Plante forcée : pourquoi, comment ?

Le 18 octobre 2016 par Clémentine Desfemmes

Bulbe forcé, plante forcée... En quoi consiste cette méthode de culture qui permet d'obtenir des floraisons à contre-saison ? Quelles sont les plantes concernées par le forçage ? Quels inconvénients ? Voici de quoi y voir un peu plus clair...

C'est quoi au juste une plante forcée ?

Une plante forcée est une plante que l'on a contrainte à fleurir (ou plus généralement à se développer) à contre-saison. Pour forcer une plante à fleurir (puisque c'est le cas le plus courant), il faut lui faire croire, après une période de repos, que son époque de floraison naturelle est arrivée, en jouant sur la température et l'intensité lumineuse.

Le forçage des végétaux ne date pas d'hier (voilà des siècles que l'on cultive les jacinthes "sur carafe"), mais ce sont les techniques modernes, notamment le chauffage et l'éclairage électrique des serres, qui ont permis son développement à grande échelle à des fins de commercialisation : voilà pourquoi les plantes forcées sont très courantes, même si ce n'est jamais indiqué sur l'étiquette !

Jacinthes en pot
Jacinthes en potAgrandir l'image

Il y a dans cette notion de forçage quelque chose de très répandu chez l'être humain : l'envie (ou le besoin ?) de dominer la nature et de la soumettre à sa volonté (d'aucuns diront : à ses caprices). Intéressant débat philosophique !

Forçage : avantages et inconvénients

Avantages

L'avantage le plus évident du forçage est bien sûr de pouvoir profiter d'une floraison (bulbes, arbustes...) ou d'une récolte (légumes) anticipées, ou retardées. Dans le cas des bulbes, le forçage permet aussi de profiter de jolies potées même lorsque l'on ne dispose ni d'un jardin, ni d'un balcon, et que toute culture en extérieur est impossible. Et puis, cette méthode sera appréciée des "oublieux" qui auront laissé passer la période idéale de plantation des bulbes en extérieur !

>> Lire : Plantation des bulbes

Cyclamens produits sous serre
Cyclamens produits sous serreAgrandir l'image

Inconvénients

On le répète souvent : les bulbes forcés ne refleuriront pas, à moins de se montrer très patient et de les replanter au jardin. En effet, le forçage est un procédé qui épuise les bulbes : ils utilisent toutes leurs réserves pour fleurir et ne parviennent pas à les reconstituer pour fleurir correctement l'année suivante, et ceci même si l'on continue à les soigner une fois les fleurs fanées : substrat inexistant ou trop pauvre, enracinage insuffisant, défaut d'éclairage... Généralement, si les bulbes restent dans leur pot jusqu'à ce que le feuillage sèche, l'année suivante, on aura une floraison insignifiante, voire pas de floraison du tout ! Le meilleur sort que vous puissiez offrir à ces bulbes martyrisés est encore de les planter en pleine terre et de leur laisser deux ou trois ans pour se refaire une santé !

Seule l'amaryllis supporte bien le forçage et peut fleurir durant de nombreuses années, pour peu que son pot soit assez grand et qu'on lui apporte de l'engrais (pour "engraisser" le bulbe) jusqu'en septembre.

Amaryllis - Jardinerie
Amaryllis - JardinerieAgrandir l'image



En outre, les plantes forcées sont plus fragiles que les autres : elles sont souvent plus sensibles aux maladies et aux parasites et, habituées aux températures douces d'une serre, elles apprécient peu d'être placées en extérieur après l'achat.

Enfin, la floraison est souvent moins durable que celle d'une plante ayant fleuri naturellement. Leur reprise est également plus délicate... un sacré défaut pour les plantes destinées à être replantées au jardin !

Forçage des bulbes

Les bulbes, notamment ceux à floraison de printemps, sont sans doute les plus soumis au forçage. Jacinthe bien entendu, mais aussi tulipe, narcisse, muscaris, crocus : autant de fleurs printanières que l'on trouve régulièrement épanouies en plein hiver, et même, pour les jacinthes, dans les potées décoratives vendues au moment des fêtes de fin d'année. Mais faire fleurir une jacinthe au mois de novembre ne s'improvise pas : cela demande plusieurs semaines, voire plusieurs mois d'anticipation.

Bulbes de jacinthes sur vases de forçage
Bulbes de jacinthes sur vases de forçageAgrandir l'image

Le principe du forçage de ces bulbes de printemps est assez simple et facile à réaliser chez soi. Le procédé est sensiblement le même d'une espèce à l'autre, avec des variantes concernant la durée de chaque étape ou la température requise. Dès le début de l'automne, voire la fin de l'été, les bulbes sont exposés à une période de froid et d'obscurité (mimant l'hiver), puis on les place à une température plus importante (pour simuler l'arrivée du printemps) et on les expose enfin à la lumière : la floraison est ainsi déclenchée artificiellement.

