Lutter contre le pourridié (ou armillaire)

Le 6 mai 2017 par Céline Delhaye

Le pourridié ou armillaire est une maladie assez grave, essentiellement due à un champignon qui s’attaque aux racines des arbres généralement affaiblis. Lorsqu’on s’en rend compte, il est souvent trop tard car il n'existe pas de traitement. D’où la nécessité d’agir en prévention !

Qu’est-ce que le pourridié ou armillaire ?

Le pourridié, ou armillaire, est une maladie cryptogamique. Présent dans le sol, ce champignon se développe au contact du bois mort. Ce sont d’abord des filaments blancs microscopiques, appelés mycélium, qui se développent dans le sol pour former par la suite des filaments (des rhizomorphes) capables de s’enrouler autour des racines d’un arbre à proximité et de les faire pourrir (d’où le nom « pourridié »).

Petit à petit, c’est tout le système racinaire qui est touché, jusqu’à la base du tronc, le champignon s’insérant entre l’écorce et le bois, entraînant à terme la mort de l’arbre.

Mycélium d'armillaire ayant colonisé un tronc
Mycélium d'armillaire ayant colonisé un troncAgrandir l'image

Pourridié, armillaire : les signes

  • Une croissance ralentie : l’arbre ou l’arbuste n’a plus assez de force pour lutter contre la maladie et poursuivre sa croissance. Les feuilles flétrissent, jaunissent, les rameaux dépérissent, des branches meurent.
  • Présence du champignon sous l’écorce : si vous tentez de décoller l’écorce du tronc au niveau du collet, vous apercevrez un feutrage blanc sous l'écorce accompagné d’une odeur de champignon.
  • Sur les racines, des filaments : plus difficilement, on peut repérer sur les racines de l’arbre en surface les filaments (les rhizomorphes). On observe alors un phénomène de décomposition des racines.
  • Des bouquets de champignons : on distingue enfin à l’automne, et c’est un signe qui ne trompe pas mais il est souvent trop tard, une colonie de champignons (les armillaires) au pied des arbres atteints et sur le tronc. Ce sont principalement des champignons de 15 à 20cm de long, à lames, plats et de couleur miel (Armillaria mellea) ou un chapeau plus foncé et moins plat (Armillaria obscura, syn. Armillaria ostoyae). Ces champignons poursuivront leur propagation à l’aide des spores.
Rhizomorphes d'armillaire sur une grosse racine
Rhizomorphes d'armillaire sur une grosse racineAgrandir l'image

Les végétaux touchés par le pourridié ou l’armillaire

Fruitiers, arbres et arbustes d’ornement

Le pourridié ou l’armillaire est une maladie qui s’attaque aussi bien aux arbres fruitiers (pommiers, noyers, vigne, oliviers, mûriers,…) qu'aux arbres et arbustes d’ornement (lilas, cyprès, buis, rosiers, prunus d’ornement, troènes, rhododendrons, fusains, plantes grimpantes telles la glycine, bouleau, érable, marronnier, peuplier, chêne…), ainsi que certaines vivaces ligneuses.

Végétaux affaiblis

Les arbres et arbustes vulnérables sont plus à même d’être attaqués par ce champignon. Les autres végétaux en parfaite santé sont capables de lutter. Le champignon se contente alors de se nourrir des débris de bois morts.

Végétaux cultivés dans un sol humide et riche

Le pourridié se développera plus facilement dans un milieu humide et trop riche en matière organique.

Frêne colonisé par l'armillaire (Armillaria mellea)
Frêne colonisé par l'armillaire (Armillaria mellea)Agrandir l'image

Que faire en cas de pourridié ?

Eliminer les parties atteintes

Il n’existe aucun traitement réellement efficace contre cette maladie. La meilleure solution est encore de s’attaquer à la source et d’éliminer le bois atteint par ce champignon (y compris les racines).

Brûlez les parties atteintes

Si la taille de l’arbre le permet, arrachez et brûlez les arbres atteints, y compris le système racinaire. N’oubliez pas non plus de supprimer la souche (de manière mécanique de préférence) car c'est un foyer idéal pour ce champignon.

Enlevez la terre malade

Le champignon se propage très facilement dans le sol. Il est donc nécessaire d’enlever la terre atteinte sur une profondeur de 50 cm. Et laissez ainsi le trou à l’air libre pendant un an (les champignons n’aiment pas l’air et la lumière).

Evitez de replanter des arbres et arbustes à cet endroit. Installez des annuelles à la place pendant 4 ans.

Armillaire se développant sur une vieille souche
Armillaire se développant sur une vieille soucheAgrandir l'image

En prévention contre le pourridié ou l’armillaire

Nourrissez bien vos plantes

Un arbre ou arbuste bien nourri est la meilleure garantie pour lutter contre les maladies. Pensez chaque année aux engrais organiques (sans excès toutefois) ou au compost bien décomposé. Le champignon s’attaque en priorité aux végétaux affaiblis par la sécheresse ou les attaques d’insectes, et cultivés en sol pauvre.

Ne blessez pas vos arbres !

Enfin, dernier conseils, faites attention pendant les travaux au jardin de ne pas blesser les arbres ou leurs racines : les plaies sont des portes ouvertes aux champignons ; appliquez un cicatrisant (type goudron de Norvège).

Drainez le sol

Un drainage du sol est parfois nécessaire pour lutter contre une humidité excessive, facteur favorisant de la maladie.

Arbre atteint de pourridié
Arbre atteint de pourridiéAgrandir l'image

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Lutter contre le pourridié (ou armillaire)

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les maladies.

562 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Jpv1663
25/12/2015, à AngoulÊme

Répondre

Je n'ai jamais vu l'armillaire couleur de miel sur un arbre vivant mais toujours colonisateur de souches ou de troncs morts dont il accélère la décomposition. C'est un bon comestible, meilleur (à mon goût) sur les feuillus que sur les conifères. Il faut le cueillir jeune, quand le chapeau est encore fermé ou à peine ouvert (ce qui évite sa propagation par les spores) et délaisser la queue. Malgré ces restrictions, il vient en colonies si denses qu'on cueille vite une cuisine.