Cactées et plantes tropicales sous lampe

Le 7 mars 2017 par Faustine Milard

Contrairement aux idées reçues, la mise en place d'un jardin intérieur n'est pas pas plus contraignante ni difficile que de faire survivre ses plantes tropicales alors que l'hiver bat son plein dehors!

Pourquoi un jardin intérieur

Jardin intérieur ; cactées et plantes grasses

Jardin d'intérieur

Les cactées atrophiées car placées au dessus des radiateurs tout l'hiver, les pachira aquatica perdant leurs feuilles à la saison froide ou les aloé vera ridés et desséchés ne sont désormais plus que de mauvais souvenirs! Car à défaut de posséder un jardin d'hiver dans sa serre intérieure, le simple achat d'une lampe horticole adaptée à leurs besoins redonnera à toutes les plantes leurs couleurs d'été durant tout l'hiver et fera en plus profiter les propriétaires d'une cure de luminothérapie à domicile!

Pour débuter, nul besoin d'investir des sommes astronomiques dans un système d'arrosage perfectionné ou un système d'hydroponie. De simples pots avec leur coupelles, une lampe à spectre lumineux adéquate (ici un turbo néon), un réflecteur muni d'un ballast, un simple minuteur pour gérer les heures de jour et de nuit et éventuellement une petite station météo mesurant température et hygrométrie seront nécessaires.

Certains professionnels diront que l'optimisation maximum d'un jardin intérieur serait de créer un espace cloisonné et contrôlé en permanence. Mais dans le cas d'un simple jardin intérieur décoratif, il est inutile d'aller plus loin.

Etape 1 : l'ampoule

Fixer au plafond le réflecteur (sans l'ampoule!) grâce à un crochet et un filin de fer (pour la solidité) dont la longueur devra être adaptable pour pouvoir monter la lampe en cas de croissance de vos plantes. Le sommet de ces dernières devra en effet se trouver entre 30 et 90 centimètres de l'ampoule.

Jardin intérieur ; cactées et plantes grasses

Jardin d'intérieur

Se munir d'un chiffon propre pour éviter toutes traces de doigt sur l'ampoule qui risqueraient de la faire exploser en chauffant, se saisir ensuite de la lampe et la visser dans la douille. La lampe ne doit pas être allumée immédiatement afin que le gaz ait le temps de se stabiliser. En général, une lampe produisant 9000mWm2 convient pour un bon nombre de cultures. Enfin, il est évidemment préférable que la surface environnante sur laquelle se reflète la lumière soit blanche, voire réfléchissante.

Etape 2 : plantes et substrat

Disposer les plantes que l'on souhaite voir fleurir et grandir dans cet espace à bonne distance de la source de lumière. Chaque plante possédera le substrat approprié à ses besoins. Dans le cas des cactées, un substrat drainant composé de sable, de terre et de petits cailloux à granulométrie différente est l'idéal. Dans le cas de plantes tropicales comme l'oreille d'éléphant (Alocasia calidora), le pachira aquatica ou le beaucarnéa (pied d'éléphant), il faudra veiller à installer un substrat bien noir et drainant. Les terreaux achetés en jardinerie peuvent faire l'affaire et peuvent même être agrémentés d'un peu de « vieux » fumier de cheval, de perlite et de terre de jardin si celle-ci est fine et légère. Si l'habitat qui reçoit les plantes a une température inférieure à 17 dégrés, ce n'est pas dramatique mais les plantes auront tout simplement une croissance plus lente. Si au contraire, le température se situe entre 20 et 24°C, les plantes n'en seront que plus belles!

Etape 3 : jour... et nuit

Brancher la lampe sur le minuteur réglé au préalable sur 18 heures de jour qui représente la durée de lumière recommandée en période de croissance végétative. Si le jardin intérieur est installé dans un espace de vie utilisé fréquemment, il faudra programmer ces heures de lumière en journée. Attention, pour la bonne santé des plantes et pour ne pas les fatiguer, il est indispensable qu'elles aient un minimum de 6 heures de noir total au cours de 24 heures!! Si vous souhaitez déclencher la floraison de vos plantes, abaissez cette durée à 12 heures.

Lors de la disposition des plantes dans leur espace, il faudra veiller à ce que les plus grandes ne cachent pas la lumière aux plus petites. Il sera donc préférable d'installer les plus imposantes en périphérie et de laisser les autres au centre.

Etape 4 : arrosage, humidité

Arroser fréquemment celles qui ont en besoin et vaporiser leurs feuilles de temps en temps. Pour les cactées, l'arrosage devra être faible et maîtrisé. Mais quoi qu'il en soit, pour tout le monde, une humidité de l'air de l'ordre de 40 à 50% sera idéale. De temps en temps, il sera aussi recommandé de tourner les plantes sur elles-mêmes, d'ameublir la surface du sol (avec une fourchette par exemple) pour une plus grande pénétration de l'eau lors de l'arrosage, et de maintenir l'espace de croissance propre pour éviter l'arrivée de champignons et de moisissures indésirables.

Une fois tous ces paramètre maîtrisés, il ne sera pas interdit de rêver à des tomates « maison » en plein hiver ou même des concombres qui devront quant à eux recevoir une moindre quantité de lumière, c'est à dire qu'il faudra se munir d'une autre lampe moins puissante (maxi 6000mWm2)!!!

>> Lire aussi : Choisir une plante en jardinerie

Crédit photos : F.M.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Cactées et plantes tropicales sous lampe

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les plantes d'appartement.

383 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Plume12101
02/01/2009, à Courcelles

Répondre

Bonjour j'ai une question de quelle lampe sagit-it faut -il une lampe spéciale merci de votre réponse