Planter à la bonne profondeur

Le 1er octobre 2015 par Isabelle C.

De nombreux échecs, au jardin comme au potager, s'expliquent par une profondeur de plantation inadéquate ; or, ce critère conditionne la bonne reprise du végétal. Alors, faut-il enterrer le collet, laisser affleurer la motte ou placer le point de greffe à 10 cm de la surface du sol ? Voici un guide pour vous permettre de planter à la bonne profondeur !

  • Point de greffe
  • Rosier avec greffe exposée au froid
  • Rosier paillé pour l'hiver
  • Tomate greffée
0 1 2 3

Le collet ou le point de greffe

Il existe deux parties, sur un végétal, qu'il est important d'identifier avant la plantation ; elles serviront de repère pour estimer la bonne profondeur.

  • Le collet : il correspond au point de jonction entre les racines et la tige ou le tronc. Il peut se matérialiser par une texture ou une couleur différente. Sur un végétal à racines nues, on peut, parfois, distinguer la marque du niveau du sol dans lequel il était planté, en pépinière ; le collet se situe juste au-dessus.
  • Le point de greffe : sur un sujet greffé, le point de greffe est la jonction entre le porte-greffe et le greffon. Il s'identifie très facilement, car il forme un bourrelet plus ou moins grand, situé à la base du tronc ou de la tige. Les arbres et arbustes (notamment fruitiers) peuvent être greffés, mais également certains légumes, comme les aubergines, concombres, melons, poivrons, tomates...

Une règle générale

Il existe une règle générale, en jardinage, qui dit que pour réussir une plantation, il ne faut ni enterrer le collet, ou le point de greffe, ni le placer trop en hauteur. La bonne distance étant au ras du sol (il est parfois mentionné, à 5 ou 7 cm du sol).

Sous terre

Le collet est une partie fragile de la plante. S'il est enterré, il peut arriver que celui-ci pourrisse ; les échanges entre la partie souterraine et les parties aériennes ne se font plus ; la mort de la plante est alors inévitable.
Le point de greffe délimite le rôle de chaque partie du végétal greffé. En dessous se trouve le porte-greffe, qui, par ses racines, apporte toute la vigueur et la rusticité nécessaires au développement de la plante. Au-dessus, se trouve le greffon, qui fournit la partie valorisée du végétal (à consommer ou à contempler). Si le point de greffe est enterré, le greffon peut émettre des racines et s’affranchir, par la suite, de son porte-greffe. Le sujet greffé risque alors de végéter, voire de mourir si le système racinaire de la variété greffée est fragile.

Trop aérien

Il n'y a que peu de chance, lors de la plantation, pour qu'une plante se trouve avec le collet situé trop haut par rapport au niveau du sol. De fait, son ancrage dans le sol serait bien trop précaire.
Par contre, la marge de manœuvre est plus importante avec un sujet greffé.
Le préjudice reste, cependant, moins grave avec un point de greffe trop haut qu'avec un point de greffe enterré. Le premier désagrément constaté est esthétique. Plus le bourrelet est placé haut, plus il est visible et disgracieux.
Le deuxième désagrément que peut engendrer cette situation est plus embêtant. Le point de greffe est une zone fragile et frileuse qui peut casser ou geler. Dans les régions à hiver froid, il est parfois conseillé de le protéger en buttant (lire : Butter les légumes) certains arbustes, notamment les rosiers, jusqu'au-dessus du point de greffe. Cela ne pose pas de problèmes particuliers, à la condition d'enlever cette protection de terre dès l'arrivée du printemps, pour éviter tout risque d'affranchissement.

Astuce

Pour planter à la bonne profondeur, improvisez un niveau en posant une planche, à plat, en travers du trou de plantation, avant de le remplir de terre. Le collet ou le point de greffe devra se situer juste en dessus.

À savoir
Les petites racines (radicelles) d'une plante se développent dans un milieu en aérobie. Trop enterrées, elles peuvent s'asphyxier en l’absence d'oxygène ; la plante, alors, ne se développe pas.

Plantes en motte ou conteneur

La question qui se pose, lorsqu'on achète un plant ou un arbuste en motte ou en pot, est de savoir si l'on doit enterrer ou non la motte. Toujours dans un souci de conserver le collet et le point de greffe hors de terre, la motte ne doit pas être ensevelie. Il est, cependant, recommandé d'en recouvrir la surface de 3 à 4 cm d'épaisseur de terre, afin d'éviter le dessèchement des racines (réaction physique appelée « effet de mèche »).

Des cas particuliers

Au potager, certains légumes échappent à la règle générale.

Collets flottants

Les plants de légumes fragiles, sensibles au pourrissement du collet, doivent être plantés « collet flottant », c'est-à-dire que le collet « flotte » au-dessus du sol. Cela concerne, notamment, les laitues, les chicorées et les fraisiers, mais aussi les artichauts et les betteraves.
Il en va de même pour les plants de légumes greffés, comme les tomates, pour lesquels il convient de maintenir le point de greffe suffisamment éloigné de la surface du sol, afin d'éviter les contaminations par les bactéries présentes dans la terre.

Collets enterrés

D'autres légumes, au contraire, ont besoin d'être profondément enterrés, collet compris, afin de permettre un bon développement des racines et un bon encrage au sol. Cela concerne certains légumes racines, dont on consomme la partie souterraine, et certains légumes au fort développement aérien : choux, aubergines, poivrons, tomates, fenouils bulbeux…

>> Lire aussi : Bulbes : profondeur de plantation

Crédit photos : X.G. / Gerbeaud.com (1) ; Colorado State University / colostate.edu (2) ; Colorado State University / colostate.edu (3) ; X.G. / Gerbeaud.com (4)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Planter à la bonne profondeur

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les plantations.

159 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Sylviat
05/06/2015, à

Répondre

Bonjour Si le collet a été planté trop pfofond, peut on y remedier en grattant / enlevant la terre autour ? Merci