Pour les bulbes à floraison estivale ou automnale (le cyclamen, vendu en fleurs presque tout au long de l'année, est très souvent forcé), le principe est comparable, avec cependant une différence au niveau du moment de l'année où l'on démarre le forçage.

A noter que forçage ne signifie pas obligatoirement culture hors sol, ce mode de culture étant d'ailleurs réservé aux jacinthes : vase rempli d'eau, gravier, billes d'argile... Un bulbe forcé peut très bien être installé dans du terreau (généralement pas beaucoup !), c'est d'ailleurs le cas la plupart du temps.

Potées de bulbes de jacinthes en janvier
Potées de bulbes de jacinthes en janvierAgrandir l'image

L'amaryllis, éternelle forcée
L'amaryllis est une plante qui ne se cultive que forcée, sous nos climats. Elle fleurit naturellement au printemps, mais c'est quasiment toujours durant l'hiver qu'elle est proposée chez les fleuristes et en jardinerie.

>> Lire : Des fleurs pour Noël

Arbustes à fleurs : peuvent-ils être forcés ?

Le forçage n'est pas l'apanage des bulbes : en fait, de nombreuses plantes cultivées en pot peuvent être forcées. Les arbustes à fleurs (forsythia, hortensia, lilas, viorne, weigelia, tamaris, seringat, cytise, bruyères, rhododendron et azalée...) ne font donc pas exception : on peut ainsi trouver des sujets fleuris très tôt en saison, soit dans le commerce, soit en décoration florale (salons, événements...).

Azalées sous serre
Azalées sous serreAgrandir l'image

En ce qui concerne ceux à floraison de printemps, dès le mois d'août, ils sont placés à l'obscurité dès le milieu de l'après-midi, pour raccourcir artificiellement la durée du jour et accélérer l'aoûtage des bourgeons. L'arbuste entre alors en repos précocément. Après une période de dormance au froid (temps minimal de repos "hivernal", propre à chaque espèce), l'arbuste est prêt à redémarrer un nouveau cycle végétatif : ainsi, dès le mois de novembre par exemple, on peut commencer à lui faire croire à l'arrivée des beaux jours en jouant sur l'éclairement (accroissement de la longueur des jours) et la température. L'arbuste fleurit alors en plein hiver...

Le procédé peut aussi s'appliquer aux espèces dont le feuillage est décoratif en automne (aronia, amélanchier...). Pour les besoins d'un décor végétal, on peut simuler, par exemple en été, l'arrivée de l'automne : raccourcissement artificiel de la durée des jours et températures plus fraîches provoquent une coloration précoce du feuillage.

Le forçage des arbustes est cependant plus long et compliqué que celui des bulbes, et il demande une bonne connaissance des besoins de l'espèce à forcer (les horticulteurs parlent notamment de "degrés-jours" nécessaires pour déclencher la floraison de telle ou telle espèce). Difficile à réaliser soi-même, mais rien ne vous empêche de tenter l'aventure si le coeur vous en dit !

Bouqquet de mimosa en octobre
Bouqquet de mimosa en octobreAgrandir l'image

>> Lire : Pourquoi les feuilles se colorent en automne

Forçage de certains légumes au potager

Les légumes aussi peuvent être forcés ! L'endive, présente à longueur d'année sur les étals, est la candidate numéro 1.

Forçage d'endives
Forçage d'endivesAgrandir l'image

Les légumes primeurs à cycle végétatif court comme la carotte, le radis ou les salades peuvent également recevoir un petit coup de pouce de la part du maraîcher (ou du jardinier) pour arriver à maturité très tôt en saison. Ce forçage "léger" peut être réalisé au jardin moyennant un équipement simple permettant au sol d'être réchauffé légèrement et/ou de protéger les jeunes plants des gelées nocturnes : voile ou tunnel de forçage, culture sous châssis ou sous cloche, semis en mini-serre avant repiquage en pleine terre, paillage de couleur sombre (pour emmagasiner la chaleur diurne), surélévation des planches du potager (type culture sur ados) pour gagner 3 ou 4 degrés en surface du sol... Certes, vous ne récolterez pas des fraises à Noël avec ces méthodes, mais au moins serez-vous les premiers à croquer dans les radis du jardin ou à récolter de petites carottes !

Mini-tunnel pour semis
Mini-tunnel pour semisAgrandir l'image

>> A lire :

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Plante forcée : pourquoi, comment ?

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les bulbes.

112 questions

Voir tout Poser une question