La fertilisation biologique des arbres fruitiers

Le 25 mars 2017 par Isabelle C.

Pour avoir des arbres fruitiers en bonne santé, produisant de beaux et bons fruits, il faut qu'ils poussent sur un sol sain, suffisamment riche en nutriments. C'est pour cela qu'en culture biologique, on nourrit le sol et non les plantes... mais pas n'importe comment, car un arbre a des besoins particuliers !

Les besoins nutritifs des fruitiers

Azote, phosphore, oligoéléments..., les arbres fruitiers sont de grands consommateurs d'éléments nutritifs et sont sensibles aux situations de carence. Lors de la croissance des charpentes, de la formation des feuilles et des fleurs, du développement des fruits... l'arbre fruitier a besoin de s'alimenter, régulièrement, au fil des saisons.

Deux périodes dans l'année sont toutefois marquées par un pic d'alimentation, et qu'il faut contenter :

  • La fin du printemps, au stade de la nouaison (apparition des fruits) ;
  • Le début de l'automne, au moment où l'arbre reconstitue ses réserves.
Pommier couvert de pommes
Pommier couvert de pommesAgrandir l'image

La fertilisation d'entretien des arbres fruitiers

On vient de le voir, la qualité de la production du verger dépend de la capacité des arbres à se nourrir et, par conséquent, des réserves nutritives disponibles dans le sol. En jardinage biologique, les actions de fertilisation visent donc à maintenir un sol humifère, riche en humus et en éléments nutritifs facilement assimilables.

La fertilisation d'entretien, pour un arbre fruitier déjà installé, et dans un sol non carencé, se fait tous les 2 à 5 ans.

Compost et ver de terre au pied d'un fruitier
Compost et ver de terre au pied d'un fruitierAgrandir l'image

Au printemps

Les arbres entrent en végétation, se développent, et les besoins en nutriments s'accroissent.
Pour maintenir les stocks du sol en nutriments, apportez en surface, sur un sol nettoyé, meuble et sous toute la largeur de la couronne, 1 à 10 seaux de compost mûr (la quantité dépend de l'âge de l'arbre). Cela correspond à former une couche épaisse de 2 à 5 cm.

Ensuite, laissez les vers de terre incorporer, petit à petit, le compost au sol. Vous obtiendrez une terre enrichie, bien structurée, avec une bonne capacité à garder l'humidité, et des micro-organismes stimulés (lire : La faune du sol, pour un sol vivant et fertile).

Le compost va enrichir progressivement le sol. Cependant, si vos fruitiers montrent des signes de carences, ou semblent affaiblis, arrosez-les avec des engrais assimilables immédiatement. Les engrais liquides, comme les purins d'ortie et de consoude, sont très efficaces.

À l'automne

À la fin de l'été, l'arbre va commencer à vouloir refaire ses réserves. Pour autant, une fertilisation trop efficace aurait pour conséquence de relancer son activité interne à contre saison (émission de bourgeons...).

Caisse de BRF
Caisse de BRFAgrandir l'image

Pour compenser progressivement les prélèvements à venir, optez plutôt pour la mise en place d'un paillis grossier plus riche en carbone qu'en azote, comme le BRF ou les feuilles mortes, qui viendra augmenter le taux d'humus à la périphérie du tronc. Les vers de terre et les micro-organismes, de nouveau en activité à cette époque, feront ensuite le nécessaire, enrichissant et améliorant petit à petit le sol.

Conseil

Evitez les apports d'engrais solubles (purins) riches en azote (nitrates) que les pluies, en cette saison, ont vite fait d'emporter dans les nappes phréatiques.

Fertilisation des fruitiers à la plantation

Les premières années qui suivent la plantation (comptez environ 3 ans) sont déterminantes pour  l'avenir de l'arbre.

Lors de la plantation : enrichissez la terre de surface avec du compost bien décomposé et 4 à 5 poignées de corne broyée. Cette dernière est riche en azote mais le libère lentement. Cela permet à l'arbre fruitier de combler ses besoins importants dans ses premières années (développement de la structure avant la première fructification).

Les 2 années suivantes, intervenez au mois de mai, avec quelques pelletées de compost que vous recouvrirez d'un paillis, pour préserver l'humidité du sol.

paillage et protection du jeune arbre
paillage et protection du jeune arbreAgrandir l'image

Fruitiers gourmands

Tous les fruitiers n'ont pas le même appétit ! Voici les plus gourmands, qui demandent des apports de compost plus soutenus : agrumes, cassissier, groseillier, kiwi et pêcher.

>> Lire aussi :

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 8

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
La fertilisation biologique des arbres fruitiers

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres fruitiers.

1482 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Isabelle c
08/11/2016, à

Répondre

Bonjour Droll, plusieurs facteurs peuvent expliquer une croissance retardé : les asminiers apprécient un climat aux hivers froids et aux étés tempérés mais ne supportent pas les climats trop chauds et secs. Son sol de prédilection est plutôt acide et humifère. Pas d'engrais particulier, mais prendre soin du taux d'humus (compost mûr).

Drol94
13/08/2016, à Beny sur mer (14)

Répondre

Bonjour, j'ai planté des Asiminier il y a plus de trois ans, ce sont des arbres à croissance lente (1 à 2,5cm par an). Et ils ne bougent pas (ils n'ont même pas pris 2 cm en trois ans). Donc je voudrais savoir si vous avez un engrais qui pourrait me servir pour les faire décoller un peut en leur apportant les nutriments nécessaire à leur croissance Merci

Belart
05/09/2015, à Boulogne sur mer

Répondre

Rien de tel que les algues déposées au printemps au pied et se décomposant lentement

Jean morlec
20/07/2015, à Langrolay 22490

Répondre

N'étant pas toute l'année dans ma maison bretonne, je voudrais savoir si je peux mettre de l'engrais en été (juillet/aout) à mes arbres fruitiers(pommier, mirabellier, cerisier,cogniassier, abricotier, poirier..) et divers (framboisier, cassisier noir, arbousier et palmier... est ce que cela aurait de bonnes ou de mauvaises conséquences ou non? Merci

Isabelle c
20/10/2014, à

Répondre

Bonjour, un véritable fruitier nain, c'est à dire nain génétiquement, restera de petite taille, même si il est planté en terre. Ses besoins en éléments nutritifs seront les même qu'un fruitier standard. Attention, il existe des arbres « nanifiés » artificiellement qui petit à petit reprendront leur taille normale.

Voir tous les commentaires (8)