Cognassier

Le 30 juillet 2014

Il a une silhouette remarquable et une floraison de printemps qui l'autorise à rivaliser avec les plus beaux magnolias. L'automne le pare de belles couleurs puis le couvre de fruits aussi décoratifs que parfumés. Il est facile à cultiver, s'adapte dans nos régions. Qui est donc cet arbre mystère ? Appelez-le cognassier ou cydonia, pomme d'or ou poire de Cydonie : ce bel arbre fruitier un peu oublié va vous étonner !

Le fruit de l'amour et du bonheur !

Cognassier

Coings et feuilles de cognassier

De l'ancienne Perse à l'Anatolie, le coing est cultivé depuis plus de 4 000 ans. Les anciens l'appelaient du joli nom de "Poire de Cydonie" en l'honneur de Cydon, ville de Crète où les Grecs en ont fait leurs délices, fourrés de miel. Savez-vous que la Pomme d'or offerte à Aphrodite par Pâris était en réalité un coing ? Le héros désignait ainsi la plus belle des déesses, en échange de la promesse qu’il pourrait épouser Hélène.

Pour choisir lors de l'achat

Le cognassier n’a pas été soumis à beaucoup de travaux d’amélioration ni d’hybridation. La sélection a contribué à la création de quelques cultivars qui offrent l’avantage d’une production fruitière plus avantageuse que l’espèce type.

  • ‘Champion’, est une variété d’origine américaine obtenue en 1870 dans le Connecticut, mais parfaitement acclimatée chez nous. L’arbre de taille moyenne, très ramifié, productif et vigoureux, donne de gros fruits piriformes, jaune vif (jusqu’à 500 g), dont la chair tendre et juteuse, très aromatique, est parfaite pour les compotes et les confitures. Très rustique, il produit dès les premières années et se récolte de fin octobre à début novembre.
  • ‘Du Portugal‘ (synonyme : Cydonia oblonga ‘Lusitanica’), précoce et vigoureux, il peut atteindre 7 m de haut. Il porte des fleurs et des fleurs plus grosses et produit des fruits allongés et légèrement côtelés, de 8 à 15 cm de long, jaune foncé, couverts d’un duvet gris. Il doit être réservé aux régions méridionales car sa résistance au froid est assez moyenne. D’une saveur moins astringente et plus aromatisée que l’espèce type, c’est la variété idéale pour faire de la gelée et de la pâte de coing.
  • ‘Maliformis’, à fruits presque sphériques de 5 à 6 cm de diamètre, il est très productif et mûrit même sous les climats froids, mais la qualité de ses fruits est assez quelconque.
  • ‘Géant de Vranja’, (synonymes : ‘Monstrueux de Vranja’ ou ‘Vranja’) est une variété obtenue en 1898 dans la ville Serbe de Vranja. C’est un arbre puissant à port érigé, assez peu branchu, portant des feuilles pendantes sur de longues branches. Le fleurs rose clair apparaissent dès avril. Elles sont suivies par de très gros fruits (certains atteignent 1,5 kg), quasiment glabres, vert pâle puis jaune d’or, avec des marques brunes près du pédoncule. Très parfumés, ces coings se récoltent vers la mi-octobre.

Un petit arbre sans souci

Le cognassier est un petit arbre sans souci. Il s'adapte bien aux climats de la plupart de nos régions et résiste très bien au gel hivernal, même s'il est tout particulièrement adapté au Midi. Peu exigeant sur la nature du sol, il se plaira dans toute bonne terre de jardin qui ne se dessèche pas en été ; l'idéal sera un sol neutre ou légèrement acide, fertile et restant frais. Choisissez un endroit dégagé et abrité des vents froids. Arrosez en cas de sécheresse et veillez à conserver le sol propre dans un rayon de 50 cm autour du tronc. Contrairement aux autres fruitiers, la taille n'est pas indispensable pour obtenir de beaux fruits, ce qui simplifiera votre vie de jardinier. Il suffit de supprimer le bois mort et de tailler les branches inutiles ou mal placées. Chaque printemps, donnez-lui un peu d'engrais pour arbres fruitiers.

