Généraliser le micro-arrosage

Le 22 avril 2016 par Xavier Gerbeaud

La sécheresse ayant ces dernières années tendance à s'imposer pendant l'été, l'arrosage devient une préoccupation sérieuse pour tous les jardiniers, qui ont soit des soucis économiques (l'eau est chère), soit écologique (ne pas gaspiller une ressource précieuse). Le micro-arrosage constitue une réponse intéressante sur les deux plans, tout en s'avérant très adapté aux cultures.

Présentation

Lisez tout d'abord notre fiche de présentation du micro-arrosage. Elle vous donnera les grands principes de mise en oeuvre. Pour simplifier :

  • un réducteur de pression branché sur le robinet
  • un connecteur vers du tuyau de 16 mm
  • ce même tuyau assurant l'essentiel du parcours, piqué de goutteurs en ligne ou d'asperseurs, ou encore un tuyau poreux ;
  • des ramifications avec du tuyau de 4,6 mm, pour aller directement au pied de certaines plantes, ou dans des pots
  • si possible un programmateur en début de ligne, pour assurer des arrosages réguliers et... nocturnes !

L'idée : ne plus utiliser que cela

Depuis plusieurs années, nous mettons en oeuvre cette technique, et sommes convaincus de son efficacité. En résumé :

  • économique en eau : chaque zone du jardin ne reçoit que la quantité d'eau requise (finis les feuilles arrosées, et les grandes zones de terres qu'on imbibe alors qu'on vise le pied d'un arbuste)
  • précis et efficace : les plantes sont parfaitement arrosées, et pas d'oubli à craindre !
  • confortable : avec un programmateur, les arrosages sont déclenchés régulièrement. Fini les corvées d'arrosage le soir, et le système arrose même en votre absence.

Adapté à l'échelle d'un jardin ?

Oui, mais il faut faire des choix, et s'en donner les moyens.

Par opposition à l'arrosage enterré, avec ses grosses tuyères qui débitent des dizaines et des dizaines de litres d'eau et couvrent des mètres carré, le micro arrosage ne peut arroser une pelouse. C'est ainsi. Les amateurs de green anglais doivent donc passer leur chemin, avec une question en tête : avec les restrictions d'eau de plus en plus fréquente, est-ce qu'une pelouse parfaite est désormais bien raisonnable ?

Pour le reste, le micro arrosage fera l'affaire :

  • les haies peuvent être alimentées sur de grandes distances par un tuyau de 16 mm en goutte à goutte,
  • les arbustes à petits fruits seront irrigués de la même façon,
  • les massifs peuvent être arrosés généreusement et globalement par des micro-asperseurs,
  • les cultures en ligne du potager pourront être couvertes via plusieurs tuyaux micro-poreux, ou du tuyau de 16 mm avec goutteurs intégrés (un peu fastidieux sinon de percer soit même un tuyau, pour chaque pied de tomate ou de salade !)
  • les plantes en pots (terrasse, balcon) peuvent être alimentées individuellement par des prolongations en petit tuyau de 4,6 mm,
  • les semis seront brumisés via un micro-brumisateur placé en hauteur...

Evidemment, pour arroser tout cela, et surtout si votre jardin est grand, il faudra multiplier les lignes d'arrosage, parfois dès lors également assez espacées. Impossible de tout traitert avec une seule prise d'eau, et un seul programmateur.

Emprunter à l'irrigation professionnelle

Confronté à ce souci, nous avons imaginé emprunter les bases de l'irrigation à grande échelle.

Vannes ou valves

Les vannes ou valves sont des "robinets électriques". Reliées au programmateur, elles s'ouvrent et se ferment sur commande, libérant l'eau dans des tuyaux de grosse section permettant de couvrir des distances importantes.

Concrètement :

  • les multiples programmateurs individuels ont été remplacés par un programmateur multi-voies permettant de piloter de nombreuses lignes d'arrosage indépendantes
  • ce programmateur (un peu coûteux) est relié à des électrovannes
  • réunies au départ de l'installation, ces vannes sont raccordées à une alimentation en eau unique
  • au départ de chaque vanne, du tuyau en polyéthylène de section 25 mm
  • ces tuyaux très résistant (mais pas très souples) sont enterrés dans le sol, et courrent sous la terre jusqu'au point de départ de ligne souhaité
  • à ce départ de ligne, un réducteur de pression est installé (en surface, ou enterré dans une boîte adaptée), qui assure le passage du tuyau de 25 mm à celui de 16 mm
  • la suite s'opère comme une installation de micro-arrosage individuelle

On a donc au final un système de micro-irrigation raccordé à un "vrai" système d'irrigation. On bénéficie ainsi des possibilités offertes par un programmateur perfectionné, d'une automatisation poussée. Les zones reculées du jardin sont accessibles. Il n'y a plus besoin de plusieurs petits programmateurs, avec des piles à changer régulièrement, chacun monopolisant en outre une tête de robinet !

Conclusion

Ce système, un peu coûteux au départ, représente un confort important et permet d'arroser intelligemment de grandes surfaces potagères ou d'ornement. Au fil des ans, l'installation principale pourra être étendue (en rajoutant des électronvannes, et en enterrant de nouvelles lignes de tuyau en 25 mm). L'installation "secondaire", proprement dite de micro-arrosage, sera régulièrement adaptée pour suivre au plus près les besoins de vos cultures.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 4

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Généraliser le micro-arrosage

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur l'arrosage.

79 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Lenotre
20/08/2012, à Saint germain laprede

Répondre

Peut on brancher l'arrosage goutte a goutte sur des recuperateurs d'eau merci

Saturne33
09/01/2011, à Blanquefort 33290

Répondre

J'emploie le micro-arrosage depuis plusieurs années avec l'eau d'un ancien puits bâti dans de la roche calcaire- Th = 35°Français. La solution, c'est de recouvrir les tuyaux de terreau ou autre.

Bbilli
07/05/2010, à Baden

Répondre

Bonjour, nous habitons dans une région en Suisse où il y a énormément de calcaire dans l'eau. Est-ce que le micro-arrosage fonctionne aussi avec cette qualité d'eau? Mon soucis est que dès que l'eau stagne dans le tuyau (spécialement la journée quand je ne n'arrose pas), les petits orifices du goutte-à-goutte risquent de se boucher dû à la présende de calcaire. Avez-vous une solution ?

Louraf
19/05/2008, à Le passage 47

Répondre

Je suis satisfait de l'arroge au goute a goute ca fait plus de 15 ans que je l'utilise. Le seul inconvegniant est que les billes des gouteurs se collent de temps en temps, il faut une aiguille pour les decoller.