Transplanter un grand arbre

Le 5 janvier 2018 par Isabelle C.

Mal placé ou devenu trop encombrant, votre arbre doit être enlevé. Plutôt que de le sacrifier, essayez de le transplanter.

Peut-on transplanter un arbre quelle que soit la taille et l'âge ?

Plus un arbre est grand ou ancien, plus son système racinaire est étendu, et plus les chances de réussite d'une transplantation sont réduites.

Transplantation d'un grand arbre
Transplantation d'un grand arbreAgrandir l'image

Hormis les précautions à prendre lors de la procédure de transplantation, deux critères entrent en compte dans le succès de l'opération.

  • Le passif de l'arbre : un grand arbre n’ayant jamais été transplanté (issu de semis sur place) a moins de chance de reprise qu'un arbre cultivé en pépinière (une à plusieurs transplantations subies), le système racinaire de ce dernier s'étant développé de façon plus regroupée autour du tronc.
  • La vigueur de l'arbre : un arbre affaibli a moins de chance de reprendre après une transplantation qu'un arbre en bonne santé.

Ces deux critères ne sont pas rédhibitoires mais demandent que l'on soit davantage rigoureux lors des différentes étapes de la transplantation et dans l'entretien qui s'en suit.

Quand transplanter un arbre ?

Sauf exceptions, les meilleures conditions climatiques et de qualité de sol nécessaire à une bonne transplantation sont réunies :

  • de novembre à mars (hors périodes trop humides ou de gel) pour les feuillus caducs. En région froide, préférez la fin de l'hiver.
  • en septembre ou en mars, pour les conifères ou feuillus persistants.
  • en mai, pour les palmiers (afin d'éviter le froid de l'hiver passé et avoir tout le temps de s'installer avant l'arrivée du prochain).
Arbre en motte
Arbre en motteAgrandir l'image

Comment transplanter un arbre ?

5 étapes importantes sont à respecter pour que la reprise d'un grand arbre transplanté se fasse dans les meilleures conditions.

Le cernage

Cette opération se fait un à deux ans avant la transplantation, suivant la taille et l'âge de l'arbre concerné, pour étaler dans le temps le traumatisme subi par l'arbre. Elle consiste à former la motte et à contraindre l'arbre à produire des racines près du tronc, pour compenser la perte des plus éloignées qui seront coupées lors de la transplantation, et ce, en coupant précautionneusement les racines de l'arbre à une certaine distance tout autour du tronc. Cette distance, qui correspond au diamètre optimal de la future motte, est calculée de plusieurs façons : environ un tiers de la hauteur de l'arbre ou 10 fois le diamètre du tronc mesuré à 1 m du sol.

Cernage
CernageAgrandir l'image

>> Lire : Le cernage

Lors du cernage, la future motte est ceinturée avec du grillage afin de faciliter son extraction et son déplacement au moment de la transplantation.

Le trou de plantation

Préparé une semaine à l'avance, il doit être supérieur à la taille de la motte et la terre doit être enrichie avec du compost et de l'engrais organique, comme on le fait lors d'une plantation classique.

>> Lire Comment bien planter un arbre.

La réduction du volume du houppier

Le système racinaire de l'arbre étant réduit, il convient de réduire également le houppier afin de conserver l'équilibre de l'arbre : il doit être capable de subvenir à ses propres besoins ; si l'arbre est amputé d'une partie de ces racines, il ne peut continuer à nourrir la totalité de son houppier.

L'extraction de l'arbre

L'extraction de l'arbre et son déplacement est une étape très importante car elle consiste à manipuler la motte sans la déformer. Son ceinturage avec du grillage réalisé lors du cernage vous facilitera la tâche.

  • Attachez autour du tronc les branches qui pourraient gêner ou qui risqueraient de casser lors de l'opération.
  • Creusez une tranchée en suivant le pourtour extérieur de la tranchée de cernage afin de ne pas abîmer les nouvelles racines :  sortez-en la terre et tranchez celle sous la motte avec une bêche. Effectuez des mouvements de va-et-vient pour soulever petit à petit la motte et coupez les racines qui tiennent encore, et ce, jusqu'à ce que la motte soit transportable.
  • Sortez l'arbre du trou. Plus l'arbre est grand, plus la motte est conséquente et lourde. À minima, utilisez un tire-fort et assurez vous l'aide de plusieurs bras pour déplacer l'arbre. Au mieux, prévoyez une grue.

À savoir : la cohésion de la motte dépend du système racinaire de l'arbre mais également de la nature du sol. Soyez vigilant, surtout si le sol est sablonneux.

La replantation de l'arbre

Près du trou de plantation, retirez le grillage qui cercle la motte puis installez votre arbre dans le trou de plantation. Procédez comme pour une plantation classique. N'oubliez pas d'installer des tuteurs dans le trou de plantation. 3 à 4 tuteurs sont nécessaires du fait de la taille de l'arbre.

Plantation d'un cornouiller
Plantation d'un cornouillerAgrandir l'image

>> Lire : Tuteurer un arbre

La transplanteuse

Si l'arbre est trop imposant pour le manipuler vous-même, faites appel à un paysagiste qui peut être équipé d'une transplanteuse, une machine spéciale qui effectue le trou de plantation, l'arrachage de l'arbre avec toute la motte, le transport et la plantation.

L'entretien d'un arbre transplanté

Durant la première année, il est important d'assurer un arrosage régulier pour que la production de racines soit suffisante et qu'elle permette à l'arbre d'être de nouveau autonome. Comptez un arrosage copieux tous les 20 jours environ, en fonction de la météo.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Transplanter un grand arbre

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres.

482 questions

Voir tout Poser une question