Palmiers en pot : choix et conseils de culture

Le 13 février 2017 par Iris Makoto

Les palmiers évoquent l'exotisme et les forêts tropicales. Pour recréer cette ambiance au balcon, aux abords d'une piscine ou dans votre intérieur, pensez à la culture en pot !

La culture des palmiers en pot

Les palmiers sont des plantes poussant en pleine nature sous des conditions bien spécifiques qu'il va falloir tenter de recréer. Certaines espèces à faible développement et tolérant une luminosité moyenne pourront être cultivées en pot à l'intérieur. D'autres de taille plus imposante et de meilleure rusticité se prêteront à une culture en pot en extérieur. Cependant certains paramètres seront communs aux deux types de cultures.

Phoenix roebelenii et autres palmiers en pot
Phoenix roebelenii et autres palmiers en potAgrandir l'image

Quel pot pour mon palmier ?

Le choix du contenant est primordial dans ce type de culture car la plupart des palmiers ont besoin de place pour y installer leurs racines. Ces plantes ne tolèrent pas une humidité excessive au niveau des racines, c'est pourquoi les bacs à réserve d'eau devront être évités ainsi que les pots ne présentant pas de trous en leur fond.

Le substrat

Les palmiers se plaisent dans un substrat très bien drainé. Ménagez toujours au fond du pot un épais lit de drainage : billes d'argile ou graviers (environ 20% du volume du pot), afin de favoriser l'écoulement des eaux d'arrosage.

Les palmiers cultivés en pot auront aussi besoin d'un substrat riche pour y puiser tous les éléments nécessaires à leur survie. Un bon terreau du commerce additionné à un peu de compost et à quelques poignées de corne broyée fera parfaitement l'affaire si vous y rajoutez 1/3 de sable de rivière de granulométrie moyenne, toujours à des fins de drainage.

Chrysalidocarpus lutescens (Areca)
Chrysalidocarpus lutescens (Areca)Agrandir l'image

La luminosité

La majorité des palmiers a besoin d'une lumière très vive pour pouvoir croître harmonieusement. Placez les sujets cultivés en intérieur de préférence au plus près d'une fenêtre bien exposée mais évitez le plein soleil du midi qui risquerait de brûler les feuilles.

En extérieur, la majorité des palmiers aura besoin de plusieurs heures d'ensoleillement par jour.

L'hygrométrie

Le manque d'humidité dans l'air est une des erreurs fréquentes commise lors de la culture des palmiers surtout en intérieur où l'air peu être rendu très sec par le chauffage. La plupart des espèces étant originaires des zones tropicales du globe, elles nécessitent un taux d'humidité dans l'air très important. Si tel n'est pas le cas, le bout des palmes à tendance à noircir ou à se racornir et les araignées rouges prennent souvent possession des lieux. Pour éviter ces déconvenues effectuez journalièrement des brumisations sur le feuillage et placez votre palmier sur une large coupelle remplie de billes d'argile humides.

En extérieur l'humidité de l'air est généralement suffisante à combler les besoins des palmiers cependant, par temps chaud et sec, n'hésitez pas à brumiser un peu le feuillage.

Jeune palmier en pot - Chamaedorea elegans
Jeune palmier en pot - Chamaedorea elegansAgrandir l'image

Les arrosages et l'engrais pour les palmiers

Comme toutes les plantes en pot, les palmiers vivent dans un environnement restreint et sont dépendants de nos soins afin de palier une évaporation plus importante et un manque de nutriments. Il faudra donc leur prodiguer des arrosages réguliers, surtout en période de croissance, sans jamais laisser d'eau stagnante dans les coupelles pour éviter le risque d'asphyxie des racines ou d'apparition de maladies cryptogamiques. Un ajout d'engrais pour plantes vertes deux fois par mois sera le bienvenu durant toute la belle saison. En hiver, arrosez parcimonieusement en laissant le substrat sécher en surface entre deux arrosages et stoppez les apports d'engrais.

>> Lire : Savoir nourrir les plantes en pot

Des vacances pour les palmiers d'intérieur en pot

Les palmiers cultivés en pot à l'intérieur pourront prendre leurs quartiers d'été au jardin dès que le risque de gel ne sera plus à craindre et que les températures diurnes et nocturnes seront clémentes. Les espèces requérant le plein soleil ne devront pas y être exposées d'un coup, il sera toujours préférable de les y habituer progressivement en les plaçant tout d'abord à l'ombre d'un grand arbre par exemple. Il faudra alors penser à les arroser souvent pour palier le manque d'eau induit par le vent estival souvent desséchant.

