Poirier : bien le choisir

Le 27 juin 2014

Le poirier est un excellent arbre fruitier qui convient à tous les jardins, petit ou grand, et qu'on peut également cultiver sur un balcon. Mais les différentes variétés ont des exigences variables concernant le climat et la nature du sol. Comment faire le bon choix ?

Origines

Poiriers vendus en conteneur

Poiriers vendus en conteneurs

Venu d'Asie centrale, le poirier fait partie des arbres fruitiers cultivés en Europe depuis des temps immémoriaux. On dénombre de très nombreuses variétés, créées par greffage dès l'époque romaine.

Préférant généralement les climats moyens et tempérés, on en trouve dans toutes les régions françaises.

Votre climat

La meilleure garantie d'adaptation d'une variété à votre climat, c'est qu'un arbre soit présent dans le verger du voisin ! Trêve de plaisanterie, si vous rencontrez au gré des promenades une variété régulièrement présente dans votre région, ce sera le meilleur gage possible de sa bonne adaptation à vos conditions climatiques.

Quelques conditions typiques appréciées par des variétés répandues :

  • Alexandrine : préférence pour le Midi

  • Beurré Hardy : répandue en Ile de France

  • Conférence : zones humides et fraîches

  • Guyot : surtout cultivée dans le Sud-Est

  • Louise-Bonne d’Avranches : réussit dans toutes les régions

Emplacement

Offrez-lui une exposition bien dégagée, plutôt ensoleillée et à l'abri des vents du nord. L'idéal est une orientation sud/sud-est ou sud/sud-ouest.

En bord de mer, gare aux embruns marins : le poirier ne les supporte pas.

Nature du sol

Le poirier apprécie un sol argileux frais, fertile, profond et bien drainé.

Evitez les sols sableux : le poirier est moins tolérant que le pommier à la sècheresse.

Sa culture s'avère également difficile en sol trop acide ou trop calcaire. Dans ce dernier cas, il est impératif de choisir un porte-greffe adapté.

Porte-greffe

Greffe sur tronc de poirier

Greffe sur poirier

Les poiriers sont obligatoirement des arbres greffés, pour propager fidèlement chaque variété. Cette dernière est donc donnée par la greffe, mais il est important de connaître le porte-greffe, dont découlera la vigueur de l'arbre et son adaptation à votre terrain.

Poirier franc

Le "franc de poirier" (ainsi dénommé car issu de semis) est préférable pour les sols calcaires et secs, peu fertiles. De grande vigueur, il est bien adapté pour les arbres dits "de plein vent", autrement dit une forme fruitière ayant un développement important.

A noter : la mise à fruit est assez lente (compte 6 à 8 ans).

Cognassier

Le cognassier constitue un porte-greffe moins vigoureux, bien adapté aux sols non calcaires, même humides. Utilisé pour les formes plus compactes (palissées), sa mise à fruit est en revanche plus rapide (3 ou 4 ans en moyenne).

Le cognassier de Provence, largement utilisé aujourd'hui, résiste parfaitement à la sècheresse et s'avère tolérer les sols légèrement calcaires.

Pollinisation croisée

mentions de pollinisation sur l'étiquette de vente

Pollinisateurs mentionnés sur l'étiquette

La plupart des poiriers sont autostériles. Ce qui signifie que la fécondation nécessaire à la mise à fruit impose une pollinisation croisée. En résumé : il vous faudra généralement planter 2 arbres pour espérer récolter des poires !

Pour une fructification réussie, vous planterez à proximité deux variétés se pollinisant mutuellement, ce qui impose entre autres que les périodes de floraison concordent.

Reportez-vous à notre tableau de pollinisation entre poiriers, qui vous donnera tous les renseignements nécessaires.

Poirier autofertile ?

Vous lirez çà et là (généralement dans les catalogues des marchands...) que certaines variétés comme 'Conférence'  ou 'Williams' sont autofertiles.

Cela n'est que partiellement vrai. Certaines espèces présentes effectivement une aptitude à la parthénocarpie (développement de fruits sans fécondation). Cependant, ces poiriers fructifient bien mieux en présence de variétés pollinisatrices.

Quelle variété choisir ?

L'automne est la bonne saison pour arrêter votre choix. Plongez-vous dans les catalogues, visitez les foires aux plantes, consultez les associations collectionnant les variétés anciennes ou encore les conservatoires fruitiers de votre région. Cela vous permettra de dégoter des variétés originales, introuvables dans le commerce, mais bien souvent des plus goûteuses. Avec en outre la satisfaction de faire un geste pour la biodiversité.

Vous trouverez sur ce site une liste des variétés de poiriers les plus courantes.

Pensez aux plantes mellifères

En cultivant des plantes mellifères près des poiriers, vous attirerez les insectes butineurs comme les abeilles, ce qui améliore grandement la pollinisation.

Commentez cet article 3

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Poirier : bien le choisir

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le poirier.

32 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Ritou
16/04/2010, à Canohés 66680

Répondre

Depuis deux ans j\\\'ai un poirier qui ne donne pas de fruits? trois autres à côté donnent bien! le pré-cité ne fait que des feuilles???

Marc du jura
03/11/2008, à Lavigny

Répondre

A propos de poirier .comment ce fait-il que l'on ne trouve plus de nashi dans les magasins? merci

Stanou
02/11/2008, à Pinet

Répondre

Simplement une question , est ce que je peux planter une branche d'un poirier de ma voisine comme ca sans racine? et est ce que ca poussera merci ce votre réponse

Ceci peut aussi vous intéresser