Entretenir un bassin de jardin

Le 20 janvier 2017 par Iris Makoto

Un entretien régulier de votre bassin s’avère nécessaire au bon équilibre de l’eau. Quelques gestes simples et peu contraignants effectués régulièrement permettront de garder cet écosystème intact et de créer un petit paradis pour la biodiversité.

Les éléments susceptibles de perturber l’équilibre de l’eau

BassinIl suffit de peu de chose pour que le fragile équilibre que représente l'écosystème aquatique soit perturbé :

  • Une eau stagnante, sans mouvement peut être source de problèmes : l’eau se trouble rapidement et devient odorante ;
  • La décomposition de végétaux : feuilles tombées des arbres, fleurs et autres déchets induisent, en se décomposant, un développement de nitrates et de phosphates qui altèrent la qualité de l’eau ;
  • Une trop forte chaleur, un ensoleillement important, le manque d’ombrage et la décomposition de matières organiques sont responsables de la formation d’algues filamenteuses qui recouvrent les végétaux aquatiques et forment à la surface de l’eau une mousse verdâtre, étouffante pour ce milieu fragile;
  • Une surpopulation de poissons est néfaste : non seulement pour leur survie et leur développement, mais aussi pour la qualité de l’eau du bassin. Les apports mal dosés de nourriture et les déjections sont également une source de pollution (lire : Quels poissons pour le bassin ?);
  • L’évaporation : en période de sécheresse et de forte chaleur, l’évaporation naturelle de l’eau peut être importante et s’avérer dangereuse pour l’équilibre du biotope.

Conserver un bon équilibre

Hottonia palustrisNous avons vu que certains éléments pouvaient modifier de façon importante le milieu aquatique créé artificiellement dans un bassin. Voyons à présent comment, grâce à un entretien simple, retrouver un équilibre favorisant une vie foisonnante.

Une oxygénation performante

L’eau, pour être correctement oxygénée, doit être en mouvement constant. Installez dans votre bassin une pompe adaptée à sa taille, sur laquelle vous pourrez fixer un jet d’eau. La création d’une cascade ou d’un ruisseau, même de petite dimension, procurera une oxygénation permanente. Dans le même but, installez des plantes oxygénantes comme les Elodées, les très décoratifs Hottonia palustris ou encore les moins connus Potamogeton lucens.

Un nettoyage régulier

Feuilles mortes dans un bassinVeillez à toujours enlever, à l’aide d’une grande épuisette, les végétaux tombés à la surface de l’eau, surtout après un grand vent ou en période automnale. Si de grands arbres à feuillage caduc entourent le bassin, vous pouvez utiliser ponctuellement un filet tendu à la surface pour recueillir les feuilles mortes en période de chute intense. Pendant la période de croissance, taillez les plantes aquatiques à fort développement et supprimez toutes les parties abîmées ou les fleurs fanées qui risqueraient de pourrir dans l’eau. Ôtez les touffes d’algues au fur et à mesure de leur développement et limitez les colonies de lentilles d’eau, vite envahissantes. Pensez aussi à vérifier l’état du filtre qui, en cas d’encrassement, ne fonctionnerait pas correctement et ne pourrait plus assumer son rôle.

Une population maîtrisée

Poissons de bassinN’introduisez pas plus de poissons que votre bassin ne pourra en contenir : pensez qu’ils vont grandir ! Il faut compter environ 40 à 50 litres d’eau par poisson pour leur assurer un développement correct et conserver un bon équilibre au bassin.  Nourrissez-les de façon raisonnée : la totalité des aliments doivent être ingérés en cinq minutes. La nourriture ne constitue qu’un complément car nombre d’entres eux se délectent de larves de moustiques, de micro-organismes végétaux ou de vers de vase. Enfin, dès que la température descend en dessous de 8°C,  interrompez les apports en nourriture, le métabolisme des poissons étant ralenti.

Surveillance du niveau d’eau

En été, lors des périodes de sécheresse et de forte chaleur, l’évaporation naturelle peut être importante : veillez à ce que le niveau d’eau ne baisse pas trop et faites des apports en conséquence. L’eau devra être introduite à température ambiante et être déversée en petites quantités pour ne pas trop perturber le milieu.

