Les arbres à chatons : un avant-goût de printemps !

Le 9 mars 2011 par Faustine Milard

Profitez du soleil de fin d'hiver et des inflorescences douces et généreuses de certains arbres. C'est la saison des chatons. Épis perchés à même les branches encore nues, on ne sait pas très bien qui ils sont, mais ils enchantent chaque printemps par leur arrivée précoce...

Des chatons, pour quoi faire ?

Saule marsault - châtonsLes chatons ne sont ni des fleurs, ni des bourgeons. Ils n'ont ni odeur, ni nectar. Ce sont des petits épis pendants ou non apparaissant avant les feuilles, en février/mars pour les plus précoces. Souvent recouverts d'un duvet particulièrement doux, ils ont naturellement pris le nom de chatons. En botanique, il s'agit d'inflorescences souples servant à la reproduction des espèces, soit les organes sexuels de nos forêts. Les mâles portent le pollen et les femelles les ovaires.

Généralement, aucun insecte ne vient polliniser ces chatons. Ici, le vent fait tout le travail, de manière un peu aléatoire même et sans aucune garantie de résultat. Ainsi les arbres produisant des chatons sont ce que certains botanistes appellent des « arbres sociaux ». Ils vivent en groupe, tout près les uns des autres. C'est le cas des peupleraies et des hêtraies. Mais aussi des arbres de la famille des bétulacées comme les aulnes, les charmes, les noisetiers...

Cette technique des épis à l'air possède également la fâcheuse faculté de provoquer les allergies au pollen. Produit en énorme quantité par les chatons pour augmenter les chances de succès, il peut voyager très, très longtemps.

Les plus remarquables

Aulne - châtonsParmi les arbres à chatons remarquables et remarqués, le saule reste l'un des plus beaux et l'un des plus fréquents en campagne. Les spécimens mâles, courant février ou mars si l'hiver a été rude, se couvrent de chatons argentés semblables à des petites boules de coton duveteuses qui, en s'épanouissant, libèrent leurs lumineuses étamines jaunes. Ils sont plus appréciés que les femelles produisant des chatons verdâtres, beaucoup moins colorés. Connus pour leurs rameaux colorés et leurs ports majestueux, les saules sont une espèce très nombreuse dont la plus recherchée pour ses chatons reste sans nul doute le saule marsault (salix caprea).

Les aulnes (genre Alnus) sont avec le saule l'une des espèces d'Europe du Nord s'adaptant le mieux aux terrains humides. Ils produisent sur un même pied des chatons mâles et femelles. Selon les individus, les chatons, formant des grappes retombantes, prennent ensuite des teintes blanches, roses ou jaunes.

Le ginkgo biloba est également une espèce à noter, puisque cet arbre de Chine, dernier représentant de sa famille, possède des pieds mâles et femelles séparés. Reconnus surtout pour la beauté de leurs feuilles, les mâles sont les plus courants dans nos parcs et jardins. Car ils produisent en plus des chatons retombants en même temps que les nouvelles feuilles, vers le mois d'avril. Alors que la femelle développe des ovaires, semblables à des fruits verts, qui en murissant dégagent une forte odeur de beurre rance...

Utilisation au jardin

Ginkgo biloba - châtonsLes arbres à chatons font souvent sensation à proximité des fruitiers en fleurs, comme les cerisiers ou les prunus, à qui ils donnent la réplique en se parant de milles touches de douceur... Arbres de forêts par excellence, de tels arbres ne mesurent pas moins de 10 mètres à taille adulte, ils sont donc tous destinés à embellir les fonds de massifs. Pour créer une petite forêt où les hamacs prendront ensuite naturellement place pour des siestes interminables. Le saule marsault ou son frère l'osier blanc (salix alba) se plaisent bien sûr les pieds dans l'eau, près d'un étang ou d'une mare, mais peuvent tout aussi bien s'adapter à des sols moins humides en situation isolée par exemple. Avec les années, une tel arbre se suffit à lui-même.

Entretien

Les chatons des saules se forment sur les rameaux de l'année précédente. Il convient donc de les tailler chaque année, après la « floraison » des chatons. Soit entre février et début avril. Et ce, afin d'encourager la formation de nouvelles pousses vigoureuses qui porteront les chatons de l’année suivante.

Les aulnes quant à eux ne nécessitent aucune taille, si ce n'est une taille de forme en hiver. Pour le ginkgo, c'est pareil, la taille doit uniquement être esthétique, et surtout moins fréquente, cet arbre ayant une croissance lente.

Crédit photos : X.G. (1) - EnDumEn (2) - Marcin Kolasinski (3)

Commentez cet article 0

Vous aussi donnez votre avis au sujet de :
Les arbres à chatons : un avant-goût de printemps !

Questions / réponses

Questions déjà posées par les jardiniers sur les arbres.

354 questions

Voir tout Poser une question

Ceci peut aussi vous intéresser