Les différentes techniques de bouturage

Le 6 mai 2017 par Isabelle C.

À talon, en crossette, de tige ou d'oeil..., tous ces qualificatifs font référence à différentes techniques de bouturage. Voici un condensé des possibilités, pour vous permettre de vous y retrouver parmi tous ces types de boutures.

Boutures : le principe du bouturage

Le bouturage est un mode de multiplication végétative assez simple à réaliser et qui permet d'obtenir un pied identique à la plante-mère (ce que l'on obtient pas forcément avec un semis).
Le principe de base est le suivant : prélever un organe sur le végétal (le plus souvent, un morceau de tige) et le planter dans un substrat adéquat, léger et drainant (lire : Les bases du bouturage).
Plusieurs techniques existent mais ne s'adaptent pas à toutes les plantes et à toutes les saisons.

Boutures de saule racinées
Boutures de saule racinéesAgrandir l'image

La bouture simple (de tige)

La bouture de tige consiste à planter un tronçon de tige, effeuillé à sa base et coupé sous un nœud.

Quand ? Les boutures de tiges sont classées en fonction de la maturité des tissus : boutures herbacées, semi-aoûtées (semi-ligneuses) et aoûtées (ligneuses). Les premières sont faites au printemps ou au début de l'été, les deuxièmes à la fin de l'été, et les dernières à l'automne.

Pour quelles plantes ? La bouture simple convient à la plupart des plantes vivaces et annuelles, aux arbustes et aux arbres.

Boutures de romarin
Boutures de romarinAgrandir l'image

Les boutures herbacées s'enracinent très facilement mais sont assez fragiles. On utilise cette technique pour les plantes difficiles à bouturer, les semi-rustiques, ou celles dont on veut obtenir un résultat rapidement, comme les fleurs à massif (fuchsias, géraniums, impatiens, penstemon, surfinia, verveines-fleurs : verveine des jardins, verveine de Buenos Aires,...).
Les boutures d'automne sont idéales pour les plantes aux feuillages persistants, car les risques de déshydratation dus au soleil sont passés.

La bouture de racine

Le prélèvement des boutures se fait sur les racines jeunes et ligneuses, c'est-à-dire celles qui peuvent émettre des bourgeons. Cette technique de bouturage est simple et ne demande pas de soins particuliers. Elle ne permet pas, cependant, d'obtenir beaucoup de boutures (au risque d’affaiblir la plante mère) et demande juste... de sortir la plante de terre !

Pour quelles plantes ? Les espèces vivaces à racines charnues assez épaisses (molène, pavots, phlox...) et quelques arbustes drageonnants.

Quand ? Hiver.

>> Lire : Bouturage de racines

La bouture dans l'eau

Certaines plantes émettent très facilement des racines lorsqu'on place une de leurs tiges vertes dans un verre d'eau. La méthode est simple et ludique, appréciée des enfants. Mais la reprise de la plante, une fois mise en terre, est parfois plus difficile que pour un bouturage classique.

Pour qui ? Les plantes d'appartement, comme le bégonia, le dieffenbachia, la misère ou le philodendron, mais aussi le laurier-rose, le lierre, le papyrus, le saule...

Quand ? Printemps/été.

Boutures dans l'eau de basilic vivace
Boutures dans l'eau de basilic vivaceAgrandir l'image

La bouture de feuille

Il existe plusieurs façons de procéder (feuilles incisées, feuilles découpées) : lire Bouturage de feuilles.

Pour quelles plantes ? Cette technique est employée sur les plantes à feuilles charnues des plantes d'appartement, mais aussi sur les fuchsias, pourpiers, sedums...

Quand ? Toute l'année pour les persistants.

Bouture réussie de feuille de saintpaulia
Bouture réussie de feuille de saintpauliaAgrandir l'image

La bouture en talon

La bouture en talon se fait sur un jeune rameau secondaire, auquel on a conservé l'empatement qui le réunissait à un rameau principal de l'année précédente. Ce talon ainsi obtenu correspond à une zone propice à la fabrication de racines. On accroît ainsi les chances de réussite de l'opération, mais le prélèvement du talon peut causer des dommages à la plante-mère.

Pour qui ? Les plantes qui « font du bois » : vivaces semi-arbustives (romarin, lavande...), rosiers, arbustes (forsythia, lilas, sureau...), grimpantes (clématite, vigne...), conifères (thuya, if... lire : Bouturer les conifères) peuvent bénéficier de ce bouturage.

Quand ?  Printemps, fin d'été ou automne.

Bouture de Juniperus (bouture en talon)
Bouture de Juniperus (bouture en talon)Agrandir l'image

La bouture en crossette

C'est une variante de la bouture à talon, à la différence que l'on conserve une section entière d'1,5 cm environ du rameau principal (ce qui donne à la bouture une forme de petite crosse).

Pour qui ? La méthode est surtout utilisée pour les plantes lentes à prendre racine, à tiges creuses ou à moelle, la lignine protégeant les tissus fragiles des champignons pathogènes : berbéris, figuier, spirée, sureau, vigne...

Quand ? Été, début d'automne.

Bouturage en crossette
Bouturage en crossetteAgrandir l'image

La bouture d'oeil

Elle se compose d'un petit morceau de rameau de l'année (2 à 5 cm de long) doté d'un œil axillaire (à l'aisselle d'une feuille), ce dernier ayant la possibilité de se développer et de former une tige. Cette technique permet d'obtenir plusieurs boutures sur une même tige, mais le développement de la bouture en plante est long.

Pour qui ? Essentiellement pour le camélia qui est lent à s'enraciner, mais aussi l'hortensia, le rhododendron, la vigne et les ronces (mûres).

Quand ? Fin d'été, début d'automne.

Bouture de camélia (bouture d'oeil)
Bouture de camélia (bouture d'oeil)Agrandir l'image

La bouture en plançon

C'est la bouture la plus rapide à réaliser : une branche droite coupée de biais et plantée directement dans le sol.

Pour qui ? Elle convient seulement aux arbres les plus conciliants, comme le peuplier ou le saule.

Quand ? Du milieu de l'automne au milieu de l'hiver, quand la plante est au repos végétatif.

>> Lire aussi :

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 8

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les différentes techniques de bouturage

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur le bouturage.

157 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Isabelle c
02/10/2015, à

Répondre

Bonjour, vous faites référence à quelle plante grasse en particulier ? En attendant voici un lien qui peut peut-être vous aider : http://www.gerbeaud.com/jardin/fiches/bouturage-cactus-plantes-grasses,1476.html

Myle
05/09/2015, à Paris

Répondre

Bjr, Comment bouturer une plante grasse d'appartement dont le bas de la feuille est incluse dans une sorte de tubercule duquel sortent des racines charnues ? Casser une feuille à sa base ? Couper la chair du tubercule ? Couper une des racines charnues ? Nulle part, je ne trouve ce sujet sur le net. Merci'

Venance
22/08/2015, à

Répondre

Merci beaucoup ???? Vos conseils m'aident énormément à progresser en jardinage. Merci merci

René
30/07/2015, à Gujan mestras

Répondre

Bouturage du rhododindron

Webmaster
17/11/2014, à

Répondre

Bonjour, Il existe déjà : http://www.gerbeaud.com/actualite-jardin/concours-photos-2014-gagnants-septembre,997.html

Voir tous les commentaires (8)