>> A lire aussi :

Crédit photos : bpmm (1) / Christian Fischer (2) / cru?sh (3) / yannick974 (4)

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 3

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Entretenir un bassin de jardin

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le jardin d'eau.

55 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Yvesmonteil
29/11/2015, à Paris charleval

Répondre

Bonjour Monsieur, Je viens de lire vos articles sur les bassins de jardin, très intéressants et pleins de bon sens. SI vous aviez une minute, je voudrais avoir recours à vous pour la question suivante : Mon bassin en projet pour ce printemps aura sa place au milieu d'un champ de 1 h1/2 en Provence (100 mètres de large, 150 de long, herbe et arbres d'agrément), il aura environ 10 mètres de long et 5 de large, profond de 1m ou 1m50. Je le mettrai là, à 80 mètres de l'alimentation en haut du champ avec un tubage enterré de 100mm de diamètre en PVC, ceci pour avoir de l'eau à portée de main afin d'arroser les arbres du bas du champ que nous plantons en ce moment (arbres d'agrément seulement, pas une colonie industrielle de pommiers). J'ai trouvé cette solution parce que l'eau normalement n'arrive pas en bas du champ bien trop long. L'herbe une fois coupée - par un pro -, je la laisse sur place pourrir. C'est en effet un travail de romain que de ratisser les 10 ruisseaux qui courent dans le champ chacun sur 150 m que j'ai tracés il y a 5 ans, toute l'eau est bue à mi-champ, plus rien ne descend au delà. Je ne veux pas acheter de tracteur (garantie, dépannage, frais, entretien, mazout .. donc tout est du rateau, de la débroussailleuse au mieux et de la bêche là bas, pas plus, nature) Je ne prélèverai qu'une vingtaine, 40 seaux de 15 litres par semaine, j'escompte donc que le bassin soit toujours plein, sinon je le ferai plus grand, là il n'y a pas de problème). Ce bassin sera à mi ombre, assez grand pour rester plein même après avoir arrosé donc, on en profitera pour la fraîcheur et les plantes ...mais la question est de l'eau. Dans ce champ, l'eau n'arrive que par vacation de 24 heures tous les 8 jours, par un jeu de martelières qui se posent ici et là pour distribuer/règler l'eau du ruisseau municipal soit à droite, soit à gauche, en haut, en bas, dans le cadre d'un syndic d'arrosants local afin que tous les paysans alentour puissent doucher leurs carottes, artichauds, pommiers, etc. Donc je ne pourrai remplir le bassin que tous les huit jours puis attendre la semaine suivante pour refaire le plein. De plus à partir de fin septembre et ce jusqu'au printemps toute l'eau est coupée dans le ruisseau principal, plus rien du tout pour le bassin Alors je me demande et vous sollicite pour cela, quel sera le cycle de vie annuel des plantes, et de ce bassin globalement? putride/pas putride en fin d'année? faut-il le vider complètement en Septembre avant l'hiver ou laisser fuir doucement? quelles plantes dans ce contexte ( chaud l'été, mistral froid l'hiver, possibilité de gel ... Qu'en pensez vous, si je ne vous ennuie pas? D'avance merci pour votre réponse Yves Monteil Charleval 13350

Flamme
23/08/2014, à Epagny

Répondre

Bonjour, Je possède un bassin de 10 m3 nous l'avons agrandi cette année. Au début 4 à 5 m3 achat de 6 petits poissons (2 sarasa comet 2 shubukin 2 Koïs . Mais voici qu'après cinq ans d'existence, ceux ci ont fait des petits, sauf les Koïs. Je me retrouve avec une population de 40 poissons pour 10 m3. Que faire de toutes ces naissances à qui les donner, je ne me vois pas les tuer. Botanic et autre ne les prennent pas. Pas de surpopulation dit on mais envers et contre tous j'ai une vingtaine de naissance cette année. Au secours....

Antho
21/06/2014, à Nominingue/laurentides

Répondre

Est ce que je peux mettre de "l.algicide" dans mon bassin d,eau...je n,ai aucun poisson...et mon eau est souvent verte!!!