  • Hauteur adulte : de 4 à 6 m
  • Largeur adulte : de 2 à 3 m
  • Croissance annuelle : de 30 à 50 cm
  • Rusticité : **** (- 25 °C)

Jardin des villes, jardin des champs

Une floraison remarquable

Bien que moins importante en volume que celle de la plupart des autres arbres fruitiers (notamment les cerisiers et les pommiers), la floraison du cognassier est très décorative en raison de la dimension de ses fleurs et de leur coloris assez soutenu. On peut tout à fait le considérer comme un arbre d’ornement dans un petit jardin, notamment en ville. Les premières fleurs apparaissent sur des sujets âgés de 4 à 5 ans. Avec ses fleurs qui s’ouvrent en mai, le cognassier est le plus tardif de tous les arbres fruitiers de nos régions.

Offrez une silhouette des champs à votre jardin de ville ! Le cognassier s'y prête à merveille. Si vous disposez vraiment de peu de place, vous pouvez aussi le cultiver en palmette, il habillera fort joliment votre mur. De toute évidence, il aura sa place dans votre haie naturelle, laissez-le alors pousser en buisson libre. Dans un massif, avec un grand céanothe bleu (Ceanothus thyrsiflorus) et un oranger du Mexique doré (Choisya ternata ‘Sundance’), il vous offrira une composition lumineuse et contrastée, une vraie merveille en mai au moment de la floraison. Mais avec sa belle silhouette et son effet décor permanent, son plus beau rôle est peut-être tout simplement d'être placé en isolé sur votre pelouse, pas vraiment au milieu, mais juste un peu décalé, ou aussi près d'une pièce d'eau, si vous en avez une, là il bénéficiera en permanence d’une bonne humidité.

Conseils de culture

Plantation

De préférence durant la période d’arrêt végétatif (de fin octobre à mi-mars). Les sujets proposés à racines nues reprennent sans problème après un habillage (taille) des radicelles et un bon pralinage. Le sol doit être très soigneusement préparé avant la plantation et surtout débarrassé de toutes les mauvaises herbes. Un apport de poudre d’os comme engrais de fond est tout à fait conseillé.
Les racines ayant tendance à s’étaler, creusez un trou assez large. Le point de greffe doit se situer nettement au-dessus de la surface du sol.
Il est fortement déconseillé d’effectuer une taille des rameaux lors de la plantation.

Distance de plantation

Entre 3 et 4 m pour les cognassiers à usage décoratif. Dans une haie, plantez tous les 2 à 2,50 m. Entre 4 et 7 m pour les arbres destinés à la production fruitière.

Sol


L'écorce des cognassiers
est très décorative

Profond, fertile, neutre ou légèrement acide, généreusement enrichi de matière organique pour conserver une bonne fraîcheur en été. Le cognassier préfère les sols silico-argileux, mais il s'adapte bien dans tous les terrains qui ne se dessèchent pas.
Contrairement à ce qui est souvent écrit, le cognassier supporte les terres légèrement calcaires (8 %), mais sa fructification y semble plus irrégulière. Attention, dans les sols très acides, les fruits sont moins parfumés.

Exposition

Plein soleil, à l’abri des vents forts.

Climat

Le climat méditerranéen est idéal. Celui de la Provence convient mieux que celui de la Côte d’Azur, car les vents chargés de sel ne sont pas toujours très bien appréciés.

Taille

Supprimez le bois mort. Équilibrez les charpentières chez les jeunes sujets.
Les trois ou quatre premiers hivers, taillez pour établir une charpente de rameaux fructifères. Par la suite, intervenez seulement pour éliminer les pousses mal placées ou en surnombre.
En hiver, sur les cognassiers palissés, réduisez des deux tiers de leur longueur les pousses de l’année précédente. Coupez de préférence au-dessus d’un bouton à fruit (bien arrondi) qui se forme principalement à la base des jeunes rameaux. Éliminez les pousses en surnombre ou mal placées.
Veillez aussi à bien dégager le centre de la ramure et à éliminer les rejets au pied.

Soins particuliers

Apportez une fumure organique acide au moment de la plantation et un engrais pour arbres fruitiers chaque année au printemps. Paillez avec du compost ou du fumier bien décomposé en automne. Arrosez par temps sec. Maintenez bien le sol propre autour des cognassiers (dans un rayon de 50 cm autour du tronc) afin d’éviter la concurrence en eau avec la flore spontanée.

Récolte et conservation

Cueillez les coings le plus tard possible en automne car ils ne grossissent plus une fois séparés de l’arbre. Procédez avant la première gelée. Dans la plupart de régions, on attend que les fruits tombent d’eux-mêmes, mais cela les fragilise et réduit leur temps de conservation. La maturité des fruits a besoin d'un long été chaud et même bien mûr, le coing reste dur.
Les coings se conservent potentiellement durant deux ou trois mois dans un endroit sombre et frais. Mais il faut bien contrôler l’humidité (risques importants de pourriture) et bien les isoler de tous les autres fruits auxquels ils risquent de transmettre leur puissant arôme.

