Retourner la terre... ou non ?

Le 17 octobre 2016 par Xavier Gerbeaud

On a coutume de retourner la terre avant toute mise en culture. C'est ce que l'on appelle le bêchage. Mais quelle est la justification de ce geste très ancré ?

Pourquoi le jardinier bêche-t-il ?

Jardinier bêchant le sol

Bêchage

Au moment de planter ou de semer, il est préférable que la terre soit meuble et aérée. Cela permet aux racines des plantes de se développer facilement.

Alors, le jardinier bêche : il plante son outil profondément dans la terre, retourne les mottes, les brise d'un coup de « fer » et décompacte ainsi peu à peu la parcelle ou le massif. Il en profite (c'est l'autre justification du bêchage) pour supprimer les racines ou les cailloux qu'il pourrait rencontrer.

Est-ce la meilleure façon d'obtenir un sol meuble, et surtout fertile ? Le jardinier ne le sait pas... Mais le poids de la tradition (mon père faisait comme ça, et avant lui mon grand-père...), les images de ces grands champs profondément retournés par les machines agricoles... Tout milite pour la reproduction de ce geste séculaire !

Un miroir en trompe-l'œil

Au moment de la plantation, l'objectif semble atteint. En réalité, on peut pointer plusieurs problèmes :

  • la fatigue, d'abord : bêcher, c'est épuisant et cela use le dos
  • la vie du sol (que l'on va détailler plus bas), a été complètement chamboulée par ces retournements
  • chaque pluie durcit ce sol nu, qui devient dur et se craquèle
  • ce travail va devoir être renouvelé chaque année
  • la fertilité de la terre diminue à chaque répétition, au point que l'on doive ajouter moult amendements (engrais, compost...) pour la rendre apte à la culture

L'exemple de la Nature

Regardons autour de nous... Dans la Nature, les plantes poussent fort bien. Or, personne ne travaille le sol ! Et que dire des arbres majestueux de la forêt ? Pensez-vous qu'ils n'ont pas besoin d'un sol fertile pour pousser ?

Voilà qui conduit à se poser des questions...

Le sol est vivant

Lombric dans le sol

Lombric dans la terre

La terre n'est pas un simple « support de culture ». C'est un milieu vivant !

En simplifiant, c'est une chaîne qui se compose de la façon suivante :

  • matière organique (feuilles, brins d'herbe, BRF ou compost) sur et dans le sol
  • de l'air et de l'eau qui permettent la dégradation de cette matière organique
  • des vers de terre, qui s'attaquent à cette matière organique et la transportent en profondeur
  • des micro-organismes, enfin, qui dégradent les rejets des lombrics et les transforment en nutriments assimilables par les végétaux (lire : La faune du sol, pour un sol vivant et fertile).

Notez l'importance de l'air, souvent négligé. Le même que vous apportez au cœur du tas de compost lorsqu'on vous le retournez ! Sans lui, pas de dégradation de la matière organique...

Changer les habitudes

Sillons dans un champ cultivé

Sillons dans un champ

Connaître cette chaîne, la respecter et l'encourager constitue un moyen efficace et beaucoup moins fatigant de créer et conserver au fil des années un sol fertile et propre à la culture. Cela impose de revoir certains comportements...

  • Plutôt qu'apporter des engrais aux plantes, nourrissez la terre, en incorporant de la matière organique. C'est le principe du Bois Raméal Fragmenté (BRF); également celui de l'enfouissement des engrais verts.
  • Evitez les piétinements répétés, qui tassent le sol. Créez des allées, posez des planches au milieu des massifs.
  • Paillez la terre : elle est ainsi protégée des pluies qui la compactent. Ne laissez jamais nue une parcelle non travaillée. Recouvrez-la d'un paillis de feuilles mortes, ou mieux semez un engrais vert (lire : Choisir un engrais vert).
  • Préférez la binette ou la griffe à la bêche : elles travaillent en surface et ne déstructurent pas le sol.

Un outil à adopter

Grelinette, tarabatte, aérabèche, biogrif... Autant de noms différents pour cette « bio-fourche » qui vise à ameublir la terre sans la retourner. On plante ses dents dans le sol, puis l'on tire les 2 manches à soi. La terre est décompactée et aérée, sans retournement. Le tout sans se pencher... Adieu le mal de dos !

Les limites de l'exercice

Comme on dit, « Paris ne s'est pas fait en un jour ». Ces changements d'approche valent la peine d'être essayés. Mais si votre sol est très argileux, que votre terre a été travaillée classiquement pendant des années, tout arrêter du jour au lendemain ne donnera pas le miracle espéré.

Commencez par préférer la fourche bêche à la bêche, trop destructrice. Couvrez le sol; apportez de la matière organique en surface. Vous serez surpris de constater que la terre redevient fertile et plus facile à travailler lorsque la vie s'y réinstalle !

>> Lire aussi : Les 10 commandements du jardinier à l'écoute de la nature

Crédit photos : Alex / Ludowski / Tanja-Tiziana Burdi (Fotolia.com)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 28

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Retourner la terre... ou non ?

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur la terre, le sol.

243 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Jacques giraud
05/03/2017, à Wallonie

Répondre

Grésil, selon dictionnaires signifie bien une chose, mais pas un répulsif. S'il s'agit d'une marque, celle-ci n'est pas en vente - à mon avis - en Belgique ! Quelqu'un/e pourrait-il/elle me préciser quel est ce produit ou sa molécule ? Merci !

Soisic30
05/03/2017, à Bougival

Répondre

Cet automne, j'ai mis des feuilles mortes sur ma parcelle potagère de 30 m2. J'y ai également versé mes épluchures de fruits et légumes (pas les agrumes) ainsi que des coquilles d'oeufs écrasées. Que faire avant de semer et/ou planter ? Dois-je enfouir cela ? Dans ce cas j'imagine que je dois utiliser ma bèche. Vous l'aurez compris, je n'ai pas beaucoup d'expérience en matière de potager. Merci d'avance pour vos conseils.

Yicha
03/03/2017, à Aubière clermont fd

Répondre

Depuis quelques années je ne retourne pas la terre, je mets des cartons sur la surface du jardin, maintenus par des pierres aux coins . Ce sont des cartons bruns que je récupère dans un magasin d'électroménager. La quantité de lombrics est impressionnante sous les cartons humides , auparavant très peu en terre acide. Le sol reste meuble et au moment de semer ou planter , serfouette ou grelinette. Mais cette année je vais retourner la terre pour enfouir du fumier de vache que l'on m'a donné...donc je n'ai pas le choix mais je reviendrai à la pratique des cartons l'an prochain.

Leonard r
02/02/2017, à Auxerre

Répondre

Que pensez vous de l'utilisation d'une motobineuse pour aérer le sol avant semis ou plantations ?

Sauge
20/01/2017, à Roville aux chênes 88700

Répondre

Se débarrasser des larves de hannetons ? Mon petit jardin (28m2) envahi de larves. Aucune récolte de salades, semées ou repiquées.J'ai dû prendre la fourche bêche et retourner ma terre pour découvrir l'ampleur de l'intrusion !

Voir tous les commentaires (28)