Sol pauvre

Le 6 mai 2017 par Isabelle C.

Les terres pauvres sont-elles vouées à rester incultes ? Non, bien sûr ! Les plantes ont, depuis longtemps, montré leur capacité à s'adapter aux situations difficiles et les solutions permettant de rendre vivant et fertile un sol dégradé existent.

Qu'est-ce qu'un sol pauvre ?

Sol pauvre
Sol pauvreAgrandir l'image

Tout jardinier rêve d'un sol parfait pour installer son jardin et surtout son potager, les terres pauvres n'ayant pas leur place dans cet idéal ! Mais qu'est-ce qu'un sol pauvre ? Généralement, on met sous cette étiquette des terres superficielles (peu profondes), caillouteuses ou sableuses, sèches, peu humifères et peu fertiles. Le pH peut être fortement acide ou basique.
Pauvres en éléments nutritifs, ces sols sont aussi pauvres en réserve d'eau (sols lessivés). De plus, la présence d'un pH « extrême » complique l'assimilation des éléments nutritifs, et surtout celle des oligo-éléments.
Enfin, l'enracinement des végétaux est gêné et reste, le plus souvent, superficiel.
Malgré tout, ces sols ont certains avantages dont il est intéressant de tirer parti : ils sont drainants et aérés, ils se réchauffent rapidement avec l'arrivée du printemps (et la chaleur accumulée durant la journée est restituée durant la nuit) et se travaillent, généralement, plutôt bien. Ces qualités sont notamment appréciées par les légumes primeurs.

Comment améliorer un sol pauvre ?

Un terrain pauvre n'est pas forcément une fatalité, et il est toujours possible de mener quelques opérations pour améliorer sa fertilité.

Restaurer l'humus

Apport de compost - Sol pauvre
Apport de compost - Sol pauvreAgrandir l'image

Pour restaurer l'humus, plusieurs solutions s'offrent à vous : l'utilisation du BRF, l'apport régulier de compost et/ou de fumier ou bien encore la culture d'engrais verts. Attention ! Tous les engrais verts ne poussent pas sur sols pauvres : le seigle s'adapte particulièrement à ces terrains et il a la capacité de remonter à la surface les minéraux lessivés ; le sarrasin et le lupin (vrai lupin et lupin indigo) conviennent pour les sols pauvres et acides (lupin jaune sur sols sableux), tandis que la luzerne et l'orge préfèrent les sols calcaires et secs.
Ne pas oublier le radis fourrager pour les sols très pauvres, le millet pour les sols pauvres et secs...

>> Lire : Choisir un engrais vert

Corriger le pH

Pour les terres acides, des amendements calcaires (dolomie, calcaire broyé, craie, maërl) pourront être effectués. Quant aux terres calcaires, la fertilité du sol reviendra si vous vous employez à reformer la couche humifère : apport de fumier, engrais verts (se référer aux préconisations ci-dessus)...

Respecter le sol

BRF - Sol pauvre
BRF - Sol pauvreAgrandir l'image

Une terre peut devenir pauvre et dégradée du fait d'un travail intensif ou inapproprié (monoculture, labours profonds, utilisation de pesticides...). La mise en place d'un couvert organique permanent (paillis, compostage de surface, engrais verts), un travail réduit et superficiel du sol (sans retournement en profondeur), la rotation des cultures, la mise en place de cultures associées... Toutes ces pratiques culturales contribuent au renouvellement de l'humus et au maintien d'un sol fertile.

>> Voir des modèles de rotation des cultures

Apporter de la terre

Potager en carrés
Potager en carrésAgrandir l'image

Une autre solution, permettant de s'affranchir des contraintes d'un sol pauvre et d'obtenir quelques légumes et quelques fleurs, peut être la mise en place d'un potager en carré ou d'une lasagne ; reste à vous procurer de la bonne terre végétale ou des cartons et une bonne dose de déchets organiques !

Des plantes pour sols pauvres

Erysimum (giroflée)
Erysimum (giroflée)Agrandir l'image

Pour ceux qui n'ont pas le souhait ou la possibilité d'intervenir sur la qualité de leur sol, sachez qu'il existe des végétaux qui apprécient les terres pauvres : pin sylvestre, chêne, amélanchier, cornouiller, genévrier, genêt, viorne, chèvrefeuille, althéa, giroflées d'été, giroflée ravenelle, cinéraire maritime, coquelourde, euphorbe, thym, sarriette, romarin, lavande... La palette est suffisamment large pour créer des jardins secs, sablonneux ou de rocaille.

Côté légumes, le choix est moins important, certes, mais il existe : échalote, ail, oignons, salades, endives, pourpier, radis, asperge, arroche, topinambour et fraisiers.
À ne pas oublier, la plante des sols caillouteux et pauvres par excellence : la vigne. En effet, il semblerait que les caractéristiques de ces sols permettent d’obtenir un raisin de très bonne qualité (certes au détriment des rendements).

>> Lire aussi :

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Sol pauvre

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur la terre, le sol.

243 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Venance gérard
31/07/2015, à Lomé togo

Répondre

Merci pour tous vos conseils. J'ai pris bonne "graine"

Balard
21/02/2014, à Fontenailles

Répondre

Que faut il pour un sol calcaire comme angrais vert