Multiplier les plantes à moindre coût

Le 5 juillet 2017 par Stéphane

Il n'est pas nécessaire de dépenser beaucoup pour obtenir un jardin bien fourni ou très fleuri dès les beaux jours. Des techniques très simples de multiplication demandant un investissement minimal et juste un peu temps vous permettront de réaliser de substantielles économies et vous prendrez plaisir à faire naître vos plantes.

Faire ses semis

Bisannuelles

MyosotisAu printemps, ces fleurs permettent de composer de grandes taches fleuries mais si vous devez acheter les plantes en godets, le coût peut être important. Préférez le semis. Il est très facile à réussir et un sachet de graines à moins de trois euros permet d’obtenir plus d’une centaine de plants de qualité. Pâquerettes, myosotis, monnaie du pape, campanules medium, giroflées d'été, giroflée ravenelle et œillets de poète se sèment en fin de printemps ou en été (fin juin à août) et fleurissent l’année suivante.
Le semis en caissette (type caisse à poisson) donne d’excellents résultats. Placez à la mi-ombre et arrosez. La levée se fait en 10 à 20 jours. Vous pouvez vous dispenser du repiquage, il n’est vraiment recommandé que pour les pensées.

>> Lire aussi : Plantation des bisannuelles

Vivaces

On plante fréquemment des vivaces élevées en godet ou on divise les souches. Le semis donne pourtant des plantes très vigoureuses. Il est aussi très économique.
De mai à septembre, semez en pépinière ou sous châssis les plantes de rocaille (alysse, aubriète, oeillets mignardise), les gaillardes, les delphiniums, les campanules à feuilles de pêcher, les coquelourdes, les achillées, les roses trémières ou les digitales.
Les plus fines (ancolies, alchémilles et géraniums vivaces) seront semées en caissettes. Repiquez au bout de six semaines lorsque les plants ont plusieurs feuilles et mettez en place à l’automne ou au printemps.
Pavots d’Orient et lupins ne supportent pas le repiquage et doivent être semés en place. Les plantes alpines (aconit, hellébore, dicentra) ont besoin d’une période de froid pour germer, les plantules  n’apparaîtront qu’au printemps.

Récupérer graines, noyaux et semis spontanés

GrainesPendant la saison des fruits, récupérez les noyaux de pêche, d’abricot et de prune que vous stratifierez en automne et sèmerez au printemps (lire : Réveillez vos graines et noyaux). Ces sujets francs seront utilisés comme porte-greffes.
Tout l’été, récoltez des graines mûres et sèches de fleurs ou de légumes (à l’exclusion des hybrides F1 : seules les variétés dites fixées permettent des semis fidèles) : soucis, zinnias, cosmos, reines-marguerites, œillets et roses d’Inde mais aussi tomates et laitues dont vous laisserez quelques pieds monter à graines. Enfin, arrachez délicatement les jeunes plants de gauras, de verveines de Buenos-Aires et d’achillée eupatoire et repiquez en godet avant la mise en place en automne.

>> Lire aussi : Récupérer les semis spontanés du jardin

Diviser

Rhizomes d'iris

Les rhizomes d'iris se plantent à fleur de terre

Vous pourrez diviser vos iris pendant leur période de repos végétatif, c’est-à-dire de juillet à la fin août. Ne gardez que les plus beaux rhizomes, réduisez le feuillage et plantez à fleur de terre (lire : Plantation et division des iris).
Certaines vivaces de printemps qui sont entrées en dormance dès le début de l’été, telles que cœur de Marie ou pavot d’Orient, peuvent aussi être divisées si le temps n’est pas trop sec. Replantez les éclats du pourtour et arrosez régulièrement jusqu’à la reprise. Vous pouvez enfin diviser vos touffes de narcisses ou de crocus dès que le feuillage aura jauni.

>> Lire aussi :

Marcotter

Marcottage couchéAvec le marcottage, le succès est toujours au rendez-vous. Ameublissez le sol autour de l’arbuste à marcotter puis choisissez une tige longue et souple située à la base. Couchez-la doucement sur le sol, ôtez les feuilles sur la partie à enterrer. Faites une légère incision des tissus, ce qui provoque l’émission de racines. Maintenez la branche par un crochet et recouvrez de terre. L’enracinement demande de 6 mois à 1 an, période durant laquelle la marcotte est alimentée par le pied mère. Au bout de ce temps, la marcotte peut être séparée de la plante mère, dont elle conserve toutes les caractéristiques.
Sont concernés par ce type de multiplication la plupart des arbustes à fleurs de printemps (forsythias, chaenomeles, viornes), les rosiers grimpants, les azalées et rhododendrons ainsi que les plantes grimpantes (chèvrefeuilles, clématites et glycines).

>> Lire aussi :

Crédit photos : kh1234567890 / nipplerings72 / Chiot's Run / Pearson Scott Foresman

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Multiplier les plantes à moindre coût

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les plantations.

161 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Khames
20/08/2016, à Djelfa

Répondre

Merci pour tous ces orientations ,vous tjrs une référence pour le secteur agricoles,encore grand merci,et bonne continuation;ert la même occasion est ce que vous avez une idée sur le mode multiplication du pistachier .