Les rosiers pleureurs

Le 30 mai 2017 par Iris Makoto

Romantiques à souhait, les rosiers pleureurs agrémentent le jardin de leur allure élégante. Formant des cascades de roses de mai jusqu'aux premiers frimas, leur magnificence sera mise en valeur sur une pelouse en sujet isolé ou en arrière plan de massif.

Qu'est-ce qu'un rosier pleureur ?

Le rosier pleureur est un rosier reconnaissable à sa haute tige verticale surmontée de branches retombantes vers le sol lui donnant ce côté "pleureur". Il ne s'agit pas d'une espèce ou d'un variété bien particulière de rosier mais d'une création horticole à partir d'un porte-greffe (généralement Rosa canina ‘Pfänder’ ou ‘Shmid’s Ideal’) et d'un rosier grimpant, liane, voire couvre-sol classique. Autrefois seul Rosa canina (l'espèce type) était utilisé comme porte-greffe, cependant, il a tendance à drageonner, on lui a donc préféré les deux variétés citées ci-dessus.

Rosier 'Ghislaine de Féligonde' : point de greffe
Rosier 'Ghislaine de Féligonde' : point de greffeAgrandir l'image

Les portes-greffes choisis sont rustiques et adaptés à la majorité des sols, ce qui permet d'envisager ce type de rosiers dans la plupart des jardins.

Le "tronc" du rosier pleureur est greffé à une hauteur variant entre 1,40m et 2m, ce qui le différencie du rosier tige qui est greffé beaucoup plus bas et porte des branches plus érigées.

Utilisation des rosiers pleureurs au jardin

Les cascades de fleurs somptueuses offertes par les rosiers pleureurs méritent une place de tout premier choix au jardin. Idéal en sujet isolé sur une pelouse ou comme point focal dans une perspective, ce type de rosier sera alors admiré à sa juste valeur et sous tous les angles ! Pensez à la variété 'Excelsa' qui se couvre de roses fuchsia à magenta de juin au mois d'août ou à 'Ice 'si vous préférez un sujet blanc pur.

Dans un jardin romantique, plantez un rosier pleureur rose pâle comme 'Dorothy Perkins' tout près d'un banc en fer forgé ou en bois. À son pied, pensez aux campanules ou aux myosotis qui mettront son coloris en valeur.

Rosier pleureur rose pâle
Rosier pleureur rose pâleAgrandir l'image



Autre utilisation possible (à condition de marier les couleurs avec goût), le rosier pleureur émergeant d'un parterre de rosiers couvre-sol, telle une silhouette bienveillante penchées sur sa progéniture. Pour un bel effet, préférez un rosier pleureur de teinte claire qui attirera le regard vers le fond de la scène et des rosiers couvre-sol plus foncés. Les associations, blanc/rouge, orange/jaune, ou rose fuchsia/rose pâle fonctionnent bien. Évitez les mélanges criards de rouge et de jaune, ou les associations de rouge et de rose qui donnent rarement de bons résultats.

Rosier pleureur 'Little Sunset' (Kordes)
Rosier pleureur 'Little Sunset' (Kordes)Agrandir l'image



On pense peu aux rosiers pleureurs pour souligner une allée, et pourtant ! Leur charme incontestable se prête parfaitement aux alignements, pour créer une haie d'honneur odorante. Choisissez pour cet emploi un rosier fleurissant longtemps comme le bien-nommé  'Les Quatre Saisons'. Il a pour avantage de se parer de grosses fleurs aux nombreux pétales rose profond de fin mai à octobre.

En arrière plan de massif ou d'un bassin, le rosier pleureur fait toujours merveille, sa haute tige sera alors masquée par les autres plantes installées en premier plan. Osez alors le jaune 'Canicule' ou l’orangé 'Sahara' pour illuminer l'ensemble !

Rosier grimpant au port pleureur 'Rambing Rector'
Rosier grimpant au port pleureur 'Rambing Rector'Agrandir l'image

Quand planter un rosier pleureur ?

