Les mauvaises herbes

Le 3 août 2016 par Xavier Gerbeaud

On les dit mauvaises, mais le sont-elles vraiment ? Le jardinier leur reproche surtout de pousser sur son espace vital. Alors, faire avec, désherber, ou trouver un juste équilibre ? Le tour de la question

Sus aux envahisseuses !

Tordons le cou tout de suite à ce qualificatif de « mauvaises », qui jette l’opprobre sur ces plantes spontanées. Certaines possèdent en effet bien des qualités (y compris des qualités gustatives ! Lire : Mauvaises herbes bonnes à manger). Et toutes favorisent la biodiversité. 

Leur tort, c'est plutôt de pousser au mauvais endroit, là où on espérerait une allée « impeccable », ou un potager bien ordonné. Donnons alors plutôt alors à ces plantes sauvages l'appellation d' « herbes indésirables ».

Mauvaises herbes
Mauvaises herbesAgrandir l'image

Elles prolifèrent

C'est vrai… Voyons-y une nouvel exemple des formidables capacités d'adaptation de la Nature, qui a rendu leur reproduction très (trop?) efficace ! Leur système racinaire est généralement très vigoureux, profondément enfoncé, pour certaines cloisonné (d'où la résistance aux herbicides systémiques comme le glyphosate). Parfois, ces indésirables cumulent 2 modes de reproduction (par stolons ET par graines). Côté graines, c'est l'abondance (des milliers, voire des millions par pied : de quoi voir venir!). Et puis, combiné à tout ça, une croissance végétative souvent spectaculaire.

Faire avec ?

L'époque où l'on éradiquait proprement et simplement tout ce qui gênait au jardin, petites bêtes comme mauvaises herbes, est révolue. Fini les pulvérisateurs à dos, remplis de désherbant, que les jardiniers appliquaient généreusement jusqu'à laisser la terre du potager nette de tout brin d'herbe.

Aujourd'hui, la sensibilité à l'environnement est autre, et le respect de la biodiversité commence... dans son jardin ! Tolérez donc que quelques pousses vertes surgissent dans le gravier, que quelques sauvageonnes se resèment au potager... Personne n'arrache les jolis coquelicots, or... ils se sont probablement invités eux-aussi !

Il ne s'agit pas de se laisser envahir,mais de trouver un juste milieu. La bonne approche consiste à contenir les indésirables, en limitant leur développement  par des méthodes respectueuses de l'environnement. 

Vous pouvez également pratiquer un entretien « différencié ». En désherbant avec soin les abords de la maison, la terrasse, les allées, tout en étant moins exigeant avec le reste du jardin. Une façon raisonnable d'avoir un jardin bien entretenu, tout en préservant des niches de biodiversité.

Que faire contre les mauvaises herbes ?

Le désherbage manuel

Evidemment, c'est fastidieux. Mais le désherbage manuel est parfois (souvent…) la seule solution pour extraire du sol le maximum de rhizomes. Armez vous de patience. Il faut intervenir au bon moment (pour le liseron, juste après la floraison, en juin-juillet, période durant la quelle sa multiplication est moindre). Arrachez plusieurs fois jusqu'à ce que les vivaces s'épuisent. Ca ne sera jamais 100 % terminé, mais vous limiterez l'invasion. Travaillez par temps sec, mais en sol encore humide : l'arrachage est plus facile !

Désherbage manuel
Désherbage manuelAgrandir l'image

Ne pas les laisser fleurir

Si certaines de ces herbes se reproduisent également par les racines, empêcher la reproduction par graines constitue toutefois un point essentiel. Fauchez, binez, arrachez… AVANT la floraison. Supprimez les fleurs et les extrémités des tiges, à la main, à la cisaille… Fauchez s'il s'agit d'une grande surface. Et ne laissez pas ces plantes « monter en graines » : à titre d'exemple, les graines de pissenlit peuvent se disséminer jusqu'à 10 km à la ronde !

Le paillage : bon en tout

Le paillage gêne la germination et le développement des mauvaises herbes. Il facilite également la détection et l'arrachage: la corvée est facilitée ! Prenez donc l'habitude de pailler vos massifs et le pied des plantes. Pas trop tôt (pour ne pas emprisonner le froid) ; pas trop tard (si les herbes indésirables sont déjà vigoureuses, elles franchiront l'obstacle).

Au pied des arbres et des arbustes

Une bonne solution pour limiter les mauvaises herbes : déposer l'herbe tondue au pied des arbres. Le paillage est également possible. Si l'esthétique n'est pas primordiale, des morceaux de cartons ondulé découpés peuvent constituer une bonne base de départ...

Au potager

Le paillage est là encore recommandé. Vous pouvez aussi occuper les espaces entre les légumes avec des fleurs : c'est beau, ça fait une réserve de fleurs à cueillir, et cela limite les possibilités d'envahissement.

Salades sur bottes de paille
Salades sur bottes de pailleAgrandir l'image

Dans certains cas, vous aurez recours au film plastique (par exemple pour pailler les fraisiers) : regardez les films biodégradables à base d'amidon de maïs… Ils résistent quelques mois, puis seront enfouis dans le sol.

Autre astuce très recommandable : le faux-semis , qui consiste à préparer sol quelques semaines avant semis ou plantation, provoquant la germination des mauvaises herbes, qu'il suffit alors d'éliminer.

Pour les allées : le géotextile

Pour conserver des allées impeccable, votre allié se nomme feutre géotextile. Ce tissu se place sur la terre, avant de déposer les graviers. Il est imputrescible, très résistant, laisse passer l'air et l'eau, mais pas la terre. Avec le temps, quelques herbes parviennent à le traverser, mais leur arrachage ne présente pas de difficulté…

Oubliez le motoculteur

L'utilisation du motoculteur ou de la motobineuse est à proscrire : en sectionnant les racines, ces appareils multiplient en réalité les plantes que vous souhaitez éliminer !

