Teigne du poireau (ver du poireau)

Le 29 juin 2012 par Clémentine Desfemmes

La teigne du poireau, ou ver du poireau, est un insecte parasite redoutable au potager : poireau, ail, oignon, mais aussi certains bulbes d'ornements sont concernés par cette chenille vorace. Comment reconnaître une attaque, comment lutter ?

La teigne du poireau, un fléau pour les liliacées

Chenille de Acrolepiopsis assectella

Chenille de Acrolepiopsis assectella

La teigne du poireau, Acrolepiopsis assectella (ou Acroplepia assectella), connue également sous le nom de "ver du poireau", est un lépidoptère qui affecte les plantes appartenant à la famille des liliacées, et plus précisément les Alliums cultivés (poireau, ail, échalote, oignon, ail d'ornement) ainsi que certains bulbes d'ornement comme les hémérocalles. Comme toujours avec les papillons parasites, c'est la chenille (larve) qui cause les dégâts : elle creuse des galeries dans les feuilles et finit par s'installer dans les tiges (fût du poireau) ou les bulbes. La teigne du poireau est un ravageur très fréquent au potager.

Cycle de vie

Acrolepiopsis assectella - Papillon adulte

Acrolepiopsis assectella - Papillon adulte au repos

L'adulte est un petit papillon de 16 à 18 mm d'envergure, de couleur brunâtre, avec une tache blanche sur chaque aile. Au repos, les ailes se touchent (elles sont repliées "en toit"). Chaque femelle vit environ 1 mois et demi, et pond une centaine d'oeufs sur une période de 20 jours. Les oeufs sont déposés sous les feuilles de la plante hôte. Selon la température, il leur faut entre moins d'une semaine et 11 jours pour éclore. La chenille (larve), de couleur vert clair, se nourrit de la plante durant une quinzaine de jours : les premiers jours, elle vit sur et dans les feuilles (elle y creuse des galeries), puis elle mine l'intérieur du fût où elle poursuit sa croissance. Elle finit par former, sur les feuilles de la plante, un cocon (nymphe) d'où émergera un papillon adulte (imago).

Périodes d'attaque

Acrolepiopsis assectella - Adulte, ailes déployées

Acrolepiopsis assectella - Adulte, ailes déployées

Les papillons adultes hivernent dans les débris végétaux ou dans les anfractuosités de l'écorce des arbres (un hiver doux est propice à leur survie, et accroît donc le risque d'attaque de chenilles). Lorsque la température nocturne devient suffisante, la première période de vol de l'année commence, en avril-mai. Les papillons pondent et donnent naissance à une première génération de chenilles.
Ces chenilles deviennent à leur tour des papillons adultes qui volent et pondent entre juin et début août. Selon les conditions climatiques, une troisième période de vol peut avoir lieu, entre fin août et fin septembre, à l'origine d'une 3e génération de chenilles.

Symptômes et dégâts

Les feuilles jaunissent et s'étiolent, la croissance de la plante est gênée ; on observe d'abord quelques trous et des galeries dans le feuillage, qui peut ensuite avoir un aspect lacéré. Après la récolte, il apparaît que le fût du poireau (ou le bulbe de l'oignon) est creusé de galeries, ce qui peut occasionner son pourrissement (poireau) ou un dessèchement partiel (oignon). Le légume attaqué n'est guère consommable et dans le cas d'un bulbe, il se conserve mal.

Prévention et traitements naturels

Dégâts sur poireau

Dégâts sur poireau

La première mesure de prévention consiste, comme souvent, à respecter la rotation des cultures (notamment avec le poireau d'hiver). Différer le repiquage des jeunes plants au potager (après le mois de juin) permet aussi d'éviter une infestation au moment du premier vol. Un voile anti-insecte posé dès le début du mois de mai constitue également une bonne protection (lire aussi : Protection des récoltes au potager). Pensez aussi aux pièges à phéromones, qui captureront les adultes. Enfin, intercaler des plants de céleris ou de carottes entre les alliums contribue à repousser les papillons de teigne du poireau.

Si l'infestation est avérée, il vous faudra agir dès l'apparition des chenilles (d'où l'intérêt de surveiller les cultures), afin de traiter lorsqu'elles sont encore au stade "baladeur", sur les feuilles, c'est-à-dire avant qu'elles ne pénètrent au coeur de la plante : elles seraient alors hors d'atteinte ! Essayez des pulvérisations de purin de prêle, d'absinthe ou de macération de rhubarbe, ou encore un produit de traitement à base de pyrèthre ou de Bacillus thuringiensis. Si les chenilles ont déjà gagné l'intérieur du fût des poireaux, il ne vous restera plus qu'à couper la plante au ras du sol : elle devrait repousser.

Bon à savoir
Evitez d'appliquer du purin d'ortie sur les Alliums, cela attire les papillons d'Acrolepiopsis assectella.

Crédit photos : jimmygod / dhobern / CSIRO / edmittance

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Teigne du poireau (ver du poireau)

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les envahisseurs du jardin.

355 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Noucot
15/11/2014, à Leuze en hainaut

Répondre

Bonjour. qu'entendez vous 1 pour 15 pour le purin d'ortie. par avance merci

Jean garaboux
03/02/2014, à

Répondre

Que faut-il penser de cette idée personnelle : je crois que tous les parasites se délectent de conditions naturelles qui sont un milieu légèrement acide. j'ai entrepris de traiter mes "cultures" avec le mélange de purin d'ortie maison, de savon noir et de bicarbonate de soude, mélange faible : purin d'ortie à 1 pour 15 environ; savon noir à 1/2 bouchon pour 10 litres; bicarbonate une cuillère à soupe pour 10 litres. pour le moment, je me félicite de cette pratique.

Ceci peut aussi vous intéresser