Chenille processionnaire du pin

Le 29 mars 2016 par Clémentine Desfemmes

La chenille processionnaire du pin est un redoutable fléau pour les pins : non seulement elle peut causer de graves dégâts aux arbres, mais de plus elle est très urticante et allergisante. La lutte contre ce ravageur passe par la destruction des nids et le piégeage des chenilles... Attention, des précautions s'imposent !

Comment reconnaître la chenille processionnaire du pin ?

La chenille processionnaire du pin, Thaumetopoea pityocampa, est la larve d'un papillon nocturne (Lépidoptère) de couleur gris brunâtre, long de 35 à 40 mm, aux antennes pectinées. Les individus mâles sont reconnaissables aux deux bandes noires parallèles qui ornent les ailes antérieures.

Chenille processionnaire du pin
Chenille processionnaire du pinAgrandir l'image

Les chenilles mesurent de quelques millimètres à 4 cm selon leur stade de développement. Aux derniers stades, elles sont de couleur brun-noir, avec des taches rougeâtres sur les flancs et le dos, et une face ventrale jaune. Leur corps est recouvert d'une multitude de poils urticants capables de déclencher de graves allergies et des lésions cutanées, oculaires et buccales (chez les animaux), ce qui fait de ces chenilles des insectes dangereux pour l'homme et les animaux domestiques.

Si le sud-ouest de la France est la région la plus touchée, la chenille processionnaire du pin étend son territoire en direction du Nord du pays : elle arrive en Ile de France et seules les régions situées au-dessus d'un axe Brest-Paris sont encore indemnes, ainsi que la façade Est du pays.

Chenilles processionnaires du pin et leur nid
Chenilles processionnaires du pin et leur nidAgrandir l'image

Dégâts et espèces de pins concernées

Les chenilles, lorsqu'elle l'infestation est importante, peuvent défolier presque totalement les arbres, ce qui les affaiblit considérablement et les rend plus fragiles face aux attaques d'autres parasites et maladies. De nombreux pins sont ainsi détruits par cet insecte ravageur.

Les espèces concernées par les chenilles processionnaires sont le pin sylvestre, le pin maritime, le pin d'Alep, le pin blanc, le pin noir d'Autriche, le pin laricio et, plus rarement, les cèdres.

Papillon mâle (Thaumetopeae pityocampa)
Papillon mâle (Thaumetopeae pityocampa)Agrandir l'image

Papillon, oeufs, chenilles : cycle de vie

Ponte des oeufs et éclosion des chenilles

Le cycle de vie de l'espèce s'étale sur une année. L'accouplement et la ponte des papillons femelles ont lieu durant l'été, entre début juillet et début septembre selon le climat. Les oeufs sont déposés en manchons beige clair caractéristiques, le long des aiguilles des pins (entre 150 et 300 oeufs par ponte). Ces oeufs éclosent au bout d'un mois à un mois et demi, et les jeunes chenilles longues de 3 mm et de couleur jaune-vert commencent à se nourrir des aiguilles du pin.

Oeufs disposés en manchon sur une aiguille
Oeufs disposés en manchon sur une aiguilleAgrandir l'image

Croissance des chenilles durant l'été et l'automne

Les chenilles tissent des pré-nids temporaires (légers amas soyeux au maillage lâche) dans lesquels elles se mettent à l'abri en journée, et en sortent préférentiellement la nuit pour s'alimenter. Les premiers dégâts sont visibles sous la forme de plumets d'aiguilles jaunes et sèches. Le développement larvaire dure 4 à 8 mois et compte 5 stades successifs (ponctués par des mues), au cours desquels les chenilles grossissent jusqu'à atteindre 4 cm en fin de stade larvaire.

Jeunes chenilles processionnaires
Jeunes chenilles processionnairesAgrandir l'image

Hivernage des chenilles dans des nids

Lorsque les premiers froids surviennent à l'automne, les chenilles (en fin de stade larvaire 3) tissent des nids définitifs, soyeux, volumineux, blancs, au maillage compact, et elles y passent l'hiver. Ces gros nids sont parfaitement visibles dans les pins : ils sont tissés sur les branches les mieux exposées au soleil et abritées des vents dominants.

Nid de chenilles processionnaires du pin en hiver
Nid de chenilles processionnaires du pin en hiverAgrandir l'image

Descente des chenilles en procession au début du printemps

A la fin de l'hiver (de février à avril selon les régions), après quelques jours où les températures ont été clémentes, les chenilles, désormais au stade 5, descendent des arbres, en file indienne (d'où le nom de chenille "processionnaire") le long des troncs, et gagnent le sol, où elles cherchent un endroit où la terre est meuble et chaude (donc au soleil) afin de s'y enfouir à plusieurs centimètres de profondeur. Sous terre, elles tissent des cocons individuels dans lesquels chacune se transforme en chrysalide et amorce sa nymphose. Les papillons adultes émergeront au cours de l'été, et un nouveau cycle commencera.

Procession de chenilles processionnaires du pin
Procession de chenilles processionnaires du pinAgrandir l'image

Comment détruire les chenilles processionnaires ?

