Morsures d'adulte sur bouton de framboisier

Framboise attaquée par une larve / Morsure d'adulte

Le coléoptère adulte consomme le pollen et perce les bourgeons des framboisiers tandis que la larve se développe dans le fruit. La chasse au "ver de la framboise" débute avant sa reproduction (mi-avril) et se prolonge jusqu'à la récolte des fruits, avec l'installation de pièges blancs englués, tous les trois framboisiers, à environ 1 mètre du sol.

Le petit plus

Pensez à fortifier vos arbres fruitiers après la floraison avec des pulvérisations de purin d'ortie dilué à 5 %, de mi-mai à fin juin, toutes les deux semaines environ (lire : Purins d'ortie et de consoude, ça marche !).

>> Lire : Traitements naturels faits maison

>> Lire aussi :

Crédit photos : Vegh I., INRA (1) ; D.R. (2) ; Coutin R. / OPIE (3 et 4)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Verger : les traitements préventifs de printemps

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les produits et traitements.

290 questions

Voir tout Poser une question