Soigner ses plantes avec les huiles essentielles

Le 21 janvier 2017 par Isabelle C.

On a l'habitude d'utiliser des huiles essentielles pour soigner ses petits bobos quotidiens mais savez-vous qu'elles peuvent être tout aussi efficaces pour protéger vos plantes et vos légumes ?

Actions des huiles essentielles sur les plantes et ravageurs

L'usage des huiles essentielles pour l'agriculture est relativement récent. Un des précurseurs de leur utilisation est Eric Petiot(1), dont les travaux ont permis d'identifier les propriétés de certains principes actifs des huiles essentielles (esters, lactones, etc.). On peut ainsi utiliser certaines huiles essentielles à titre de traitement naturel au potager, pour lutter contre les parasites et les maladies.

Exemples : les esters repoussent les ravageurs et perturbent leur développement, les lactones perturbent le développement des parasites (insectes, nématodes, acariens), les flavonoïdes ralentissent le développement des champignons, les acides perturbent le développement des ravageurs et stimulent les défenses du végétal...

Autre avantage de l'utilisation des huiles essentielles : elles sont rapidement biodégradables (certaines plus que d'autres). C'est d'ailleurs pour cela qu'on les utilise davantage en traitement curatif plutôt qu'en actions préventives.

Huiles essentielles utilisables pour soigner les plantes
Huiles essentielles utilisables pour soigner les plantesAgrandir l'image

Attention

Les huiles essentielles sont très concentrées en principes actifs et peuvent avoir une toxicité élevée et fatiguer la plante traitée si elles ne sont pas utilisées avec précaution.
Dans leur ouvrage « Je prépare mes potions pour le jardin », édité chez Terre Vivante, Brigitte Lapouge-Dejan conseille « une utilisation réservée aux cas difficiles », lorsque les solutions bio classiques (purins, décoctions...) ont montré leurs limites.

La pharmacie du jardinier

Les huiles essentielles répulsives (insectifuges)

L’huile essentielle d'ail (Allium sativum) fait partie des huiles essentielles les plus sollicitées en tant qu'insectifuge, en maraîchage ou en arboriculture(3), du fait de son large spectre d'action. Idem pour le clou de girofle (Eugenia caryophyllus). D'autres ont des actions plus ciblées comme le genévrier (Juniperus communis) pour repousser le papillon du carpocapse(1).

Les huiles essentielles insecticides

L'huile essentielle d'ail(2) (Allium sativum) a également des propriétés insecticides, notamment envers les pucerons, fourmis, ou chenilles défoliatrices. Peuvent être également utilisés le géranium rosat (1&2) (Pelargonium X Asperum) contre les aleurodes, les cochenilles et les pucerons, la menthe poivrée (Mentha piperita) contre les chenilles défoliatrices et le pamplemoussier(1) (Citrus paradisi) contre les doryphores.

Chenille de piéride du chou
Chenille de piéride du chouAgrandir l'image

Les huiles essentielles fongicides

Revoilà l'huile essentielle d'ail, pour lutter cette fois contre l'oïdium(1). L'huile essentielle d'origan sauvage (Origanum compactum) utilisée par certains arboriculteurs contre la moniliose(3) peut être également utilisée contre le mildiou et la tavelure(1,2&3) (ainsi que la sarriette des montagnes(1), Satureja montana).
Pour lutter contre le mildiou, certains viticulteurs ont également recours à l'orange douce, le citron, le clou de girofle ou le tea-tree (3).
À noter, aussi, le pouvoir du clou de girofle, de l'origan, ou de la sarriette des montagnes sur la fumagine, celui de la tanaisie (Chrysanthemum vulgare thujanoliferum) sur les rouilles...  et toutes les combinaisons possibles pour combattre des symptômes spécifiques (à découvrir dans l'ouvrage d'Eric Petiot).

Oïdium sur feuilles de tomate
Oïdium sur feuilles de tomateAgrandir l'image

Conseil d'utilisation des huiles essentielles

Précaution d'usage

Les huiles essentielles peuvent être agressives pour les voies respiratoires et pour la peau. Les utiliser avec précaution (port de manches longues et d'un masque conseillé).

Modes d'application

L'utilisation la plus simple et la plus courante des huiles essentielles est la pulvérisation, bien adaptée aux traitements foliaires. Cependant, pour pouvoir utiliser les essences extraites des plantes, elles doivent être diluées. Étant quasi insolubles dans l'eau, Eric Petiot préconise de les mélanger à un agent tensio-actif, du liquide vaisselle bio ou du savon noir, et à un solubilisant, une huile végétale (colza) avant de les diluer dans l'eau. Dans la recette de Brigitte Lapouge-Dejan, l'huile est remplacée par un lait d'argile(2). Comptez environ 20 à 25 gouttes d'huiles essentielles pour un litre d'eau.

