Les arbres à sieste

Le 4 mai 2017 par Faustine Milard

L'ombre. Une denrée rare en plein été que seuls les arbres savent nous offrir. Un bon bouquin, un oreiller, un petit vent pour la fraîcheur, et le tour est joué. Mais encore faut-il choisir le bon arbre...

Auprès de mon arbre

Nombreux sont les poètes, paroliers, écrivains et même les moines bouddhistes à avoir célébré l'art de la sieste à l'ombre des grands arbres... Et ils ne s'y sont pas trompés. Car il n'y a guère que leur ombre salvatrice pour nous apporter autant de satisfaction... Imaginez. La fraîcheur de leurs feuilles, le moelleux du tapis sur lequel ils nous accueillent, le doux chant des oiseaux qui les habitent, le bourdonnement des abeilles qui les butinent. Le paradis n'est pas si loin... Non, vraiment, un jardin sans arbre à sieste n'est pas vraiment un jardin.

Pause au calme, sous un arbre
Pause au calme, sous un arbreAgrandir l'image

A chaque arbre, sa sieste...

Tilleul

Quand on pense arbre à sieste, on pense... tilleul. Certainement le meilleur choix. Les allergiques aux abeilles devront cependant éviter d'y faire la sieste pendant la floraison de l'arbre (fin mai début juin selon les régions) qui fourmille alors de butineurs en tout genre, les abeilles en tête. Mieux vaut attendre la fin du mois de juin et la fin de la récolte. C'est à ce moment que l'ombre majestueuse de cet arbre au port équilibré et au feuillage dense nous apporte toute sa puissance. Les effluves de sa floraison ne sont plus, mais demeurent les bractées des fleurs fanées virevoltantes. Comme une dernière ovation avant le grand final et l'apparition de Morphée...

Tilleul (Tilia cordata)
Tilleul (Tilia cordata)Agrandir l'image

Albizia

D'autres arbres possèdent un port étalé et donc une ombre large et aérée, parfaite pour une bonne sieste. Comme c'est le cas de l'albizia qui peut sans problème être planté près des terrasses. Attention toutefois, car cet arbre est sujet aux attaques de psylles. Elles sécrètent un miellat sucré et attirent ainsi les guêpes pour le goûter... Bref, la sieste est gâchée.

Albizia julibrissin
Albizia julibrissinAgrandir l'image

Catalpa

Reste le Catalpa. De larges feuilles caduques (faciles à ramasser !) et une croissance rapide en font un arbre « recommandé pour la sieste ». Supportant bien la pollution, il peut tout à fait servir de nid aux siesteurs citadins qui posséderaient un espace suffisant pour les 8 à 15 mètres d'ombre que procure ce géant d'Amérique. Ses fleurs délicates survenant en plein mois de juillet, ne sentent rien. A l'inverse de ses feuilles, qui une fois froissées dégagent une odeur assez désagréable qui ferait fuir les moustiques et les mouches. Ca sent la sieste de fin de journée...

Catalpa
CatalpaAgrandir l'image

Saule pleureur

Enfin pour les inconditionnels, il y a le saule pleureur... Un seul inconvénient. Le terrain. Il doit être frais et humide. Les saules ne sont jamais plus heureux que les pieds dans l'eau... Mais encore faut-il le tailler pour passer dessous. Une coupe haute, franche et droite en automne comme l'on ferait avec la frange de sa petite cousine est tout indiquée si l'on souhaite continuer à siester sans avoir ses cheveux devant les yeux.

Saule pleureur
Saule pleureurAgrandir l'image

Les arbres contre-indiqués pour la sieste

Beaucoup d'arbres se prêtent à la sieste et la liste n'est pas exhaustive. Pas plus que celle des arbres contre-indiqués pour ce genre d'activité. Pour n'en citer que quelques-uns, nous avons en première ligne le noyer. Cet arbre dégage de la juglone qui, oxydée, aurait des principes quelque peu entêtants. Bien qu'aucun cas d'intoxication n'ait été répertorié par les centres antipoison, mieux vaut éviter de voir se transformer une sieste durement gagnée en lendemain de fête non mérité.

Noyer
NoyerAgrandir l'image

Les espèces d'arbres ayant un pollen particulièrement allergisant sont également déconseillées pour une bonne sieste de printemps, comme les cyprès, platanes, châtaigniers, hêtres ou peupliers. De même que les plantes allergisantes doivent être mises à l'écart des lieux de repos, comme c'est particulièrement le cas avec l'ambroisie.

Platane (Platanus orientalis) : feuilles et fruits
Platane (Platanus orientalis) : feuilles et fruitsAgrandir l'image

Sans oublier que certains arbres abritent (souvent à leurs dépends) des espèces peu agréables pour l'homme. La chenille processionnaire est de celles-ci. Elle naît entre juin et septembre dans des nids accrochés aux aiguilles de divers pins. Ses poils sont particulièrement urticants et peuvent provoquer des allergies graves... A méditer. Avant de siester.

Ceci peut aussi vous intéresser

Commentez cet article 1

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les arbres à sieste

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres.

465 questions

Voir tout Poser une question

Réactions

Martine17
23/08/2010, à Breuillet 17920

Répondre

Pour le catalpa, outre sa magnifique floraison et son feuillage abondant, je ne lui trouve que des désagréments. Quand les fleurs sont fanées, elles tombent et c'est une horreur, il y en a partout, balayer ne sert à rien 15 mn après il y en a autant, on salit la maison car çà colle sous les chaussures, pour les feuilles idem, et surtout n'oublions pas les immenses haricots toxiques qui pendouillent puis sèchent et tombent à leur tour au printemps. Le nôtre est en train de dépérir et c'est tant mieux. ¨Pourtant je n'aime pas voir les arbres mourir, mais alors celui-là ........