Trachycarpus, des palmiers qui résistent au froid

Le 22 juin 2016 par Thibault

Parmi les palmiers dits « rustiques » et que l'on peut cultiver dans presque toutes les régions de France, le célèbre palmier chanvre (Trachycarpus fortunei) est le plus présent depuis longtemps dans les jardins. Pourtant, il existe d'autres espèces de Trachycarpus très différentes et tout aussi faciles à cultiver.

Des palmiers asiatiques

Trachycarpus fortuneiLe genre Trachycarpus appartient à la famille des Arécacées ou Palmacées. Il regroupe des espèces de palmiers originaires des régions montagneuses d'Inde, du Népal, de Thaïlande et de Chine. Trachycarpus vient du grec trachys, qui signifie rugueux et carpos, qui signifie fruit. Les Trachycarpus sont des palmiers dioïques, c'est-à-dire que les fleurs mâles et les fleurs femelles sont portées par des pieds différents. Si les arbres forment un tronc, les palmiers, eux, forment un stipe. La hauteur du stipe varie énormément chez les Trachycarpus. Presque inexistant chez T. nanus, il peut dépasser les 12 mètres chez T. takil.  La plupart du temps, ce stipe est recouvert d'un crin fibreux et plus ou moins épais. C'est ce qui a valu son nom de « palmier chanvre » au célèbre T. fortunei.  

Une robustesse à toute épreuve

almes de Trachycarpus sous la naigeLes Trachycarpus sont des palmiers populaires car ils permettent de créer une ambiance exotique dans tous les jardins, y compris dans les régions au climat frais, ou connaissant des hivers rigoureux. Cette capacité à résister au froid peut paraître surprenante car on associe souvent les palmiers au soleil et à la chaleur.

Mais l'origine exacte et l'habitat naturel des Trachycarpus nous donnent une explication. En effet, ces palmiers vivent spontanément dans des forêts de montagne, parfois à plus de 2500 mètres d'altitude, où ils s'épanouissent dans une ambiance fraîche et humide, et sont fréquemment couverts par la neige pendant l'hiver. Les espèces les plus robustes (T. fortunei, T. wagnerianus, T. takil, …) sont capables de survivre à des températures de l'ordre de -18°C. Mais comme pour toutes les plantes, la durée du gel, son caractère précoce ou tardif, et l'humidité ambiante sont des facteurs aussi importants que l'intensité du gel. Pour simplifier, on peut dire qu'un gel bref à -18°C suivi d'un rapide dégel fera moins de dégât qu'une longue période à -15°C sans dégel. 

» Découvrir d'autres palmiers résistants au froid

Conseils de culture

Fleurs de TrachycarpusLa culture des Trachycarpus est facile. Ils pourront se satisfaire de n'importe quel type de sol bien drainé et s'adaptent à de nombreuses situations. Finalement, et contrairement aux idées reçues, ce sont des palmiers qui apprécient les climats humides et qui redoutent la sécheresse et les coups de chaleur. Dans les régions chaudes, en méditerranée notamment, il faudra surveiller les arrosages et privilégier une plantation en situation ombragée pour les protéger des brûlures du soleil. Sous la protection des grands arbres et à l'abri des vents desséchants, les Trachycarpus vous surprendront par leur port gracieux et la luxuriance de leur feuillage. Autre atout remarquable : leur croissance rapide ! Ils n'ont pas besoin de chaleur pour pousser à toute vitesse et forment un beau stipe, même dans les régions les plus fraîches. 

Plusieurs espèces à découvrir

Trachycarpus wagnerianus

Trachycarpus wagnerianusUn des plus beaux palmiers ! Aussi rustique et facile à cultiver que T. fortunei, mais plus compact et surtout, dont les palmes sont beaucoup plus régulières et rigides, presque parfaites. Elles s'abîment moins dans le temps et résistent mieux aux vents violents, sans se briser. La culture de ce palmier est envisageable en pot, plus que pour tout autre Trachycarpus

Trachycarpus takil

Plus rare en culture, c'est un palmier intéressant pour les grands jardins puisqu'il est similaire en tout point au T. fortunei, mais avec des dimensions plus imposantes : stipe plus haut et plus large. Ses palmes sont aussi plus rondes. 

Trachycarpus fortunei

C'est le plus connu, le plus répandu, le plus cultivé de tous les Trachycarpus. Aussi appelé palmier de Chine ou palmier-chanvre, il doit son nom au botaniste anglais Robert Fortune qui a ramené des graines de Chine vers 1850. A partir de cette date, ce palmier s'est rapidement répandu dans de nombreux parcs et jardins d'Europe et s'est même naturalisé dans la région des lacs du Tessin en Suisse. Ce palmier est facile de culture et de croissance rapide. Il finit par former un stipe d'une bonne dizaine de mètres. Attention en revanche, lorsqu'il n'est pas protégé des vents desséchants ou qu'il souffre de la sécheresse ou de la chaleur, ses palmes s'abîment et prennent une allure parfois peu esthétique. 

Trachycarpus nanus

Trachycarpus nanusAutre rareté, ce palmier est en voie de disparition dans son habitat naturel au Yunnan (Chine), car les chèvres dévorent ses fleurs avant qu'elles n'aient pu former des graines. Cependant, on le trouve de plus en plus facilement en culture en Europe et c'est aussi un moyen de le sauver. Comme son nom l'indique, c'est un palmier nain, et son stipe dépasse rarement 20 à 30 centimètres. 

A découvrir également : T. latisectusT. martianusT. princeps, ...

Crédit photos : Gürkan Sengün via commons.wikimedia.org (1) / wallygrom (2) / MeganEHansen (3) / Clivid (4) / scott.zona (5) via Flickr.com

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Trachycarpus, des palmiers qui résistent au froid

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbustes.

257 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Clairice
08/02/2015, à

Répondre

Bonjour, les fruits des trachycarpus fortunei sont-ils toxiques pour les chiens ? Merci

Ledoux
29/08/2014, à Longperrier

Répondre

Entretien du palmier