Mieux arroser son potager

Le 12 décembre 2016 par Alexandra Jansen

Les légumes du potager n'ont pas tous les mêmes besoins en eau, dictés notamment par le type de racine. Selon la profondeur à laquelle la plante cherche l'eau, fréquence d'arrosage et quantité d'eau nécessaires varient énormément. Sujet du jour : les différents groupes de légumes et comment arroser sans gaspiller une eau qu'on sait précieuse aujourd'hui...

Des salades

Salades Les salades ont leurs racines en surface, et des feuilles toutes tendres : elles ont besoin de beaucoup d'eau. Expérience faite cette année : les salades achetées en petites mottes s'enracinent encore moins bien que celles achetées racines nues et repiquées. Le meilleur enracinement est obtenu avec le semis en place. Dans le premier cas, et malgré des pluies plutôt fréquentes, il m'est arrivé de perdre des pieds au bout d'une journée (il est vrai que chez nous, dans l'Est, le temps est assez « radical »).
Les racines des salades s'enfoncent au maximum d'une vingtaine de centimètres ; ce qui impose en outre de faire attention quand on bine ou qu'on gratte le sol.

>> Lire aussi : Des salades pour l'été

De la profondeur

D'autres légumes, comme les choux et les haricots, développent leurs racines jusqu'à 50 cm de profondeur ; asperges et tomates arrivent parfois à 1m20 !
Cette simple observation justifie les conseils d'arrosage donnés en préambule : la couche de terre formée par les 20 premiers centimètres dessèche plus rapidement : l'arrosage doit être plus fréquent.
Pour atteindre la couche moyenne située entre 50 cm et 1m20, il faudra arroser moins souvent, mais en plus grande quantité pour que l'eau pénètre le sol en profondeur. Un apport de 10 litres par m² peut s'avérer nécessaire pour atteindre les racines profondes des tomates... L'arrosoir sera sorti moins fréquemment, évidemment !

>> Lire : Les légumes gourmands en eau et leur arrosage

Pas de sol nu

Légumes au potager Inutile de vous rappeler les vertus d'un bon paillage ? Quand vous couvrez le sol avec les fameuses tontes de gazon et autres déchets verts, vous économisez de l'eau, et que dans le même temps vos plantes sont protégées contre les variations naturelles extrêmes. Ainsi, pendant une grande averse, la pluie ne tassera pas autant la terre ; ainsi, les rayons du soleil ne brûleront pas les jeunes salades fraichement plantées.
Prenez donc exemple sur la Nature : aucun sol ne doit rester nu. C'est d'ailleurs l'une des raisons de l'apparition systématique, en milieu naturel, des plantes pionnières, comme le pissenlit, le chardon et compagnie !

Quelle eau ?

Fût pour récupérer l'eau de pluieJe ne vous apprendrai rien de neuf en vous disant de privilégier l'eau de pluie, et qu'à défaut, en laissant l'eau « du robinet » quelques jours dans un fût elle perd une partie de son chlore et s'enrichit en chemin avec toutes sortes de microorganismes : elle vit.

Vous avez un puits ? Si votre sol est très calcaire, ce sera aussi le cas de l'eau que vous y puiserez... Avec un effet d'accumulation pas très favorable aux plantes. Le secret de l'eau de pluie ? Elle ne modifie pas le pH (acidité) du sol... Elle est donc là encore à préférer. Pensez récupérateur d'eau, tonneaux ou fûts, mais également citernes enterrées pour conserver cette eau précieuse, cadeau du ciel !

La bonne façon d'arroser

La façon d'arroser est aussi très importante. Vous pouvez raccorder un goutte-à-goutte à votre citerne, ou bien remplir des arrosoirs et arroser « à la pomme » au pied des plantes, mais jamais sur le feuillage ! C'est particulièrement vrai pour les poivrons, les tomates, mais aussi pour les concombres : à défaut, ils attrapent ce maudit champignon qui fait noircir et pourrir les plantes et leurs fruits.

Petit « plus »

Pour les légumes gourmands qui s'enracinent en profondeur, une fertilisation complémentaire en milieu de croissance est bienvenue. L'idéal est d'utiliser un engrais liquide, comme le purin d'ortie par exemple (lire : Purins d'ortie et de consoude, ça marche !). En revanche, dispensez de tout engrais les salades, épinards et herbes aromatiques, qui préfèrent un sol pauvre en nitrates : une donnée à prendre en compte lors de la plantation...

Crédit photos : M. Sommer-Egger / Comenius msg / MSG

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Mieux arroser son potager

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le potager.

359 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Joy51
06/02/2017, à

Répondre

L'ortie est surtout un eliciteur, avant d'être un engrais