>> Lire aussi :

SOS Ennemis et maladies


Monilia sur le coing

Toutes les affections des pommiers et des poiriers sont potentiellement à même de se trouver sur le cognassier. La tavelure (Venturia inaequalis et Venturia pirina), provoque des taches noires sur les feuilles et les fruits, avec des crevasses profondes. L’entomosporiose du cognassier (Entomosporium maculatum) produit des taches brunes sur les feuilles avec des croûtes caractéristiques, ce qui provoque une chute prématurée du feuillage. Le monilia des jeunes coings (Monilia linhartiana) produit des taches de pourriture marron portant des pustules blanches concentriques. La sclérotiniose du cognassier (Sclerotinia cydoniae) fait brunir les feuilles qui portent des filaments grisâtres et détruit les fleurs ou momifie les fruits.

Que faire alors ?

Des traitements fongicides préventifs à la bouillie bordelaise sont conseillés au moment du débourrement (éclatement des bourgeons) et de la chute des feuilles en automne. Il est bon d’accentuer la protection avec la pulvérisation d’un fongicide de synthèse au moment de l’ouverture des bouquets floraux, puis à la chute des pétales et lors de la formation des jeunes fruits.
Le dégâts des ravageurs comme les pucerons et les chenilles sont limités et nécessitent rarement un traitement.

Multiplication

Le marcottage par buttage sert à obtenir des sujets qui seront greffés en écusson en pied à œil dormant.
Les variétés à gros fruits sont écussonnées à œil dormant du 15 juillet au 15 août, sur des cognassiers francs de deux ans (obtenus par semis de pépins en automne, la levée s’effectuant au printemps) ou de l’aubépine (Crataegus laevigata). Il semble que l’emploi de l’aubépine comme porte-greffe confère un surcroît de fertilité au cognassier. Cela lui permet aussi de mieux s’adapter aux sols franchement calcaires. Les greffes en fente à la fin février donnent aussi de bons résultats, principalement sur aubépine. Poirier et sorbier des oiseleurs peuvent aussi servir de porte-greffe au cognassier, mais ils sont très rarement employés.
Pour les sujets destinés à l’ornement, vous pouvez effectuer des boutures herbacées en juin, semi-ligneuses de juillet à septembre ou ligneuses (à bois sec) d’octobre à décembre.

Commentez cet article 5

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Cognassier

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres fruitiers.

1187 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Brimiche
22/10/2010, à Lille

Répondre

Notre cognassier est beau et a beaucoup de beaux fruits... sauf que la moitié d'entre eux, lorsqu'on les coupe, présentent de peu sympathiques zones marron. quelle peut en être la cause? et bien sûr le remède?

Copine
22/09/2010, à Plaisance-du-touch

Répondre

Tous les coings de mon cognassier sont véreux. ils sont troués de plusieurs petits points noirs qui sont des cavités qui mènent aux pépins. pouvez-vous me dire comment faire pour qu\\\'ils ne soient plus véreux ? les trous apparaissent assez tôt dans la formation du fruit.

Elisabeth
05/11/2009, à Luc sur mer

Répondre

Tailler un cognassier atteint d'entomosporiose, ceci associé à un traitement à base de bouillie bordelaise, peut-il contribuer à sa guérison ? cet arbre a environ 60 ans. merci pour vos conseils.

Ginettenathalie
26/09/2009, à Besancon

Répondre

Bonjour, je ne sais pas si vous avez eu mon message de tout à l\\\'heure?je vous demandais s\\\'il fallait que retire mes coings atteint de monilia ou pas et si je pouvais récolter mes fruits maintenant ou encore attendre?merci.ginette.

Elisabeth
26/12/2008, à Paris

Répondre

J'essaie désespément de sauver mon cognassier atteint d'entomosporiose (bouillie bordelaise après la chute des feuilles, puis au printemps, avant l'éclosion des bourgeons, compost, etc...). malgré ce traitement, les feuilles tombent et ceci, encore plus tôt que les autres années. quelle est la durée de vie de cet arbre ? le mien doit avoir au moins 50 ans. voilà bientôt 5 ans qu'il ne donne plus de fruits. que puis-je faire ? par avance, merci de l'aide que vous pourrez m'apporter.

Ceci peut aussi vous intéresser