Pour une utilisation plus efficace des huiles essentielles sur les arbres, Eric Petiot utilise également la perfusion ou l'injection. Ces méthodes permettent d'éviter les risques de brûlures foliaires mais sont plus complexes à mettre en œuvre(1).

Pulvérisation d'un arbre fruitier
Pulvérisation d'un arbre fruitierAgrandir l'image

Recettes à base d'huiles essentielles

Recette d'un fongicide contre le mildiou(1)

Mélangez 5 ml (175 à 200 gouttes) d'huile essentielle d'origan à inflorescences compactes (Origanum compactum) dans 5 ml d'huile de colza. Ajoutez 10 gouttes de liquide vaisselle et émulsionnez. Diluez une première fois le mélange dans 3 L d'eau puis ajoutez 4,5 L d'eau supplémentaires. Mélangez à nouveau et pulvérisez.

Recette d'un insecticide contre les pucerons et chenilles(2)

Mélangez 20 gouttes d'huile essentielle de menthe poivrée avec 3 ou 4 gouttes de liquide vaisselle. Diluez dans un verre d'eau. Préparez un lait d'argile (une cuillère à café d'argile diluée dans un litre d'eau de pluie). Mélangez les deux préparations dans le pulvérisateur et pulvérisez.

Les huiles essentielles : bien les choisir

Les huiles essentielles sont un mélange complexe d'essences (mélanges de divers principes actifs : esters, lactones, flavonoïdes...) contenues dans les végétaux (Lire « Pourquoi certaines plantes sont-elles aromatiques ? ») et que l'on extrait par la vapeur*. La teneur en principes actifs varie selon :

  • Le métabolisme de la plante ; lui-même dépendant des spécificités de l'espèce et de la variété, du lieu de culture et du moment de la récolte (matin, midi ou soir). Cette identité chimique est identifiée par le chémotype (CT), à savoir la race chimique de la plante. Les huiles essentielles chémotypées portent la mention HECT ;
  • Le processus de fabrication et de conservation.

Lors de l'achat des huiles essentielles, vous devez avoir les informations suivantes sur l’emballage :

  • l'espèce botanique : nom latin de la plante (famille, espèce et variété) ;
  • l'organe utilisé de la plante (feuilles, fleurs, racines...) ;
  • le mode de culture (label bio ou culture sauvage) et le pays producteur ;
  • le mode d'extraction (vapeur d'eau ou  expression à froid uniquement) ;
  • la composition (principes actifs), la garantie d’une huile essentielle 100% pure et naturelle et la mention HECT.

>> Pour approfondir le sujet :
1 Eric Petiot, paysagiste et auteur de « Les huiles essentielles pour soigner les plantes », aux éditions Terran.
2 « Je prépare mes potions pour le jardin, purins, badigeons, traitements... » Brigitte Lapouge-Dejan, Serge Lapouge, aux éditions Terre Vivante
3 Enquête réalisée auprès d'agriculteurs ayant intégré les huiles essentielles dans leur programme de protection des cultures, coordonnée par l'ITAB

*ou parfois par une expression à froid, pour les Citrus.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 11

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Soigner ses plantes avec les huiles essentielles

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les produits et traitements.

290 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Thevert 85
18/09/2016, à Challans

Répondre

Je soigne toutes mes plantes avec de l arbre à thé ,j en mets 5 gouttes pour un litre d eau plus une cuillere de savon noir .Efficace sur la cloque du pêcher ,sur les poiriers, les pommiers ,les rosiers .Je pulvérise 2fois par an .

Bena1395
18/07/2016, à Montpellier

Répondre

Bonjour, Pour cet été, on veut essayer un traitement du mildiou de basilic avec HE d'orange douce (homologué au mildiou de vigne). J'ai lu l'article, c'est très intéressant pourtant je voudrais demander si la recette décrite a un effet curatif ou préventif, et si c'est préventif, il faut traiter avec des intervalles de temps de combien jours? Merci.

Brahim izouine
26/06/2016, à Ain-defla

Répondre

Bonjour , je voudrai avoir votre avis sur l utilisation de l 'huile de cade seule ou en association à d'autres produits naturels pou r le traitement des plantes. Merci .

Isabelle c
07/06/2016, à

Répondre

Bonjour Domimi92, l'utilisation des huiles essentielles est complexe et à ses débuts dans le jardin. Je n'ai vu aucune information concernant un impact négatif sur les auxiliaires, ce qui ne signifie pas pour autant qu'il n'y en ait pas. Toutefois, il est conseillé de s'en servir uniquement en curatif, lorsqu'il y a une attaque de nuisibles (pas en préventif). Les principes actifs sont volatils et rapidement biodégradables. L'action est donc immédiate, ce qui limite sans doute les risques pour les auxiliaires.

Domimi92
06/06/2016, à Sevres

Répondre

Très intéressant mais est ce dangereux pour les insectes non nuisibles comme les coccinelles entre autres ? Merci

Voir tous les commentaires (11)