Planter sous un conifère

Le 25 mars 2017 par Iris Makoto

Qu’il s’agisse d’un grand et majestueux conifère ou d’une simple haie de thuyas, il est rare de voir une végétation foisonnante s’épanouir à leurs pieds. Comment expliquer ce phénomène et surtout comment y remédier ? Suivez nos conseils pour que les pieds dénudés de vos arbres préférés se parent enfin de beauté.

Des conditions très particulières

Sol au pied d'un conifèreLes amateurs de conifères le savent bien : ces arbres pour la plupart magnifiques se dégarnissent à la base pour mieux pousser en hauteur, laissant une zone qui pourrait être propice à l’installation de superbes massifs.

Cependant, il est parfois ardu de voir croître des végétaux à leurs pieds, nous allons essayer de comprendre pourquoi...

Tout d’abord, il règne au pied des conifères une ombre quasi permanente : seules des plantes ayant de moindres besoins en luminosité pourront y pousser.

Les grands arbres offrent une couverture à la pluie et bien souvent en période estivale, leur pied est très sec. Ceci constitue un des problèmes majeurs à la réussite des plantations sous ce type d’arbre, l’arrosage devra être soutenu même en cas de pluie, car souvent la terre n’est mouillée que de façon superficielle et les plantes installées en dessous n’auront pas reçu assez d’eau pour survivre.

De plus, les conifères ont des racines qui puisent au plus profond les réserves du sol, mais certains d’entre eux comme les pins possèdent des racines plus superficielles qui épuisent le sol et le rendent donc moins fertile, les plantes très gourmandes auront donc trop de concurrence pour bien s’y développer.

Autre paramètre non négligeable : les aiguilles en tombant et en se décomposant induisent une acidité du sol dont il faut tenir compte lors de l’éventuelle installation de végétaux.

Forts de ces quelques constatations, nous allons étudier les moyens d’habiller tout de même les pieds de vos conifères.

Végétaliser malgré tout

Massif sous un conifèreEn suivant quelques règles simples, il est possible de créer de jolies scènes hautes en couleurs.
Nous avons vu que l’ombre règne en maître sous ces arbres : profitons-en pour y installer des plantes amatrices de clair-obscur, ou encore des plantes fragiles qui grilleraient au soleil. De nombreuses plantes d’ombre s’y plairont.
Autre avantage : les grands arbres protégeant du vent et du gel, encore une fois, les végétaux fragiles trouveront sous leurs frondaisons un abri propice à leur développement.

Le manque de pluie devra être pallié par un arrosage scrupuleusement effectué : si vous n’en avez pas le temps ou le courage, pensez à installer un système d’arrosage automatique avec programmation et le problème sera résolu !

En ce qui concerne la pauvreté de sol, il faudra, lors de la plantation de vos végétaux, ménager des poches de terreau, plus ou moins profondes selon le type de plantes afin de créer une zone propice à son bon enracinement. Vous pourrez ainsi préparer des mélanges sur mesure selon les besoins de chaque plante (terreau horticole, terre de bruyère, substrat drainé…)

Choix des végétaux

Rhododendron 'E.H. Wilson'

Rhododendron 'E.H. Wilson'

Les plantes de terre de bruyère se prêtent bien à la plantation sous les conifères, car elles apprécient une terre acide et l’ombre. Il vous suffira de créer des poches assez profondes en creusant la terre existante pour la remplacer par des sacs de terre de bruyère. Vous pourrez ainsi créer des massifs d’hortensias qui profiteront de l’abri des grands arbres pour croître paisiblement à l’abri des gelées dévastatrices de printemps sur leurs bourgeons naissants.
Les azalées, rhododendrons (lire : Azalée ou rhododendron ?) et autres camélias se plairont aussi dans ces conditions très particulières. Les bruyères aux doux coloris pourront encore agrémenter la scène.
Moins connu, le skimmia, associé à des fougères sera du plus bel effet. Il vous gratifiera dès l’hiver de ses baies rouges éclatantes pour le plus grand plaisir des oiseaux souvent installés bien à l’abri de leurs nids cachés dans les branches de haies de conifères.
Les piéris pourront aussi trouver leur place, auprès de ces plantes ; leur port compact permet de les intercaler dans les zones laissées libres par les autres végétaux où ils brilleront par le rougeoiement de leurs pousses juvéniles et par l’abondance de leur floraison en délicates clochettes.

Tapis de cyclamen de Naples

Tapis de cyclamens hederifolium

Sous de plus petits arbres ou encore sous les haies de thuyas ou de cyprès, des cyclamens apporteront une douce touche colorée. Les pervenches, très invasives, formeront des tapis de verdure étoilée de fleurs mauves, bleues ou blanches immaculées. Pour le même emploi, on pense peu au lierre : pourtant, vous avez le choix parmi toute une palette de coloris et de variétés aux feuillages découpés si caractéristiques qui pourront rapidement couvrir le sol dénudé autour de vos conifères (lire aussi : Lierres décoratifs).

Certains chèvrefeuilles réussissent très bien sous les arbres auxquels ils s’accrochent pour grimper ; dès leur floraison, ils vous enchanteront de la suavité de leur parfum dense, encore plus prononcé après une averse.

Fleur de pervenche sous un pin

Pervenche

En zone méditerranéenne, profitez de la couverture bienfaisante des conifères pour installer l’arbousier, amateur de terre acide ou même des palmiers à faible développement : ils seront ainsi protégés des grands froids et les aiguilles à leurs pieds constitueront un paillage idéal.
Si vous vous sentez l’âme aventurière pourquoi ne pas tenter l’implantation d’une fougère arborescente qui trouvera ici les conditions idéales à sa survie pour peu que vous lui apportiez l’humidité et l’arrosage dont elle a besoin en période chaude ?

Dès le printemps, pensez à sortir vos potées de plantes grasses sous les grands arbres, elles y seront à l’abri de la pluie et profiteront de la luminosité sans être brûlées par les rayons du soleil. Les epiphyllum ou encore les rhipsalis se plaisent en cette situation abritée qui recrée parfaitement leurs conditions de vie dans leur milieu naturel.

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses possibilités s’offrent à vous pour que le désert qui règne sous vos conifères se transforme bien vite en petit paradis végétal.

>> Lire aussi : Jardiner sous les arbres

Crédit photos : Tony Rodd / William Murphy / Cliff / Roni G / Carlfbagge

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Planter sous un conifère

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres.

461 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Veronaique
23/08/2014, à Vic le comte

Répondre

J ai un sapin foudroyé par la foudre qu'on a abattu que puis je mettre comme arbuste ou plante sachant qu il n'y a plus d'ombre

Madom
04/01/2011, à Versailles

Répondre

L'installation dans une bonne poche de terre d'une clématite armandii au pied d'un séquoia pendula avec à son pied un arrosage automatique et un apport d'humus régulier donne le plus bel effet pour une floraison précoce (mars). La clématite "s'envole" à plusieurs metres du sol grace à ce support orienté sud.