Conserver les récoltes du potager et du verger

Le 10 février 2017 par Isabelle C.

Avec septembre se termine la saison des légumes d'été et commence celle des fruits. Comment profiter au mieux de tout ce que fournissent le potager et le verger ? Voici quelques conseils et astuces pour conserver les récoltes à venir.

Conservations « naturelles »

Beaucoup de légumes et de fruits peuvent se conserver durant l’hiver sans conditionnement particulier, du moment que quelques règles simples sont respectées.

Sur place

Chou avec paillage au pied

Paillage au pied des choux

Carotte, chou pommé d’hiver, épinard, mâche, navet, panais, poireau... voici des légumes qui peuvent passer la mauvaise saison sur place, en pleine terre à la condition que vous les aidiez à supporter les gelées par la mise en place d’un paillis (profitez-en pour ramasser et utiliser les feuilles mortes) voire d’un voile de forçage. L’installation du paillage permettra également de faciliter l’arrachage des légumes lorsque le gel durcit le sol du potager.

Les légumes les plus hauts, comme les choux, les choux-fleurs ou les poireaux, davantage exposés aux vents, peuvent, en plus du paillis, être buttés.

Dans les régions les plus froides, il est préférable de creuser une jauge d’environ 30 cm à l’endroit le plus abrité du jardin, pour y placer scorsonères, fenouils, salsifis, salades et autres poireaux.

>> Lire aussi : Les légumes qui peuvent passer l'hiver en terre

Cave et grenier

Tresses d'ail et d'oignon - séchage

Tresses d'ail et d'oignon

Les légumes racines et les bulbes peuvent être conservés à l’abri de la lumière, dans un endroit frais et humide pour les premiers, sec et aéré pour les deuxièmes. Lors de l’arrachage, laissez-les ressuyer quelques jours au soleil puis nettoyez-les (sans les laver). Placez ensuite les légumes racines dans une caisse de sable à la cave et pendez les ails et oignons en bottes ou en tresses, au grenier (lire : Conservation de l'ail, de l'oignon et de l'échalote).
Pommes et poires peuvent également être conservées dans une cave, à la condition que celle-ci soit bien aérée (voir « La conservation des pommes et des poires »).
Quant aux courges d’hiver et potirons, ils se satisferont d’un endroit sec de la maison (voir : Récolte et conservation des courges).

En silo

Pour ceux qui n’ont pas de cave, il est possible de conserver les légumes racine dans un silo ; celui-ci n’est en fait qu’un trou creusé en terre, tapissé de briques, de sable, de paille et/ou de feuilles de noyer, dans lequel seront entreposés carottes, navets, panais… Le trou est fermé bien précautionneusement par un couvercle bien lourd.
Variantes : certains utilisent une vieille lessiveuse ou un tambour de machine à laver usagé qu’ils mettent en terre.

Conservation à froid

Framboises congelées

Framboises congelées

La fraicheur d’une cave ou d’un silo est parfois insuffisante pour la conservation de certains légumes ou de certains fruits qui doivent être réfrigérés. Bien lavés (sauf champignons, framboises et mûres) et séchés, vous pouvez les garder dans le bac à légumes du réfrigérateur (moins froid et plus humide que le reste du réfrigérateur) trois à cinq jours. Evitez de les couper en morceaux pour leur conserver le maximum de vitamines.
Pour une conservation plus longue, il faut avoir recours à la congélation. Ce moyen permet une bonne conservation de la saveur et des vitamines, à la condition que la congélation des fruits et légumes arrivés à maturités se fasse juste après la récolte, dans des sacs hermétiques.
Vous pouvez alors les conserver durant un an.

Séchage

Bien que le séchage soit une méthode de conservation des plus anciennes, il ne convient qu’à peu de légumes (perte des vitamines et des saveurs). Par contre, les fruits (tomates, pommes, abricots...), et les plantes aromatiques (thym, menthe, sauge…) s’en accommodent très bien (lire aussi : Récolter et conserver les aromatiques).

Tomates séchées au soleil

Tomates séchant au soleil

Le séchage idéal reste le séchage solaire. La récolte est étalée sur des claies en couches fines, dans un lieu sec, chaud et ventilé, la plupart du temps à l’ombre ou à l’abri des rayons du soleil. Si ce dernier se fait rare, un radiateur, un poêle, un four peuvent prendre le relai. Le recours à un déshumidificateur peut également être nécessaire en période de pluie ; une plante en cours de séchage est sensible et toute reprise d’humidité lui est préjudiciable.
Si le séchage des plantes aromatiques est aisé, celui des fruits peut-être plus délicat et plus long, compte tenu de la quantité d’eau qu’ils renferment.

Et pour ceux qui ont l’âme cuisinière, lancez-vous dans les vinaigres, conserves, légumes lactofermentés et autres confitures ; il existe une multitude de recettes permettant de profiter des trésors du potager et du verger, tout au long de l’année.

>> A lire aussi :

Crédit photos : X.G. (1) ; Itestro (2) ; Olivier Le Moal (3) ; Klearchos Kapoutsis (4)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Conserver les récoltes du potager et du verger

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le potager.

359 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Babache
05/10/2010, à Jussey 70

Répondre

Je conserve tout l'hiver sous un abri qui est contre ma maison,donc il y géle,mes pommes et pomme de terre dans des grades caisses de polyesthére que je rècupére dans une grande surface. ce sont des caisses à poisson,bien lavées et laissées à l'air plusieurs jours,elles ne sentent plus rien.Ne pas oublier de prendre le couvercle.