Entretenir les rosiers

Le 18 juillet 2017 par Stéphane

Les rosiers sont par nature solides et accommodants, mais c’est en leur prodiguant des soins appropriés tout au long de l’année que vous leur assurerez un développement harmonieux et profiterez d’une floraison généreuse et de longue durée. Découvrez les tâches à accomplir pour que la reine des fleurs donne toute sa mesure dans votre jardin.

Nourrir

Apport d'engrais corne à un rosierDans les bonnes terres de jardin, les rosiers (famille des Rosacées) prospèrent facilement mais ils pousseront aussi très bien dans les autres sols moyennant quelques apports d’amendement et d'engrais. A l’automne ou en hiver, épandez au pied du rosier du compost ou du fumier bien décomposés sur une épaisseur de 10 cm ; ne les enfouissez pas, ils serviront de protection contre le gel. A défaut, vous pouvez parfaitement utiliser du fumier déshydraté du commerce, il est souvent enrichi en algues marines. Evitez d’apporter compost et fumier pendant la période de végétation, cela pourrait faire éclater le bois des rameaux encore jeunes. Cette matière organique allègera les terres trop lourdes et donnera de la consistance aux sols trop légers.
Si vous choisissez d’autres fumures comme le guano et la corne, la potasse organique ou la farine d’arêtes de poissons, il vaut mieux les utiliser en automne. Leur action sera progressive dès le réveil de la végétation.
Quant aux engrais complets pour rosiers, ils sont riches en potasse, phosphore (du type N.P.K 11.11.20) et magnésie (à hauteur de 3%) : leur apport se fait en mars puis en juin pour encourager les variétés remontantes à refleurir.

La plantation : un moment important
Pour que vos rosiers démarrent bien, il faut respecter quelques règles de base au moment de leur installation. Reportez-vous à notre fiche pratique sur la plantation des rosiers. Elle détaille la marche à suivre.

Désherber, biner et pailler

Paillis de tonte de gazon séchée

Paillis de tontes de gazon séchées

Maintenez le sol propre autour des rosiers, car ils ne supportent pas la concurrence des adventices qui pourraient gêner leur croissance et servir de refuge aux insectes ravageurs. Essayez de ne pas recourir aux désherbants : même sélectifs, ils peuvent affecter certains rosiers.
Binez régulièrement le sol pendant toute la belle saison. Travaillez en surface pour ne pas endommager les racines. Le sol sera aéré, la terre décompactée et l’eau de pluie s’infiltrera plus rapidement. Pour échapper à cette corvée et maintenir de la fraîcheur, vous pouvez pailler vos rosiers avec des cosses de cacao, des paillettes de chanvre ou des tontes de gazon séchées (les tontes fraîches fermentent et favorisent l’apparition des maladies). Bannissez les écorces de pin qui acidifient le sol. Les mulchs ligneux conviennent aussi s’ils ont été compostés quelques semaines avant usage, cela évite (surtout en sol léger) qu’ils n’absorbent l’azote dont les rosiers ont besoin.

>> Lire aussi :

Supprimer gourmands et fleurs fanées

Durant toute la période de floraison, éliminez les fleurs fanées sur les rosiers remontants. Coupez les tiges environ 1 cm au-dessus de la première feuille bien formée (elle possède cinq folioles). Cela favorise la remontée. Il vous faudra aussi supprimer les gourmands qui apparaissent sous le point de greffe et détournent la sève à leur profit. Vigoureux, ils portent des feuilles à 7, 9 ou 11 folioles.

Arroser ou pas ?

Rosier buisson en fleurLes racines pivotantes des rosiers puisent l’eau en profondeur, il est donc très rare qu’un rosier meure de soif. Pourtant, seuls des arrosages réguliers en période de sécheresse favorisent une bonne croissance et surtout une floraison vraiment remontante. Comptez 15 litres tous les quinze jours pour un rosier adulte. Il faut absolument éviter d’arroser par aspersion. En mouillant le feuillage, vous faciliteriez la survenue de maladies. Versez l’eau directement au pied.

.

Eliminer feuilles et bois morts

Suppression du bois mort sur un pied de rosierEn fin d’automne, ramassez et brûlez toutes les feuilles mortes pour éviter que les spores des champignons responsables de maladies cryptogamiques ne survivent tout l’hiver dans le sol. Otez aussi le bois mort qui peut abriter des parasites. Réduisez la longueur des branches des rosiers buisson si elles offrent trop de prise au vent.

Butter en région froide

Dans les régions très froides, protégez le point de greffe en ramenant la terre autour du pied sur une hauteur de 20 cm. Vous pouvez utiliser, outre le compost et le fumier, des feuilles mortes ou de la paille lestées par de la terre. Débuttez au printemps pour que le point de greffe n’émette pas de gourmands.

La taille des rosiers : Une opération indispensable
Pour que vos rosiers soient bien vigoureux et florifères, vous devrez les tailler en fin d’hiver et jusqu’en mars. Plus ou moins sévère, la taille doit être adaptée au type de rosier : buisson, arbuste ou grimpant, remontant ou non remontant. Consultez notre fiche pratique sur la taille des rosiers.

Lutter contre maladies et parasites

Maladie des taches noires / marsonia

Maladie des taches noires (marsonia)

La maladie des taches noires (marsonia), la rouille ou l’oïdium font des dégâts considérables sur certaines variétés de rosiers. Sachez qu’il est difficile d’éradiquer une maladie fongique quand elle s’est déclarée. N’abusez pas des traitements chimiques qui sont néfastes pour l’environnement et les insectes auxiliaires. N’intervenez que si l’attaque est sévère. Préférez un traitement à base de soufre aux molécules de synthèse pour lutter contre l’oïdum. Pour prévenir l’apparition du marsonia, faites deux pulvérisations de bouillie bordelaise : en novembre à la chute des feuilles pour tuer les germes pathogènes, puis en mars après la taille pour aider à la cicatrisation  des coupes.

>> Lire aussi : Des rosiers jamais malades

En évitant les carences en minéraux (magnésium et potassium, notamment), on renforce la résistance des rosiers. On peut aussi stimuler leurs défenses naturelles grâce au purin de prêle  ou d’ortie utilisé en pulvérisation foliaire (lire : Purins d'ortie et de consoude : ça marche !). Ce dernier a en plus des vertus anti-chlorosantes. 
Pour vous débarrasser des colonies de pucerons, nombreuses au printemps, comptez sur l’action des insectes auxiliaires (coccinelles, chrysopes) et si l’infestation est importante, pensez au savon noir dilué dans l’eau. Accompagnez les rosiers de plantes comme la lavande, dont l’odeur aromatique a une action répulsive sur de nombreux ravageurs.

>> Lire aussi :

Crédit photos : X.G. (1,4) / Orfano Mondo (2, 3) / Rasbak (5)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Entretenir les rosiers

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les rosiers.

555 questions

Voir tout Poser une question