Puceron lanigère du pommier : comment lutter ?

Le 21 septembre 2017 par Isabelle C.

Le puceron lanigère est un petit insecte mais un grand fléau pour les arbres fruitiers, en particulier les pommiers ! Il n'est pas facile de s'en débarrasser : voici comment le reconnaître et lutter contre ce parasite

Présentation du puceron lanigère

Dans la grande famille des pucerons indésirables, le puceron lanigère fait partie des champions ! Il s'agit d'Eriosoma lanigerum. Recouvert d'un manteau blanc et cotonneux (en réalité de la cire filamenteuse qui recouvre son petit corps de moins de 2,5 mm de long, noir violacé), il ne passe pas inaperçu, d'autant plus qu'il aime la compagnie de ses semblables. Ce sont donc de véritables colonies laineuses qui se développent sur les rameaux des fruitiers, et particulièrement des pommiers.

Puceron lanigère sur pommier
Puceron lanigère sur pommierAgrandir l'image

La majorité des adultes est aptère (sans ailes), mais des individus ailés, moins cotonneux, apparaissent au cours de de l'été. La larve ressemble à la forme adulte, mais en plus petit.

Cycle de vie du puceron lanigère

Comme souvent, c'est au début du printemps (mars-avril) que les premiers pucerons lanigères adultes commencent à s'activer. Une température supérieure à 5 ou 7°C suffit à les faire sortir de leur hivernation. Les femelles, qui n'ont pas besoin d'être fécondées pour se reproduire, peuvent accoucher de plus de cent larves. Comme les adultes, ces larves se nourrissent de la sève de la plante hôte qu'elles ponctionnent sur les rameaux, en transperçant l'écorce à l'aide d'un long stylet.

Plusieurs générations de femelles se succèdent de mai (période ou les pucerons se couvrent de leur « laine ») jusqu'à la fin de l'été. Aussi, vers le mois de juillet, des individus ailés apparaissent et la colonie, devenue très importante, se disperse sur les pommiers des alentours.

Les dernières larves nées hivernent sous des lambeaux d'écorce ou dans les crevasses formées dans le tronc des plantes hôtes. Généralement il s'agit d'un pommier, plus occasionnellement d'un cognassier ou d'une aubépine.

Pucerons lanigères du pommier installés dans l'écorce
Pucerons lanigères du pommier installés dans l'écorceAgrandir l'image

Ne pas confondre

Le peuplier a aussi son puceron lanigère, qui se nomme Phloeomyzus passerinii. N'appartenant pas au même genre que Eriosoma lanigerum, le comportement et les symptômes sont différents.

Symptôme et dégâts du puceron lanigère

Le puceron lanigère du pommier, Eriosoma lanigerum, s'attaque aux troncs comme aux branches des arbres ; parfois, également à la partie supérieure des racines. Hormis le côté inesthétique de leur présence, les multiples piqûres infligées aux arbres, accompagnées d'injections de salive, provoquent l'apparition de nodosités et de chancres (avec déformation des pousses, éclatement des branches...) qui eux-mêmes peuvent être infectés par des champignons et des bactéries. Les arbres attaqués se trouvent affaiblis et dépérissent.

Nodosités causées par la salive du puceron lanigère
Nodosités causées par la salive du puceron lanigèreAgrandir l'image

Traitements préventifs et curatifs contre le puceron lanigère

Prévention

Pour ne pas subir les attaques de pucerons lanigères, on peut commencer par éviter de les attirer, d'une part en évitant les variétés les plus sensibles (Reine des reinettes, Calville blanc, Starking...) et en s'orientant vers des portes-greffes les plus résistants (MM106, MM111 et M116...), et d'autre part, en maîtrisant les apports d'azote dont les excès rendent la sève des plantes très appétente.

Ensuite, accueillez dans votre jardin le plus possible de prédateurs de pucerons : on pense bien sûr aux coccinelles, mais également aux chrysopes, aux forficules, aux syrphes...

Larve de coccinelle dévorant des pucerons lanigères
Larve de coccinelle dévorant des pucerons lanigèresAgrandir l'image

Traitements

En ce qui concerne les traitements de lutte directe, soyez tenace et régulier dans vos interventions :

  • Après la chute des feuilles, pulvérisez une huile blanche en veillant à bien mouiller l'écorce, afin d’asphyxier les parasites cachés dans les anfractuosités ;
  • Au réveil des pucerons (mars-avril), posez des bandes engluées sur les troncs des arbres ;
  • Vers la fin du printemps, pulvérisez sur les colonies de pucerons une solution de savon noir et d'alcool à brûler dilué dans de l'eau (10 cl ou 150g de savon noir pour 1,5 l d'alcool à brûler et 10 l d'eau*).

* Sources : « Pucerons mildiou, limaces... » de Jean-Paul Thorez, ed. Terre Vivante – Les conseils de  jardinage du château et jardins de Villandry.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Puceron lanigère du pommier : comment lutter ?

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les envahisseurs du jardin.

443 questions

Voir tout Poser une question