Physalis, alkékenge, amour en cage

Le 25 octobre 2016 par Clémentine Desfemmes

L’alkékenge, ou amour en cage, est une plante ornementale à la fructification particulièrement originale. Dès la fin de l’été, il se couvre de petites lanternes orange très décoratives qui permettent de réaliser de jolis bouquets secs. Une vivace à l’allure champêtre qui est très facile à cultiver.

L'alkékenge : des fruits en forme de lampions colorés

Appartenant au genre physalis, l’alkékenge (Physalis alkekengi), également appelé amour en cage, coqueret ou lanterne japonaise, est une plante vivace herbacée de la famille des Solanacées. Elle forme une touffe érigée de 60 à 80 cm de haut qui s’étale assez rapidement grâce à ses racines traçantes. Ses tiges assez raides portent de grandes feuilles ovales nervurées et velues de couleur vert clair. Les fleurs, qui comme celles des autres solanacées ont une corolle à cinq lobes, sont blanc crème et s’épanouissent en mai.

Physalis alkekengi - Fruits secs
Physalis alkekengi - Fruits secsAgrandir l'image

En fin de floraison, le calice se referme et finit par emprisonner complètement le fruit. Ce calice, qui ressemble à une petite lanterne, arbore des couleurs vives allant du rouge à l’orange. Lorsque le fruit est mûr, le calice devient très fin et à travers la fine dentelle de sa structure on aperçoit le fruit, une baie charnue rouge ou orange vif. Le physalis est ainsi très décoratif, notamment dans les bouquets secs. Quoique comestibles, ces fruits restent très acidulés même mûrs. Pour un usage alimentaire, il vaut mieux leur préférer le coqueret du Pérou (Physalis peruviana) à la saveur douce et sucrée.

Mode de culture de l'alkékenge

Sol

L’alkékenge apprécie les terres fraîches et riches en matière organique mais il s’accommode parfaitement des sols calcaires, secs ou pierreux.

Exposition

Privilégiez les expositions chaudes et ensoleillées pour obtenir une fructification abondante.

Semis et plantation de l'amour en cage

Semez les graines en mars au chaud (18°C). La germination, assez lente, peut demander de 2 à 3 semaines. Repiquez les jeunes plants en godets et mettez en place à la mi-mai à 50cm d’écartement. Arrosez régulièrement pour que les plants se développent correctement.

Vous pouvez aussi multiplier l’alkékenge en divisant les souches en mars-avril. Prélevez des éclats enracinés sur le pourtour souche et replantez-les dans un sol ameubli.

Physalis alkekengi - Lanterne japonaise
Physalis alkekengi - Lanterne japonaiseAgrandir l'image

Entretien de l'alkékenge

Une fois installé, l’alkékenge demande peu d’entretien. Les arrosages ne sont nécessaires que la première année et il est inutile de fertiliser. Parfois envahissant, il déborde parfois de l’espace qui lui est dévolu. Limitez son encombrement en arrachant les rejets qui sont gênants. En novembre, taillez les tiges sèches au niveau de la souche.

Rusticité et résistance

Dans la plupart des régions, l’alkékenge est rustique sans protection. En région froide, paillez les pieds : recouvrez les souches de feuilles mortes ou de paille.

Physalis alkekengi en fin d'automne
Physalis alkekengi en fin d'automneAgrandir l'image

Principales variétés de Physalis alkekengi

  • P. alkekengi ‘Franchetii’, variété plus haute que l'espèce type, fruits plus pointus
  • P. alkekengi ‘Gigantea’, 1m de haut, fruits assez gros
  • P. alkekengi ‘Zwerg’, forme naine ne dépassant pas 30cm de haut

>> A lire aussi :

Physalis alkekengi - Alkékenge
Physalis alkekengi - AlkékengeAgrandir l'image

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Physalis, alkékenge, amour en cage

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les vivaces.

235 questions

Voir tout Poser une question