Les pièges à phéromones

Le 16 avril 2012 par Isabelle C.

Mouche de la cerise, carpocapse du pommier ou noctuelle du chou, tous ces indésirables font partie des grandes familles des mouches et des papillons, dont les larves sont à l'origine de dégâts sur les cultures potagères et arboricoles. Une solution écologique contre ces attaques : les empêcher de naître grâce aux pièges à phéromones !

Qu'est-ce qu'un piège à phéromones ?

Piège à phéromones suspendu dans un arbre fruitier

Piège à phéromones installé dans un prunier

Les phéromones sont des molécules sécrétées par les insectes (et la plupart des animaux, y compris l'homme) et qui assurent la communication chimique entre les individus d'une même espèce.
Parmi les différentes phéromones produites, il y a les phéromones sexuelles. À la saison de reproduction, les insectes femelles sécrètent ces substances odorantes afin d’attirer les mâles.
En agriculture, arboriculture et maraîchage, ce moyen de « communication » est utilisé pour lutter contre certains insectes ravageurs des cultures, essentiellement des lépidoptères (papillons) et des diptères (mouches), sous la forme de pièges.
Les pièges se composent de deux éléments :

  • Un diffuseur de phéromones synthétiques (capsules), spécifiques à un insecte, destiné à attirer les mâles ;
  • Un système de capture qui se présente le plus souvent sous la forme d'une « boîte entonnoir » que l'on remplit d'eau, ou d'une plaque engluée disposée dans une « maisonnette » de forme triangulaire (pièges Delta).

Ces pièges sont non toxiques et n'attirent que l'insecte concerné.

Quelles utilisations ?

Intérieur d'un piège à phéromones : diffuseur et plaque engluée

Piège à phéromones : diffuseur et plaque engluée

Les insectes ravageurs visés par ces pièges sont les larves de mouches et les chenilles de papillons, qui se nourrissent des feuilles ou des fruits des plantes cultivées.

Il existe deux formes d'utilisation des pièges à phéromones :

  • Capturer : le piège capture les individus mâles et empêche les accouplements. Il n'y aura donc pas de naissance de larves prédatrices des cultures.
  • Alerter : en capturant les mâles, le piège signale deux choses ; d'une part, la période de vol (et de reproduction) des adultes, ce qui permet de déterminer la date de pondaison, et d'autre part, l'importance de l'attaque. En fonction de ces éléments, vous pouvez mettre en place, au bon moment, un traitement insecticide adapté, contre le ravageur.

Pour être efficace, le piège doit être posé avant le début du vol du papillon ou de la mouche adulte. Contre les ravageurs des fruitiers, accrochez-le dans l'arbre, à hauteur d'homme (1,50 à 2 m). Pour le contrôle, placez 1 piège par verger ; pour la lutte, 1 piège pour 5 arbres, s'ils sont proches. Contre les ravageurs des légumes, le piège se place au-dessus du feuillage et au centre des rangs cultivés.

Pour qui ?

Principaux ravageurs piégés par le jardinier amateur et période de pose des pièges :

Boîtes de pièges à phéromones

Piège à phéromones trouvés en jardinerie

Au verger

Au potager

Commentez cet article 5

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les pièges à phéromones

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les produits et traitements.

242 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Bruno 22
04/07/2012, à Saint-brieuc

Répondre

Complément pour matosh : pour réutiliser mes pièges, j'ai gratté avec une spatule de peintre la glu et les insectes morts, et généreusement retartiné l'intérieur du piège à la glu : pas de chute de capsule, elle est bien collée ! sinon, j'ai aussi adapté les petites corbeilles des pièges blancs sur les pièges verts : avec ce dispositif, la capsule ne peut pas tomber car elle est enfermée dans la petite corbeille qui est fixée à la tente, et elle ne risque pas non plus d'être colmatée par un excès de glu.

Bruno 22
04/07/2012, à Saint-brieuc

Répondre

Bonjour, j'utilise ce genre de pièges depuis plusieurs années sans aucun souci, il faut simplement les poser tôt pour capturer les premiers vols de papillons. le piège blanc présenté en photo ne m'a pas donné satisfaction (essayé une fois parce que je ne retrouvais pas le premier modèle acheté), il est encombrant et pas du tout sélectif, sans doute à cause de sa couleur claire, j'y ai trouvé des quantités d'insectes auxilliaires et des papillons autres que le carpocapse : direction la réforme ! j'ai donc rafistolé les modèles plus petits et vert sombre (comme sur la deuxième photo) que j'avais voulu remplacer, et j'en suis à nouveau satisfait.

Matosh
06/06/2012, à St sulpice

Répondre

Bonjour, j'ai malheureusement utilisé ce genre de piège (celui en photo dans votre article) et j'y ai découvert un matin un rouge-gorge mort dans d’atroce souffrance avec le plumage collé sur la plaque de glu. ce dernier a certainement vu dans la maisonnette un abris accueillant pour un nid... ces pièges devraient être accompagnés de grille sur les cotés pour laisser passer les insectes mais pas les oiseaux. je n'en achèterais plus car ils sont en plus extrêmement sensible au vent, combien de fois ai-je retrouvé la capsule de phéromones au sol !!!! du coup, toutes mes prunes sont piquées, comme l'an dernier. alors non merci, plus pour moi (du moins sous cette forme) !

Libella
25/04/2012, à Alès

Répondre

J'ai enfin trouvé comment éloigner les sangliers de mon jardin: le tourteau de ricin!!! c'est un angrai que l'on peut utiliser en agriculture bio mais il est toxique à ingérer et le sanglier le sait!!! j'en mets donc dans mes trous de plantation et ensuite au pied des plantesq; et je le mélange à la terre aussi: ainsi, j'amende mon jardin tout en le protégeant!

Chica
21/04/2012, à Fort-moville

Répondre

Quand doit-on mettre le piège en place ? pour ma part, je l'ai déjà installé à l'apparition des premières fleurs mais c'est peut-être un peu tôt d'autant plus qu'il fait froid et qu'il pleut régulièrement depuis 15 jours (normandie)

Ceci peut aussi vous intéresser