L'automne est la meilleure période pour planter un rosier. Vous pouvez prolonger celle-ci jusqu'en décembre s'il ne gèle pas. Si votre jardin se situe en altitude ou si votre sol est lourd ou détrempé, mieux vaut patienter jusqu'en mars.

Si vous plantez votre rosier tardivement, pensez à tailler les tiges de la couronne très court (5 à 7 cm du point de greffe) afin de faciliter la reprise et la ramification.

Comment planter un rosier pleureur ?

L'emplacement idéal

Comme pour tous les rosiers, choisissez un emplacement très ensoleillé et une exposition Sud-Est ou Sud-Ouest qui vous assurera une floraison spectaculaire. Attention : par son port particulier, le rosier pleureur est plus sensible au vent, préférez un emplacement abrité pour éviter la casse !

Rosiers pleureurs et tiges bordant une allée
Rosiers pleureurs et tiges bordant une alléeAgrandir l'image

Une plantation réussie

Dépotez votre rosier, s'il est en conteneur puis dégagez les racines. Commencez par tailler celles qui sont abîmées ou chétives avec un sécateur dont les lames auront été préalablement désinfectées avec de l'alcool à brûler (lire : Désinfectez vos outils).

Composez un pralin à base de terre, d'eau et de bouse de vache ou de fumier décomposé. Si vous n'avez pas ces éléments sous la main, vous trouverez du pralin en jardinerie. Diluez bien votre mixture et laissez tremper les racines de votre rosier dedans pour qu'elles s'imprègnent bien.

Pralinage d'un rosier racines nues
Pralinage d'un rosier racines nuesAgrandir l'image

Pendant ce temps, creusez un trou de plantation deux fois égal à la taille de la motte en tous sens. Plantez au fond du trou un tuteur bien solide dont le sommet arrivera à la hauteur du point de greffe. Mélangez à la terre extraite du bon terreau, du compost et de la poudre de corne broyée. Versez une couche de ce mélange au fond du trou avant d'y installer la motte. Rebouchez avec le même mélange et tassez.

Formez une cuvette autour du pied du rosier pour accueillir les eaux d'arrosage. Arrosez abondamment.

Fixez la tige au tuteur avec un lien spécifique pour ne pas la blesser.

Rosier pleureur
Rosier pleureurAgrandir l'image

Tuteurs parapluie

Il existe des tuteurs "parapluie" dédiés à la plantation des rosiers pleureurs. Ces tuteurs permettent de maintenir une forme harmonieuse. Il suffira de conduire chaque tige sur ledit parapluie au fur et à mesure de la pousse afin d'obtenir l'effet souhaité.

Quel entretien pour mon rosier pleureur ?

  • Arrosez votre rosier une fois par semaine (puis jusqu'à deux à trois fois en été), pour que le sol ne sèche jamais complètement entre deux arrosages.
  • Faites des apports réguliers d'engrais 'Spécial rosiers' ou griffez tous les deux mois un mélange de sang séché et de corne broyée à son pied d'avril à septembre.
  • Étalez un paillis d’écorces de pin pour empêcher la pousse des mauvaises herbes et limiter l'évaporation de l'eau. Ce paillis, légèrement acide convient très bien aux rosiers et se dégrade doucement ce qui permet de ne pas le remplacer trop souvent.
  • Taillez votre rosier vers la mi-mars en supprimant les éventuels sauvageons et les branches qui se croisent ou se chevauchent pour dégager le centre de la couronne. Taillez chaque tige en biseau au dessus d'un bourgeon à environ 15 cm de la base de la couronne la première année. Ensuite taillez à chaque fois les tiges provenant des ramifications de l'année précédente en gardant 10 cm de longueur sur celles-ci. La troisième année, taillez court les tiges ayant fleuri pour laisser place à de nouvelles.
  • Pensez à ôter les fleurs fanées au fur et à mesure afin d'induire l'apparition de nouveaux bourgeons floraux.
  • En hiver, entourez votre rosier pleureur d'un voile d'hivernage partant de la base de la tige et couvrant la couronne tant que le risque de gel est important.
Rosiers pleureurs
Rosiers pleureursAgrandir l'image

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les rosiers pleureurs

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les rosiers.

551 questions

Voir tout Poser une question