 Si un ou plusieurs pins de votre jardin est infesté, plusieurs moyens de lutte sont envisageables :

  • La destruction des nids durant l'hiver : il faut retirer les nids à l'aide d'un échenilloir et les brûler ;
  • La pulvérisation d'une solution insecticide à base de Bacillus thuringiensis var. kurstaki qui va détruire les chenilles par ingestion de toxine Bt (en automne de préférence, époque à laquelle les processionnaires sont les seules chenilles présentes dans les pins) ;
  • La pose de pièges à phéromones, dès le début des vols (qui commencent en juillet), pour capturer les papillons mâles et limiter le nombre de fécondations... et donc de pontes et de futurs nids !
  • La pose d'écopièges à chenilles dès le début du mois de février pour capturer les chenilles qui descendent de l'arbre et les détruire (collerette dirigée vers le haut, enserrant le tronc de l'arbre, munie d'un trou où débouche un tuyau relié à un sac fermé) ;
  • L'installation de nichoirs à mésange (bleue, charbonnière...), prédateur naturel des chenilles processionnaires (une mésange peut consommer jusu'à 40 chenilles par jour, prélevées directement dans les nids).
Ecopiège à chenille processionnaire du pin
Ecopiège à chenille processionnaire du pinAgrandir l'image

Précautions à prendre face à ces chenilles très allergisantes

Le contact des chenilles et des nids est très allergisant, et les chenilles sont dangereuses même à distance. Les poils sont en effet "éjectables" : si la chenille est menacée, elle projette ses centaines de milliers de poils urticants longs d'à peine 1mm, qui demeurent en suspension dans l'air et peuvent ainsi être inhalés ou atteindre les yeux, la peau du visage et du cou.

Ces poils urticants contiennent une toxine irritante et peuvent se ficher dans l'épiderme, les muqueuses et les voies respiratoires, provoquant troubles respiratoires, rougeurs, démangeaisons, lésions cutanées voire nécrose des tissus ; chez les personnes sensibles, le choc anaphylactique est également à craindre.

Ne secouez ni manipulez donc jamais de nid, occupé ou non, sans prendre les précautions qui s'imposent : masque couvrant les yeux, le nez et la bouche, protection du visage, du cou, des mains, des membres... Attention également aux chenilles en procession ou présentes sur les arbres ou à l'intérieur des écopièges.

A noter que les poils restent urticants durant plusieurs mois : ne laissez pas des enfants jouer sous un arbre ayant été infesté depuis moins d'un an. Attention également aux animaux domestiques (chevaux, vaches, chats , chiens...), chez qui les chenilles peuvent causer de graves nécroses de la langue.

Pour plus de sécurité, il est conseillé de faire appel à un professionnel pour la destruction des nids et des chenilles.

>> Lire aussi : Parasites et maladies du printemps au jardin

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 11

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Chenille processionnaire du pin

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les envahisseurs du jardin.

433 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Riquet
10/03/2017, à St germain lespinasse

Répondre

Tres instructif . mais les pieges a feromone sont hors de prix " 85 euro juste pour le piege auquel il faut ajouter les recharges de ferommone . pour ma par , je coupe et detruis les nids des qu ' ils apparaissent .mais ca devient de plus en plus complique vue l' empleure de mon arbre .

Yvan15
03/03/2016, à Aurillac

Répondre

Cette année j'ai failli me faire piéger ,les chenilles sont apparues après quelques belles journées début janvier .Elles même se sont fait avoir car ce beau temps n'a pas duré mais trop tard elles avaient déjà entamé leur descente ......... . Comme quoi ,elles aussi sont désorientées par ce réchauffement . Le pire c'est que le pire nous attend .

Nanouy
24/03/2015, à Valensole

Répondre

J'a i lu qu'il fallait couper les branches basses des pins pour eviter l'invasion des chenilles.,sans le savoir ,nous avons taillé les pins assez haut pour avoir une belle colline,et pendant 55 ans nous n,avons jamais eut de chenille processionnaire;par contre nous avons détruit des nids dans les arbres environnants ,qui poussaient librement

Yvan15
22/03/2015, à Aurillac

Répondre

Bonjour à tous . Pour ma part j'agis dès l'apparition(température+ de 15°et souvent vers milieu de journée ;remarque perso depuis 6 ans) . La solution ; le lance flamme. C'est la moins dangereuse puisque les poils urticants sont aussi brulés ,mais par expérience il est quand même préférable de porter des bottes hautes . Mon autre solution est " l'éco piège" de fabrication maison car très cher à mon goût chez "la mésange verte " monopoleur en puissance . Le plus dur à trouver est une bande de section rectangulaire de5cmx6(chez un bourrelier )où est fixée le plexi glace de 20cm (weldom) 2 sangles ,1ou2 chute de tuyau, 1ou2sacs congélation haute résistance et du terreau . La plus part des communes négligent ce fléau , pire l'ignore .Avec le changement climatique les chenilles progressent vers le nord .

Christinetopolino
20/03/2015, à Pommiers en beaujolais

Répondre

Ou trouver ces ECOPIEGES?

Voir tous les commentaires (11)