Les vivaces en automne

Le 12 décembre 2016 par Xavier Gerbeaud

L'automne est une saison charnière pour les vivaces. Certaines demeurent très belles, d'autres sont "finies" et nécessitent toute votre attention. Nos conseils pour ne rien oublier...

Planter

Vivaces rustiques

plantation d'une vivace en godet

Plantation d'une vivace en godet

L'époque est favorable à la plantation de vivaces achetées en godets. Choisissez notamment celles qui fleurissent au printemps et en début d'été. Passer l'automne et l'hiver en terre leur permettra de s'installer et de démarrer au plus tôt, d'où floraison superbe l'an prochain !

L'inconvénient réside dans l'achat : sauf si vous habitez dans le sud, les vivaces commencent à ne plus ressembler à grand-chose. Il vous faudra choisir dans les livres, les magazines et vous fier aux noms.

Si la variété choisie est frileuse, vous pouvez tenter la plantation en protégeant convenablement le pied. L'autre possibilité consiste à attendre la fin du printemps, afin d'éviter le gel et de permettre à la plante de se développer ("s'installer") pendant quelques mois.

Vivaces frileuses : à protéger

Paillis protecteur en hiver

La majorité des vivaces résistent bien au gel. On dit qu'elles sont rustiques.

Certaines, bien qu'elles reviennent année après année, sont plutôt frileuses. C'est le cas des sauges, des penstemons, des fuchsias et des nombreuses méditerranéennes qui peuplent aujourd'hui bien des jardins situés au-dessus de la Loire...

Pour les protéger, épandez à leur pied un paillis d'écorces ou d'un autre matériau : aiguilles de pin, fougères séchées... Préférables à des paillages plus compacts (type paillette de lin), qui ont tendance à retenir l'humidité (lire : Choisir un paillis).

Vous pouvez également recourir au voile d'hivernage ou au film plastique à bulle pour protéger les sujets les plus sensibles au froid.

Diviser et transplanter

L'automne constitue la meilleure période pour déplacer les plantes vivaces.

S'il s'agit de grosses touffes agées de plusieurs années, il est préférable de les diviser avant de transplanter. La reprise s'effectuera mieux et plus vite.

Si le partage de la souche s'avère difficile, n'hésitez pas à recourir à la scie arboricole ou encore à faire levier avec deux fourches-bêches plantées dos à dos au milieu de la touffe.

Autre avantage de la division : elle vous permettra de fleurir un autre coin du jardin, de faire un don ou encore d'échanger ce plant avec un ami ou un voisin.

Marquer les emplacements

etiquette pour marquer un emplacement de vivace

Etiquette de repérage

Le feuillage de certaines vivaces disparaît complètement durant l'hiver. Pour ne pas risquer de les abimer en travaillant vos massifs ou plates-bandes cet hiver, marquez dès à présent leur emplacement au moyen des étiquettes et tuteurs prévus à cet effet.

Aujourd'hui fort répandus, on en trouve de très décoratifs en terre cuite, en ardoise et bambou ou encore en étain. Leur coût peut vous paraître élevé, mais songez à l'esthétique et à la durée de vie.

Tuteurer

Pour que vos massifs d'arrière-saisons conservent une bonne allure, n'omettez pas de tuteurer les grandes vivaces : asters, verges d'or, rudbeckias... Les tuteurs en bambous ne sont pas indispensables : de simples branchages posés en arrière remplissent efficacement leur office et s'intègrent très naturellement.

Décor d'hiver

Echinacée - Givre

Même si la tentation du nettoyage total est forte, essayez de laisser sur pied les tiges fanées des phlomis (sauge grise dite 'de Jérusalem '), sédums, agapanthes et autres échinacées : délicatement couvertes de givre, elles constitueront un subtil décor hivernal.

Maladies et parasites

La période du blanc

Les vivaces à floraison automnale sont souvent atteintes par la maladie du blanc (oïdium). Cette maladie est difficile à éradiquer une fois installée. Un traitement « bio » préventif consiste à pulvériser du soufre.

Chenilles blanches

Les racines des vivaces sont parfois attaquées par une chenille blanche à tête noire appelée hépiale.

Elles s'attaquent à de nombreuses plantes (fraisier, laitue, chicorée, muguet, pivoine, iris, delphinium, dahlia) dont elles rongent les racines et l'intérieur du collet ou des rhizomes.

Oubliez les insecticides ; ils sont nocifs et elles leur résistent fort bien. Le meilleur remède consiste à bêcher et sarcler le sol régulièrement.

Gare aux racines nues !

Certaines vivaces sont vendues à l'automne en racines nues. Rien à dire sur le principe, excellent. Assurez-vous simplement lors de l'achat que ces dernières ne sont pas desséchées (à cause d'un stockage mal adapté) ou au contraire pourries.

Pensez au muguet

Si vous aimez cette charmante petite fleur de printemps, c'est en octobre qu'il convient de planter le muguet !

>> Lire aussi : Nettoyer un massif : quels gestes, en quelle saison ?

Crédit photos : X.G. /

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les vivaces en automne

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les vivaces.

235 questions

Voir tout Poser une question