Diviser les végétaux : arbustes, vivaces, bulbes, graminées

Le 5 juillet 2017 par Isabelle C.

La division peut être considérée comme la méthode de multiplication des plantes la plus simple. Pour autant, toutes les plantes ne peuvent se diviser. À qui cette méthode est réservée ? Comment doit-on procéder ? On vous dit tout !

La division des plantes en 3 mots

La division des plantes peut se pratiquer sur tous les végétaux pérennes qui produisent des rejets (bourgeons) à partir de leurs organes souterrains ou aériens. Cela concerne certes les plantes herbacées vivaces ou les bulbes, mais également les arbustes, les graminées ou les légumes perpétuels.

Division d'une touffe de rudbeckias
Division d'une touffe de rudbeckiasAgrandir l'image

La division est pratiquée, premièrement, pour multiplier rapidement et fidèlement les plantes. Cela ne signifie pas, toutefois, que l'opération est sans risque pour les plantes qui sont déterrées puis amputées d'un de leurs membres. Deuxièmement, elle permet de rajeunir les plants dont le centre de la souche s'est dégarni au fil des ans.

D'une manière générale, la division se pratique sur une plante installée depuis quelques années, au printemps ou en automne, avec une préférence pour le printemps en région froide, et une préférence pour l'automne en région sèche.

La division des touffes herbacées

Les plantes herbacées vivaces à système racinaire fasciculé (étalé) sont les premières candidates à la division. Elles se reconnaissent par les nombreuses pousses basales émises par la souche, formant une touffe qui s'étale peu à peu, comme les Hostas, les Rudbeckias, les ciboulettes, ou les graminées caduques.

La méthode est simple : à l'aide d'une fourche bêche déterrez et séparez la souche, puis replantez les éclats obtenus (lire : Diviser les plantes vivaces).

Une attention plus particulière est à apporter aux espèces les plus petites qui, à peine repiquées, peuvent subir l’assaut des limaces ou se faire malencontreusement piétiner. Un conseil : installez les éclats dans des godets le temps qu'ils s'épaississent.

Division d'une touffe de graminée
Division d'une touffe de graminéeAgrandir l'image

Cas des plantes de rocailles

Beaucoup d'entre elles se mettent en repos l'été. C'est le cas, notamment, des achillées, campanules, centaurées, lavandes, sédums, sarriettes, Delosperma cooperi... En plus du printemps, il est donc possible de les diviser dès la fin de l'été, plutôt qu'en automne où l'humidité peut poser problème.

>> Lire : Diviser les vivaces pas à pas : exemple avec un hosta

La division des herbacées vivaces à drageons

Probablement pour nous faciliter la tâche, certaines de ces herbacées vivaces émettent des rejets ou des drageons, le long des racines affleurant la surface du sol. Ce sont de véritables nouveaux plants qui poussent à distance du pied mère. Ainsi, il est très facile de diviser l’achillée, l'armoise, l'estragon, la camomille romaine, le physalis ou la campanule, en prélevant puis replantant les drageons.

À l'aide d'un couteau tranchant ou d'un transplantoir soulevez le nouveau plant en prenant soin de conserver une petite motte de terre autour des racines. Séparez-le du pied mère en sectionnant la racine porteuse. Replantez le plant aussitôt, en place ou en godet si le plant vous paraît fragile, en prenant soin de ne pas enterrer le collet.

Rempotage des éclats
Rempotage des éclatsAgrandir l'image

La division des arbustes et des arbres

La production de drageons n'est pas réservée aux plantes herbacées. Les arbres et les arbustes ont également leur lot d'espèces drageonnantes : lilas, spirées, framboisiers, noisetiers, pruniers, rosiers, bambous... La période la plus favorable à cette opération est le début du printemps. Cette fois-ci munissez-vous d'une fourche-bêche pour soulever un rejet d'au moins un an. Dégagez la terre tout autour afin de vous assurer de la présence de racines fibreuses. Détachez le drageon en coupant la racine du pied mère à l'aide d'un sécateur et plantez le rejet en pleine terre (ou en pot pour les sujets chétifs), dans un trou préparé à l'avance.

La division des herbacées vivaces à stolons

Les fraisiers, potentilles, pervenches, saxifrages, chlorophytums... déploient un stratagème de multiplication très apprécié des jardiniers. Ils émettent des tiges aériennes rampantes, les stolons, qui s'enracinent dès qu'elles entrent en contact avec le sol, pour donner naissance à de nouveaux plants. Quand ces derniers sont suffisamment touffus, il n'y a qu'à se baisser pour les récupérer et les placer à l'endroit souhaité, après, bien sûr, avoir coupé le lien qui les unit au pied mère. Cette opération est à faire au printemps ou en été.

Fraisier : déterrage du pied à diviser
Fraisier : déterrage du pied à diviserAgrandir l'image

La division des bulbes

Les bulbeuses (et assimilées) se multiplient spontanément en produisant de petits bulbes ou des  bourgeons sur des organes de réserves souterrains. De la nature de cet organe et de la période de repos végétatif de la plante dépend la façon dont on le divise ainsi que la période d'action.

>> Lire : Diviser les bulbes, rhizomes et autres tubercules

Division d'un rhizome d'iris
Division d'un rhizome d'irisAgrandir l'image



Conseil : arroser après la plantation de chaque nouveau plant et jusqu'aux premiers signes de reprise.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Diviser les végétaux : arbustes, vivaces, bulbes, graminées

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur l'entretien du jardin.

217 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Rajouna
07/02/2017, à Tunisie

Répondre

Prière technique de multiplication en ce mois de l'ail que j'ai acheté depuis l'été ; il a démarré en bourgeon