Domptez le lierre

Le 19 mars 2010 par Faustine Milard

Le lierre déchaîne les passions. Cette liane préhistorique est aussi bien fustigée pour sa tendance à envahir et à étouffer les autres végétaux, qu'admirée pour ses facultés décoratives en toutes circonstances. Alors pour mettre tout le monde d'accord, apprenez d'abord à l'apprivoiser avant de le juger.

Un vrai lâche-rien

Lierre accroché à un clôture en bois

Le lierre grimpant ou Hedera helix n'est pas une plante parasite comme peuvent le croire certains jardiniers, mais une simple liane... Ce qui en fait d'ailleurs un spécimen à protéger ! Car rares sont les lianes endémiques au continent européen. La raison de cette contre-vérité populaire réside dans les petites ventouses agrippantes qu'il produit le long de ses tiges et destinées à s'agripper aux supports. Elles n'ont aucune fonction absorbante et ne pompent donc pas leur hôte à ses dépens.

Mais cet aspect inoffensif du lierre ne doit pas faire oublier son côté un peu envahissant. Ces petites ventouses s'agrippent en effet partout. Troncs, terre, pierres, béton... Tout est bon à prendre.
Sans compter la résistance dont fait preuve le lierre. Plante persistante par excellence, elle ne perd ses jolies feuilles alternes vert foncé qu'une fois tous les six ans environ.

Côté entretien, le lierre n'est pas non plus très gourmand. Il pousse aussi bien à l'ombre qu'au soleil, bien qu'il ait besoin de lumière pour pouvoir fleurir et fructifier. Et si le sol est légèrement calcaire et frais, le lierre est alors comme un coq en pâte. Impressionnantes, ses lianes peuvent atteindre les 30 mètres de long. Enfin, il n'est jamais vraiment prêt à mourir puisque le lierre a une espérance de vie allant de 400 ans à 1000 ans pour les plus vieux. La plante de tous les extrêmes !

On l'adopte ?

Lierre en couvre-sol dans un bois

Lierre comme couvre-sol

Le lierre n'est pas une plante à bannir de son jardin. Au contraire ! Il fait un excellent couvre-sol là où la terre est trop acide ou trop ombragée pour supporter une pelouse. Il abrite généreusement une faune nombreuse et nourrit les insectes butineurs pendant sa floraison d'automne. Ses petites baies noires étant parmi les plus précoces du printemps, les premiers oiseaux migrateurs trouvent ici de quoi se rassasier à leur arrivée...

La capacité du lierre à couvrir tout ce qui traîne lui vaut également toute l'attention des jardiniers qui s'en servent pour couvrir les murs disgracieux, ou masquer une vieille souche d'arbre.

Quelques fois, il peut même sauvegarder des ruines de l'effondrement en formant une carapace ligneuse autour des murs ainsi consolidés.

.

L'apprivoiser pour mieux le dompter

Lierre sur le mur en pierre d'une ruineMalgré tous ces bons côtés, le lierre n'en demeure pas moins une plante envahissante. Et si elle ne pompe pas la sève de ses hôtes végétaux, elle peut les affaiblir en les recouvrant entièrement, empêchant le support de respirer et de voir la lumière. Seule bonne nouvelle pour ses hôtes, sa croissance est plutôt lente.

Alors, il est bien sûr tout à fait possible de se débarrasser d'un lierre trop encombrant en lui assénant plusieurs coups de hache à la base pour le voir dépérir. Mais il faudra aussi enlever toutes les tiges accrochées au support ! Car si les ventouses ne sont à l'origine destinées qu'à s'agripper, elles peuvent, en cas de sécheresse du milieu d'origine et de séparation brutale avec celui-ci, se transformer en de solides racines...

Plutôt que de s'acharner à jouer les bûcherons sans vergogne, au risque de voir tout son travail lentement disparaître pour quelques malheureux bouts de liane oubliés, mieux vaut apprendre à dompter la bête ! Pour s'assurer d'une croissance contrôlée, on peut déjà l'utiliser en pot ou en conteneur. Ensuite, il faut régulièrement le tailler (toujours en automne) pour maîtriser sa propagation, en taillant les tiges de 10 cm minimum. Si le lierre pousse sur un arbre, il faut éviter autant que possible que les ramifications ne s'avancent sur les branches. Dans le cas d'un lierre planté près d'un mur, il faut penser à rajeunir le feuillage chaque année, pour éviter une charge trop lourde sur la maçonnerie. Enfin, pour les murs de maison, il ne faut pas oublier de le tailler également chaque année en hauteur, à 50 cm en dessous du toit.

Ces conseils ainsi appliqués, le lierre peut devenir l'un des meilleurs alliés du jardinier. Pas très rapide, mais très fidèle !

>> Lire aussi : Lierres décoratifs

Commentez cet article 9

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Domptez le lierre

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les plantes grimpantes.

354 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Michouveve17
10/03/2012, à St jean d angely

Répondre

Comme l'avis de quelques uns je suis d'accord que l on surveille de tres pres l' evolution du lierre car en effet dans les haies ou sous bois on voit qu il etouffe litteralement les arbres jusqu au point qu il ni y a plus de feuillage !alors tous motives pour la regulation de cette plante ancestrale ,

Linaire
07/04/2010, à St michel l\'observatoire

Répondre

Moi le lierre , j\'adore, je me suis mariée le jour du printemps cette année et mon bouquet en était plein !! pour sa longévité!!!!

Gege et gigi
30/03/2010, à Montils

Répondre

Ah!le lierre.une benediction pour les uns,mais,je fais parti des autres. quand vous voyez les degats causes par cette saloperie. gardez le en pot ou en bac,si vous y tenez.

Bergere
29/03/2010, à Saint romain

Répondre

Merci pour cet article sur le lierre qui change mon point de vue sur cette plante : je sais désormais qu'il est préhistorique, vénérable, rare, et presque docile. bref, une petite leçon de remise en question bienvenue.

Christian r.
29/03/2010, à Ageville

Répondre

Personnellement je trouve que les arbres fruitiers se portent très bien avec du lierre sur le tronc. l'écorce est protégée et on a bien moins d'ennuis type chancre. 2videmment il faut couper au moment de la taille les pousses qui s'aventurent un peu trop haut. c'est aussi un couvre sol parfait entre les touffes de groseiller. il ne s'accroche pas aux tiges et empèche l'herbe de pousser.

Voir tous les commentaires (9)

Ceci peut aussi vous intéresser