Et les désherbants, alors ?

Vous pouvez ponctuellement utiliser les désherbants à base d'acide acétique ou d'acide pélargonique. Ces principes actifs reproduisent des substances existant dans la nature, et éliminent les mauvaises herbes par simple contact. Utilisez-les avec parcimonie, de façon localisée, en respectant dosage et mode d'emploi. Pour cela, lisez attentivement les étiquettes. A noter : à partir du 1er janvier 2022, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites.

Que faire des mauvaises herbes après arrachage ?

Paillage

Vous pouvez utiliser ces indésirables en paillis, mais il faut au préalable les laisser sécher racines à l'air quelques temps, afin de s'assurer qu'elle ne pourront pas s'enraciner à nouveau.

Salades sur bottes de paille
Salades sur bottes de pailleAgrandir l'image

Elimination

Puisque les feux de jardin sont désormais interdits, éliminez les mauvaises herbes en déchetterie, comme les autres « déchets verts ».

Recyclez !

L'ortie, bonne pour faire des purins, ou simplement hâchée au fond des trous de plantation. Le pissenlit comme le plantain, en salades savoureuses...

Au compost ?

Si votre compost « fonctionne » correctement, il chauffe, et la température atteinte doit assurer la destruction des graines. A bien contrôler, toutefois. Sans quoi, vous assurerez vous même la propagation des herbes indésirables, ce qui n'est pas le but recherché !

Quelques « mauvaises herbes » parmi les plus courantes

Liseron 

Particulièrement envahissant, c'est la bête noire de bien des jardiniers. Ses tiges s'enroulent et étouffent les végétaux fragiles ; très vigoureux, il s'arroge une bonne part des ressources du sol, eau comme éléments nutritifs.  Son système racinaire très développé s'enfonce profondément, à 70 ou 80 cm. Et les désherbants chimiques sont sans effet...

Prêle

La prêle des champs est l'espèce la plus répandue. Sa tige ramifiée est très caractéristique, et dans les sols qui lui conviennent (plutôt humides et sablonneux, à tendance acide), ses rhizomes peuvent s'enfoncer jusqu'à 5m de profondeur ! En sachant qu'elle se reproduit via des spores, elle s'avère particulièrement difficile à éradiquer. 

>> Lire aussi : Prêles décoratives

Chiendent

Il appartient à la famille des graminées. Très envahissant, il produit de nombreux rhizomes à la pointe très dure, qui s'éloignent en une saison de 2m en tous sens en partant du pied d'origine ! 

Rhizomes de chiendent
Rhizomes de chiendentAgrandir l'image

Chardon des champs

On l'appelle parfois cirse, en raison de son nom savant (cirsium arvense). Avec ses feuilles coriaces et piquantes, il s'établit souvent au milieu des cultures, mais apprécie également les terrains incultes ! Ses tiges vertes se répandent grâce à ses rejets souterrains, mais il se diffuse aussi grâce à ses semences plumeuses (jusqu'à 5000 graines par pied!).

Chardon au milieu de la pelouse
Chardon au milieu de la pelouseAgrandir l'image

Ortie

Son contact avec la peau engendre des démangeaisons… pas très agréables ! Mais elle peut faire un très bon fertilisant (voir : purin d'orties) et c'est également une plante utilisable en cuisine. Les racines sont très envahissantes et l'ortie se reproduit vite.

Pissenlit

Cette plante peut s'installer à peu près partout, mais elle affectionne particulièrement les sols frais et argileux. Le moindre petit morceau de racine lui permet de se régénérer ! Si vous ne l'avez pas parfaitement arrachée… c'est raté !

Plantain

Ses larges rosettes s'épanouissent généralement sur les sols tassés (allées, trottoirs...). Les oiseaux apprécient ses graines, alors s'il n'est pas trop gênant, laissez-le en place. S'il envahit votre pelouse, extrayez sa racine en totalité...

Plantain
PlantainAgrandir l'image

Laissons les liserons !

Cette vivace grimpante est l'ennemie déclaré de biens des jardiniers, mais c'est l'amie des insectes. Ses fleurs attirent les bourdons, les grandes espèces de papillons, et les chenilles du sphinx notamment s'en nourrissent. Laissez-en quelques pieds dans un coin du jardin !

>> Lire aussi : Des super mauvaises herbes résistantes au Round Up

NaturenEn partenariat avec :

Produits utilisables en agriculture biologique

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 11

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les mauvaises herbes

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur l'entretien du jardin.

211 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Michel44
26/06/2015, à

Répondre

Comment éliminer la mauvaise herbe : trèfle avec de nombreux petits oignons.... merci

Malvestrum
25/06/2015, à Bernis

Répondre

Beaucoup a mon arrivée dans un terrain ancienne vigne .surtout pas de motoculteur ,il faut à la main aller chercher toute la longueur de la plante dans la terre ,jusqu'au bout .je n'en ai plus du tout.

Le rolland (iffic)
15/06/2015, à Loperhet

Répondre

Comme mauvaise herbe j'ai une plante envahissante qui s'accapare de mon jardin HELEXINE je voudrais savoir comment la combattre ??????Merci de votre réponse s'il y a une ?????

Cecile brunner
19/05/2015, à Castelmaurou

Répondre

Les mauvaises herbes ça fait partie de la nature, dans la vie il n'y a pas que des gens sympas alors patience huile de coude

Kakine
15/05/2015, à Gourdon 46300

Répondre

Excellents articles sur ces "mauvaises" herbes. Seul le chiendent est insupportable pour moi. Plus j'arrache de racines, plus il y en a. Que faire ?

Voir tous les commentaires (11)