>> Lire : Plantes d'intérieur : mettez-les dehors

Palmier en bac au bord d'une piscine
Palmier en bac au bord d'une piscineAgrandir l'image

Les meilleurs palmiers pour l'intérieur

Toutes les espèces de palmiers ne peuvent pas se satisfaire d'une culture en pot et en intérieur. Pour vous aider à choisir votre palmier, voici une petite sélection qui vous permettra d'éviter les déconvenues :

  • Chamaedorea elegans : il est l'un des palmiers les plus vendus en jardineries car il est bien résistant et conserve une petite taille idéale en intérieur, il mettra d'ailleurs plusieurs années pour atteindre 90 cm de hauteur. D'un beau vert franc, les bouquets de feuilles découpées sont très ornementaux.
  • Licuala grandis : ce palmier possède un beau stipe érigé surmonté de palmes brillantes en forme de grands éventails arrondis. Il constitue un sujet ornemental de choix et apportera une note exotique à tous les intérieurs.
  • Areca lutescens : idéal pour donner de la verticalité au décor, ce palmier touffu est composé de stipes très fins surmontés de feuilles découpées et élancées d'un beau vert foncé. En intérieur il ne dépassera pas 1,5 mètres de hauteur. Il tolère quelques écarts de température mais devra être exposé à une vive luminosité.
  • Phoenix roebelenii : ce palmier a un port trapu dans ses jeunes années. Les frondes vert grisâtre dépassent rarement 1 m de hauteur mais il possède une belle couronne étalée.
  • Rhapis excelsa : ce palmier se développe lentement, ce qui en fait un excellent sujet d'intérieur. Le feuillage ornemental, vert foncé et émoussé à sa pointe, lui confère une certaine originalité. Il tolère des températures assez basses pour un palmier et pourra être conservé dans un appartement lumineux mais peu chauffé.
  • Kentia (Howea) : les longues palmes vert foncé portées par de délicats stipes font de ce palmier un sujet élégant. Particulièrement facile à cultiver il se plaira dans la majorité des intérieurs.
Noix de coco germée (Cocos nucifera)
Noix de coco germée (Cocos nucifera)Agrandir l'image

Bon à savoir : on trouve souvent des cocotiers (Cocos nucifera) en vente dans les grandes surfaces. Très graphique, le feuillage élancé surgissant de sa ronde noix de coco est des plus séduisant de prime abord, cependant ne vous attendez pas à pouvoir le conserver très longtemps à moins de posséder une serre tropicale.

Un palmier en pot dans mon jardin

Qu'il s'agisse de garnir un balcon, un coin de terrasse ou les abords d'une piscine, il est nécessaire de choisir des espèces rustiques capables de supporter la mauvaise saison en extérieur à moins de posséder un local frais, lumineux et hors gel où les hiverner.

Parmi les palmiers qui résistent le mieux au froid, citons le Trachycarpus fortunei, le Chamaerops humilis, le Rhapidophyllum hystrix ou le Washingtonia filifera qui peuvent être maintenus sur une terrasse ou un balcon tout au long de l'année moyennant une protection hivernale dans les régions les plus froides.
Beaucoup d'autres espèces plus frileuses devront être rentrées au chaud en hiver...

Jeunes palmiers en pot - Washingtonia filifera
Jeunes palmiers en pot - Washingtonia filiferaAgrandir l'image

>> Voir le diaporama : Jardins de pots

>> Lire aussi : Sélection de rosiers pour une culture en pot

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 2

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Palmiers en pot : choix et conseils de culture

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbustes.

244 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Amicadire
24/02/2015, à Albert 80300

Répondre

Phoenix roebelenii est très mal en point. ses feuilles se dessèchent et se tournent,. je le brumise pourtant souvent mais il est de plus en plus mal. Je l'ai changé de place plusieurs fois. il est maintenant dans ma salle de bain près de la fenetre mais pas exposé en plein soleil et j'ai changé la terre en novembre mais rien n'y fait. Que puis je faire ? Dois je couper les tiges desséchées ?

Faintrenie
13/06/2014, à Le castellet

Répondre

Je suis surprise que vous ne parliez pas du tout du charançon du palmier . J'ai deux palmiers en pot sur une terrasse et entre les deux j'ai un piège duquel je retire chaque semaine plus de 10 insectes . Dans toute la région (Var) on peut voir des palmiers n'ayant plus que le tronc .